facebook La proie du doute
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
La proie du doute

La proie du doute

Publié le 15 oct. 2021 Mis à jour le 15 oct. 2021
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 10 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

La proie du doute

       Alors cher lecteur, comment vas-tu ? Je suis sûr que tu ne m’attendais pas de sitôt. Mais il se trouve que j’ai deux/trois choses à te partager. Eh oui ! C’est malheureux, mais plus on se concentre sur une histoire, plus on a de chances de la remettre en question.

   Es-tu prêt ? Café en main ? Petit-déjeuner bien dans l’estomac ? Parfait alors assieds-toi confortablement et laisse-moi te raconter comment une plume se met à perdre foi en son idée.

       Retour dans le passé (bruit de téléporteur). Mardi 12 octobre, 22 h 30 (heure du décès littéraire), un auteur se penche sur son roman après une longue journée bien complète. Et là, le doute l’assaillit. Puissant, déroutant, un véritable tsunami mental (sans exagérer).

        L’histoire ne lui… pardon, je repasse à la première personne… ne me convenait plus. Finis le feeling, l’envie d’écrire cette histoire. Le néant absolu. Ne voulant pas perdre espoir, je restai tout de même concentré devant mon carnet. Malheureusement, rien ne sortit. Alors je lâchai prise pendant une journée. Enfin non, plutôt quelques heures, le temps de dormir.

       Cependant, ce fut largement suffisant ! Mon idée me semblait de nouveau attrayante. De plus, je l’ai améliorée ! 

       L’histoire se précise de plus en plus et j’en suis très heureux. Mais j’émets tout de même quelques doutes quant à la finalité de celle-ci. En effet, je ne sais pas si je vais pouvoir écrire les 50 000 mots. Je devine ce que tu vas me dire « on verra cela en temps voulu. » Et tu as totalement raison. Mais ça m’obsède.

       Enfin… En tout cas, à côté de cela, je m’amuse avec les défis des Plumes et je relève des challenges. Puis je suis aussi bêta-lecteur d’une histoire magnifique.

       Juste, avant de te laisser, je voudrais te dire que mon roman sera rythmé par les aventures d’Abouri et Tekari et que je vais tenter de le rendre le plus feel good possible. Conseil d’un ami auteur. D’ailleurs si tu es fan de Vikings et de chats, va vite te procurer son livre Viking Katt. Et je ne te dis pas ça parce que j’étais un de ses bêta-lecteurs. Son nom ? David Quills.

       Pas de gros méchants dans ma fiction donc. Oui, je fais le pari, peut-être risqué, de rendre une histoire attrayante sans antagoniste. Cependant, les deux personnages principaux auront quand même des problèmes. Je ne pourrais jamais tenir 50 000 mots dans le cas contraire.

       Voilà, nous arrivons au terme de cette petite confession sur mon doute. Passe une bonne journée, madame la lectrice ou monsieur le lecteur.

À lundi prochain (si je ne suis pas en retard).

 

Image dans le texte : Image par Gerd Altmann de Pixabay 

Image de couverture : Image par Arek Socha de Pixabay 

lecture 10 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Voyage
Sur les Campsie Fells
Sur les Campsie Fells

Je me tiens en haut des Campsie Fells et je prends soudain conscience, dans mon immobilité, du silence qui m’entoure. A mes pieds,...

Camille Poiret
3 min
J'ai craqué
J'ai craqué

  Ça y est, j’ai craqué… Après deux bonnes semaines à peu près. Franchement, entre toi et m...

Dariël Bleen
2 min
Simon says...
Simon says...

C'est fou comment nous pouvons être multiples selon ce que l'on a dit de nous : tu es une fille, tu es un  garçon, tu es vilai...

Eva Maria Matesanz
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur