facebook Mes trois icônes (BADASS) afro-féministes dans la pop-culture
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Mes trois icônes (BADASS) afro-féministes dans la pop-culture

Mes trois icônes (BADASS) afro-féministes dans la pop-culture

Publié le 10 juin 2021 Mis à jour le 10 juin 2021
time 2 min

Mes trois icônes (BADASS) afro-féministes dans la pop-culture

"Noire n'est pas mon métier", c'est le titre du livre collectif d'Aissa Maiga. Ce titre n'est pas qu'un titre mais une réalité. Étant afro française, j'ai grandi dans cette France, dans laquelle les fictions françaises cantonnent les actrices noires à des rôles de femme de faire-valoir sans réelle profondeur et jamais à des rôles complexes, profonds. Car il est évident, surtout lorsqu'on est jeune que l'estime se fait aussi par la représentation de ses semblables dans le paysage médiatique. Ce paysage médiatique supposé représenté la société, le pays dans lequel on vit chaque jour.

"Tu ne peux être ce que tu ne peux pas voir"(Marian Wright Edelman), cette citation est le reflet du manque de représentation de la femme noire dans le paysage médiatique français. Ce qui à un impact sur l'estime de soi, surtout lorsqu'on est adolescent.e en pleine construction. J'ai donc dû trouver mes modèles outre-atlantique, notamment avec les séries américaines. Ces séries, nous montrent des femmes noires indépendantes, excellentes dans leurs métiers et cela sans le secours d'un mec. Quelles sont ces séries ?

 

Scandal ou quand la réalité devient fiction #1

La première est SCANDAL, série réalisée et créée par Shonda Rhimes (Grey's Anatomy) . Cette sortie en 2013 en France, se distingue par l'absence de rôles caricaturaux envers les personnes racisées et surtout envers la femme noire. Voici un petit topo : Olivia Pope est une femme afro-américaine, éduquée, forte et indépendante. Son bureau, dont elle est la patronne, aide les personnes publiques et politiques à éviter les scandales en tout genre.

Dès le premier épisode se mêlent sexe, crimes, drame et action politique. On ne connaît pas l'histoire d'Olivia, interprétée par Kerry Washington, mais on sait qu'elle est importante. Des éléments tels que sa démarche, sa diction et son style sont les caractéristiques d'une forme de respectabilité des femmes noires évoluant dans des milieux blancs. Olivia n'est pas un personnage chaleureux, elle n'a pas vraiment d'amis et boit exclusivement du vin rouge.

Pour couronner le tout, c'est la fille de parents sadiques et criminels. Olivia Pope est une version noire de Walter White (Breaking Bad), elle est "aussi abîmée et mauvaise ou bonne ou intelligente ou intéressante..."(Shonda Rhymes). Dans cette série, l'identité raciale est à la fois un non-sujet et constamment mise en avant, voire remise en question. Notamment par le père d'Olivia, son amant, son entourage, et aussi par elle-même. Ce qui apparaît comme une fiction est fait une réalité pour beaucoup de femmes noires françaises. Cette série réalisée par Shonda Rhimes (Grey's Anatomy) met en scène Olivia Pope, une femme noire, indépendante, à la tête de son propre business, loin des traditionnels clichés américains auxquels on pourrait s'attendre (revoir ces 2 dernières lignes).

How  to get away with murder GET AWAY WITH MURDER

 

 

2
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
2
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Sans catégorie

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur