facebook Timéo au royaume de Séraphin (nouvelle)
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Timéo au royaume de Séraphin (nouvelle)

Timéo au royaume de Séraphin (nouvelle)

Publié le 10 mai 2021 Mis à jour le 4 nov. 2021
time 10 min
5
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 442 lectures
7 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Timéo au royaume de Séraphin (nouvelle)

 

Je ne sais pas trop ce qui m’arrive. Il n’y a pas si longtemps encore, je baignais dans un liquide à 37°C, légèrement sucré. J’étais occupé à sucer mon pouce tranquillement quand, tout à coup, j’ai ressenti une violente pression qui me poussait vers le bas. Puis, une deuxième un peu plus tard, puis une troisième, une quatrième, une cinquième… Elles étaient de plus en plus rapprochées les unes des autres et de plus en plus violentes si bien que j’en ai perdu le fil.             J’ignore combien il y en a eu mais ce que je sais, c’est qu’irrémédiablement, elles me pressaient la tête contre une paroi et que celle-ci a fini par céder sous la pression. Je me rappelle aussi qu’il y avait cette corde avec laquelle j’avais si souvent joué les derniers mois. Elle s’était enroulée autour de mon cou et je me souviens qu’elle me serrait de plus en plus. Je me sentais comprimé de partout, malmené, écrasé et au moment où la paroi a cédé sous ma tête, j’ai senti que je m’évanouissais. Puis, plus rien : le trou noir… Quand je me suis réveillé, j’étais en train de flotter dans l’air, porté par deux petits êtres avec des plumes dans le dos.

La tempête a laissé place à une douce bise qui m’emporte vers une destination inconnue. Sous mes pieds, j’aperçois des adultes en blouses vertes, d’autres en blouses blanches. Ils portent des masques. Ils s’affairent autour d’un bébé à la peau violacée et ont l’air inquiets. Il y aussi une dame couchée sur une table. Ses jambes sont recouvertes d’un drap. Je ressens son angoisse. On dirait qu’elle crie mais je ne l’entends pas. Autour de moi, c’est si calme. Je n’entends que cette douce mélodie fredonnée par une jolie voix là-haut dans le ciel, qui m’attire, qui m’attire. Les deux petites créatures me soutiennent.  Des ailes commencent à pousser dans mon dos. En bas, il y a aussi un homme qui fait les cent pas entre le bébé et la dame sur le lit. Je le vois prendre la dame dans ses bras et se mettre à pleurer. Ils ont l’air anéantis. Je lève les yeux au ciel. J’aperçois un nuage avec, en son centre, une ouverture qui semble donner sur un tunnel éclairé. C’est vers lui que nous nous dirigeons.

  • Bienvenue au royaume de Séraphin !

Une dame aux cheveux blancs m’ouvre grand les bras et m’accueille avec un sourire plein de tendresse. Comme je me sens bien dans ses bras ! Alors qu’elle me câline, je remarque qu’elle a une magnifique couronne scintillante sur la tête et une longue robe blanche tout en satin. Autour d’elle, d’autres mamies prennent soin d’enfants de tous les âges. Ils ont tous des ailes et ont l’air si heureux ici. Rassuré, je me laisse bercer et m’endors paisiblement ; les émotions des dernières heures m’ont complètement épuisé.

Mon estomac criant famine, je me réveille. Je suis dans une nurserie entouré d’autres bébés. Certains dorment paisiblement dans de jolis couffins brodés tandis que les autres sont en train de manger dans la pièce attenante. Je n’ai même pas besoin de faire savoir que j’ai faim car une nourrice me prend dans ses bras et me fait goûter le miel qu’elle vient de récolter.

  • Tu seras bien ici. Même si tu étais attendu par une famille sur Terre, ta place est ici, auprès de nous. Bien sûr, pour le moment, cette famille a beaucoup de peine mais bientôt, grâce à ton super-pouvoir, tu vas pouvoir lui rendre la vie meilleure.

Je me demande bien quel super-pouvoir je peux avoir. Je n’ai pas vraiment le temps d’y réfléchir car une autre nourrice vient d’entrer dans la pièce. Elle me sort de ma rêverie.

  • Ici, nous avons tous des super-pouvoirs. Tu vois, par exemple, la dame qui t’a accueilli à ton arrivée dans le royaume, Séraphine ? Son super-pouvoir, c’est la tendresse, comme toutes les mamies qui sont ici. Elles sont d’une gentillesse… et leurs câlins dissipent toutes les peurs, les inquiétudes, les angoisses. Dès que tu en ressentiras le besoin, tu pourras aller te blottir dans leurs bras.

D’après ce que j’ai compris, les mamies et les nourrices ont été recrutées par Séraphin pour prendre soin des tout-petits du royaume. Les enfants, eux, sont arrivés ici parce que leur vie sur Terre n’était plus possible. Ils ont beaucoup souffert là-bas : de maladie, de maltraitance ou suite à un accident. Recueillis par Séraphin, leur rôle est d’assurer l’intendance du Royaume dès qu’ils s’en sentent capables. Les tout-petits, comme moi, qui arrivent ici sans avoir vécu sur Terre, ont un super-pouvoir qui leur permet d’apporter de la joie à leur famille biologique. Il semblerait donc que j’ai un rôle à jouer sur Terre auprès des humains que j’ai aperçus après la tempête. Il paraît qu’on nous appelle des anges.

Je décide de mener mon enquête car j’ai bien envie de savoir quels sont les super-pouvoirs des anges du royaume de Séraphin.

  • Salut !

Un ange qui était en train de jouer avec une baguette magique se retourne et me répond :

  • Salut ! T’es nouveau ? Je n’t’ai jamais vu ! Moi, je m’appelle Titouan.
  • Oui, je viens d’arriver. C’est quoi ton super-pouvoir ?
  • Eh bien, grâce à cette baguette magique, quand je suis sur Terre, je peux transformer des objets en animaux. Je dois encore m’entraîner car j’aimerais bien offrir un petit chiot à ma famille biologique pour atténuer leur chagrin à tous. Mais pour l’instant, je n’ai réussi qu’à transformer des cailloux en grenouilles.

J’éclate de rire. J’imagine bien la scène et la déception de mon nouvel ami. Quel super-pouvoir il a ! Ça doit être cool de pouvoir faire ça.

  • Moi, intervient un ange aux cheveux ébouriffés, je m’appelle Thibaut et je peux faire pousser des plantes en claquant des doigts. J’aimerais bien faire pousser un magnifique rosier dans le jardin de ma famille biologique. Mais pour l’instant, je n’ai réussi qu’à y faire pousser des pissenlits. Je dois encore m’entraîner.

Je pouffe de rire. J’imagine bien la scène et sa frustration. C’est chouette aussi comme pouvoir. Mais quel peut bien être le mien ?

  • Comment je peux savoir quel est mon super-pouvoir ?
  • Il faut aller faire un tour sur Terre.
  • Vous pourriez m’y emmener ?
  • Avec plaisir ! répondent en chœur les deux garçons, impatients eux aussi de découvrir mon incroyable talent.

Ils me font faire quelques essais de décollage sur la plate-forme d’envol afin de tester la résistance de mes ailes. J’effectue quelques virages pour vérifier mes réflexes et nous prenons notre envol, direction la Terre.

Je me sens aussitôt attiré par un nid d’oiseaux. Je fais signe à mes amis de nous arrêter car je voudrais jeter un œil à l’intérieur. J’aimerais bien voir s’il y a des œufs. J’en aperçois trois de couleur bleue et je ne peux m’empêcher de les toucher.

  • Qu’est-ce que tu fais ?
  • Je ne sais pas. Je me suis senti happé, comme par un aimant, et j’ai ressenti une chaleur les envahir à mon contact. Tu penses que c’est ça mon super-pouvoir : de chauffer des œufs ?

Titouan et Thibaut éclatent de rire :

  • Chauffer des œufs, un super-pouvoir ? Mais, ça ne sert strictement à rien.

Et leurs rires redoublent d’intensité. Je me sens vraiment ridicule maintenant.

  • Allez, viens, dit Titouan. Ne sois pas fâché. Toi aussi, tu t’es moqué de nous tout à l’heure. On va continuer l’exploration.

A présent, c’est par un poulailler que je me sens attiré et une nouvelle fois, je ne peux m’empêcher d’effleurer les œufs et à nouveau, je sens leur température augmenter. C’est vraiment très étrange mais mes deux amis sont bien obligés d’admettre que mon super-pouvoir, c’est bien de chauffer des œufs. Vraiment très très bizarre.

  • Allons, dit Thibaut, rentrons avant que le soleil ne se couche.

Sur le chemin du retour, je veux m’assurer que les œufs bleus sont toujours chauds et, à ma grande surprise, je découvre qu’ils ont laissé la place à trois jolis oisillons, des mésanges pour être plus précis. Thibaut et Titouan en restent bouche bée alors que moi, j’ai failli m’évanouir à leur vue.

  • Waouh, waouh, waouh !!!! C’est ça ton super-pouvoir : tu transformes les œufs en oiseaux ! commente Titouan, impressionné.
  • Mais c’est génial, enchaîne Thibaut. Je suis impatient de raconter ça aux copains.
  • Attendez, il faut que j’aille voir s’il y a des oiseaux dans le poulailler, dis-je en retenant Thibaut par le bras.

Et là aussi, les œufs ont laissé place à de beaux petits poussins tout jaunes.

  • J’ai un super-pouvoir, j’ai un super-pouvoir, j’ai un super-pouvoir…

Je suis si content que je le chante à tue-tête jusqu’à notre arrivée au Royaume. Je me love dans les bras de Séraphine et elle me félicite pour ce talent.

  • Tu crois que mon destin, c’est d’offrir des poussins à ma famille adoptive ?

C’est au tour de Séraphine d’éclater de rire :

  • Je ne pense pas non. Le super-pouvoir se travaille. Un jour, Timéo, quand tu seras assez fort, tu offriras à ta famille le plus beau des cadeaux dont une famille puisse rêver.

La voilà qui semble partie bien loin dans ses pensées. Je la rappelle à l’ordre car j’aimerais bien qu’elle m’en dise davantage. Mais pour toute réponse, elle colle son index sur sa bouche :

  • Chhhhuttt ! Assez d’émotions pour aujourd’hui, il est temps de te reposer, mon petit ange.

Bercé par sa voix angevine qui fredonne ce refrain si envoûtant, je m’endors paisiblement en rêvant de mon super-pouvoir.

Les jours passent. Je m’entraine beaucoup et je donne vie à de nombreux gallinacés jusqu’au jour où en essayant de féconder des œufs de cane, je me retrouve nez-à-nez avec une brebis qui se désaltère dans la mare. J’ai un peu peur mais une force invisible me pousse à la toucher. Je ressens alors une violente décharge électrique et je me retrouve propulsé plusieurs mètres en arrière. Je suis terrorisé, tétanisé et je n’ai qu’une hâte : vite rentrer au royaume de Séraphin. J’ai fait une bêtise et je n’en suis pas très fier. J’ai besoin que Séraphine me rassure.

Au moment de prendre mon envol, je ne peux m’empêcher de regarder une dernière fois la brebis qui m’a électrocuté et là, surprise : un agneau vient de naître et sa maman est en train de le lécher. Je peux désormais faire naître des mammifères ! C’est incroyable ! Il faut que je le raconte à Séraphine ! Elle va être fière de moi !

  • Tu approches du but, mon petit Timéo.

A son contact, toutes les tensions accumulées pendant cette journée se dissipent. Dans ses bras, je rêve que je fais naître toutes sortes de mammifères jusqu’à ce qu’un petit bébé vienne occuper toutes mes pensées. C’est donc cela mon super-pouvoir : je vais donner à ma famille biologique un autre bébé ! Ce cadeau ne pourra pas combler le vide que j’ai laissé, bien entendu. Mais, comme Séraphine, je trouve que c’est le plus beau des cadeaux qu’on puisse offrir ! J’adore mon super-pouvoir.

 

Retrouvez Mélodie Ducoeur sur les réseaux sociaux : http://www.melodieducoeur.com/

Si vous souhaitez lire le roman tiré de cette nouvelle, n'hésitez pas. Il s'appelle "le royaume de Séraphin" et se trouve sur la plateforme Panodyssey. Vous pouvez également me demander le lien par Messenger (Mélodie Ducoeur Auteure) et je vous l'enverrai avec grand plaisir.

 

lecture 442 lectures
thumb 0 commentaire
7 réactions
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Covid censorship, and revolt
Covid censorship, and revolt

L'affaire américaine (antisémite, etc.) échappe aux gouvernants, y compris à ceux qui sont aux bottes. Le plus int&e...

Cecile Voisset
4 min
Urgande
Urgande

Urgande erre aux bois dédorés

Bruno Druille
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur