facebook Züberoako herri dantza / La danse traditionnelle souletine
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Züberoako herri dantza / La danse traditionnelle souletine

Züberoako herri dantza / La danse traditionnelle souletine

Züberoako herri dantza / La danse traditionnelle souletine

Züberoa Herria - Le Pays de Soule' libürütik hartürik (Elkar 2013) / Tiré du livre 'Züberoa Herria - Le Pays de Soule' (Elkar 2013)

Züberoako dantzak bi ütürritako huren jüntatzearen emaitza direla erran daite : alde batetik Eüskal Herri orotan eta Pirinioetako honenbeste kartieletan emaiten diren (edo ziren) aspaldi-aspaldiko jauziak eta sortzapenez berriago diren printzipioetako dantzak. Jauziak biribilean edo üngürüka dantzatzen dira eta jakitün zonbaiten arabera ekiaren itxüratze batetatik horra dira. Printzipioko dantzak, berriz, Xiberoko dantzaren berezitarzün dira. Aitzindariak Züberoako dantza taldeen batarzünak agerrarazi züan libürüxkak argitzen deikün bezala, dantza süerte horik, « 17. menteaz geroz, Pariseko antzokietan, eta geroago Frantziako hiribürüko aberatsen etxetako saluetan emanik ziren dantzetarik partitzen dira. 19. mente hatsarretik harat, Armadalat igaran ziren, han erakatsirik izatez, ükabilka-kirola, ezpata eta makila joküentako egiten zen bezala. Han dütüe züberotar soldadoek ediren eta ikasi, sorterrialat ekarri beno lehen (…) ». Libürütto argigarri hortan jakiten ahal dügünez ere, « Züberoako dantzak oro printzipiozko püntü segida elibatez eginik dira. Püntü horik aski güti dira, doi-doia hamar bat, nonbait han. Ohidürak galtatzen düan manerala xüxen eman behar dira. Segidak, aldiz – züberotarrek 'püntüak' deitzen dütüe – nahi bezala emaiten ahal dira, sonüa jarraikitzen den ber. Gisa horrez, hanitx bada. Segida horien parterik handiena, eiki, aitzinetik plantatürik eta erakatsirik da, dantza ikasgietan. Zonbait, haatik, dantzari hoberenek berek asmatzen dütüe ».

Xehetarzünetan hürrünago joan gabe, oritaraziko dügü Züberoako maskaradetan edo pastoraletan nahiz dantza agerraldietan ikusiko dütügün dantzari bereziak Aitzindariak deitüak direla. Horik bost dira eta beti ber herrokan agertzen dira, hots, lehenetik azkenekoala : Txerreroa, Gatüzaina edo Gateroa, Kantiniersa, Zamaltzaina eta Entseñaria. Bost personaje horiekila ontsa ageri da Züberoako dantza-jauziak aspaldi-aspaldiko ohidüren eta ekarpen berriago elibaten botitze eder baten emaitza direla. Aitzindarietarik bakoitxaren ezagüpide edo erranahien aipatzen hastez, ikerzale jakitün elibaten argibideetan fidatüren gira. Txerreroak, bere erratz zaldi iledünareki, bidea zabaltzen deie lagüner. Ikerzale zonbaiten arabera, leheneko ustekeriaz, ezpiritü gaixtoak edo debrü txarrak ohiltzen dütü erratz horrez... Gatüzain edo gateroa « Arlequin » gisako bat da, eta gatüa deitzen den bere eskügailüareki tximinokeriaz eta txasko egitez ebilten zen, lehenago pürü. Kantiniersaren sorbürüa aisago da entelegatzea, Napoleonen armadakoen baldekoa beita. 19. mente ürrentzean sartü zen Züberoako dantza personajeetan, ordüala artino agertzen zen Maka beltza izenekoaren ordariez. Andere baten itxürakoa zen Maka beltz hau, memento batez, moldegaitz edo deskarategi üdüritü zeien Elizako eta beste kenteko bürüzagier... Zamaltzaina da, zonbaiten ustez, Aintzindarietako personaje nausia. Egia da, dantzari hoberenak direla, ontsalaz, kargü hortan jarten. Personaje honen erranahiaz eta sorbürüaz uste ükeite desbardinik bada. Zonbaiten arabera, segürrena da « Centaure » edo zaldigizonaren ildokoa dela. Aitzindari herrokako azkena bada ere, Entseñariak dü Züberoako bandera gora altxatzen eta erabilten. Haatik, aitzinean ebiltea agitzen zaio eta ez zer nahirentako, Züberoako dantzetarik aipagarrienetan den Bralea harek beitü eramaiten. Züberoako dantza bereziak diren besteak izentatzeko doia, erran dezagün horik direla : Barrikada haustea, Gabota eta Godalet dantza.

Züberoako dantza-jauziak sento direla emaiten dü, hogei bat herritan beitira ikasgiak. Bai bena, egünko egünean aitzina jarraikitzen badüe, argiki erran behar da memento batez neskatilek segidaren hartzeari zor deiela. Ezi, 1990ko hamarkadetarik haste, potiko hanitx baztertü ziren dantza-jauziak emaitetik, beste aizinarte elibati plantatzeko, kirolean batez ere. Neskatilek, behar ere, segida hartü züen... bestela akabo izanen beitziren, arte batez pürü, Züberoako dantza-jauziak ! Gaüzak hola agitzearen ondoaje da hainbeste neskatilaren ikustea Züberoako dantza-jauzi saldoetan, memento batez hamar dantzarietarik zortzi, non ez zen bederatzü, neskatila zirelarik. 21. menteko bigerren hamarkadaren hatsarre hontan üdüri dü, haatik, potikoak berriz laketzen hasten direla dantza-jauzien ikasten eta emaiten. Hainbat hobe, zeren eta, orotarik behar beita mündü plomüdün baten egiteko !

Züberoako dantzak gaüza berrien sortzen jakin üken dü beti, eta erran leite gisa horrez dela aitzina joiaten eta biziberritzen. Halaber, dantza arropen berritzeko ürratsetan ere sartü dira zonbait. Jauntsi horik menteren mentetan kanbiatü izan dira... zentako ote ez lizate hola izaten ahal oraikoan eta bihar ere ? Hala, Erramun Garzia-Zabalegi Hego Eüskal Herriko ofizioko jostünaren üngürüan, Züberoako hogeita hamar bat dendari biltzen dira 2000. urteen lehen hamarkadaren ürrentzetik, dantzari arropa modela berriak sortzeko eta moldatzeko... beti, halere, lehenagokoetarik hartzez. Hola, lehen lan bezala, Aitzindarien arropak berritü dütüe eta emazte Satanaren jauntsiak osoki asmatü. Behar-beharrekoa den lan hortan aitzina aritzeko geietan dira, hala nola neskatila dantzari gazteener doitürik izanen diren arropak asmatzez eta egitez.

Sail hortan ere, Züberoako dantzak jakin üken behar dü, aspaldiko bideetan jarrikitzeko, ürrats berriak egiten, lehenagoko ekarpenetarik oraikoaren hazteko eta biharkoaren asmatzeko.

Le groupe des cinq danseurs traditionnels souletins - Aitzindariak - en action.

La danse traditionnelle souletine : vivante par emprunts et renouvellement

La danse traditionnelle souletine peut être définie comme une expression culturelle façonnée avec les apports de deux sources distinctes : d'une part, les danses dénommées « sauts » qui se rattachent au fond commun et séculaire des danses du Pays Basque, voire, pour certaines, de l'ensemble des Pyrénées ; d'autre part, les « pas de principes », d'origine plus récente et qui sont une singularité souletine. Les sauts se dansent souvent en formant un cercle et cette particularité a été interprété par des spécialistes comme une symbolique solaire. Pour ce qui est des « pas de principes », un excellent ouvrage publié par la fédération de groupes de danse de Soule Aitzindariak nous précise que : « Ce courant qui a inspiré des danses parmi les plus brillantes et tout à fait originales dans l'ensemble basque, prend sa source dans les « danses de caractères » pratiquées dans les théâtres parisiens dès le 17e siècle, puis dans les salons de la capitale, avant de passer dans les armées, où elles étaient enseignées, à partir du début du 19e siècle, au même titre que la boxe ou l'escrime à l'épée ou à la canne. C'est là que les conscrits souletins les ont découvertes et apprises, avant de les ramener au pays natal où une forte tradition de danse, ancienne et bien ancrée, constituait un terreau favorable à l'implantation de cette nouveauté (…) ».

Cet intéressante brochure nous rappelle en outre que : « Les danses souletines sont toutes constituées par des enchainements de pas de principes. Ces pas sont relativement peu nombreux, quelques dizaines à peine, et doivent être exécutés dans les strict respect du modèle traditionnel. Par contre, leurs enchaînements – les souletins les appellent « points » – peuvent être composés librement, dans la seule limite imposée par leur harmonie et le respect du cadre musical. Leur nombre est donc indéfini. La plus grande partie de ces enchaînements est certes préétablie et enseignée dans les écoles de danses, mais il en est d'autres que les meilleurs danseurs créent eux-mêmes (…) ».

Sans aller plus loin dans ces explications sur les origines et les emprunts de la danse souletine, attachons nous à ce groupe de danseurs souletins dénommés Aitzindariak (littéralement « ceux de devant ») qui constituent notre plus visible singularité en la matière. Les Aitzindari sont au nombre de cinq et ils apparaissent et évoluent selon un ordre immuable, à savoir, du premier au dernier : le Txerrero, le Gatüzain ou Gatero, la Kantiniersa, le Zamaltzain et l'Entseñari. Avec ces cinq personnages, on a un exemple parfait de la capacité démontrée par la danse souletine à marier harmonieusement tradition très ancienne et emprunts plus récents.

Pour ce qui est de la symbolique exprimée à travers chacun de ces personnages, nous nous référerons aux interprétations des spécialistes du domaine. Le Txerrero, qui évolue en maniant avec habileté une sorte de balai en crin de cheval et qui ouvre la route à ses partenaires se référerait à des croyances anciennes où l'on chassait ainsi les mauvais esprits... Le Gatüzain ou Gatero est un personnage identifié comme de la lignée des Arlequins et qui, grâce à son instrument en forme de pantographe, se livrait à quelques facéties...

L'origine de la Kantiniersa ne laisse quand à elle guère de doute sur le fait qu'il s'agit d'une évocation de la cantinière qui servait dans les troupes napoléoniennes. L'apparition de la Kantiniersa remonte à la toute fin du 19e siècle, au moment ou elle remplaça un personnage féminin appelée Maka beltza, dont les prestations outrancières finirent sans doute par incommoder les dignitaires de l'Eglise et les autorités civiles...

Le Zamaltzain, souvent objet de toutes les attentions, est lui, semble-t'il apparenté aux divers mythes de l'homme-cheval ou Centaure. Ce qui est sûr, en revanche, c'est que le rôle du Zamaltzain est dévolu au meilleur danseur, celui qui allie élégance, légèreté, précision du point... ce qui n'est pas une mince affaire ! L'Entseñari ou « porte-enseigne » est, curieusement, celui qui apparaît et évolue en dernier. Ce danseur, qui porte haut les couleurs et symboles de la Soule, est cependant en tête de file dans l'exécution de la danse du Branle. Cette danse en chaine ou en file, longue et complexe, n'est pas la seule qui soit exécutée lors des mascarades ou des pastorales. On peut en citer trois autres, particulières à la Soule : Barrikada haustea (la dislocation de la barricade), Godalet dantza (la danse du verre) et Gabota (la gavotte).

La danse souletine sauvé par les filles

Les costumières bénévoles avec le couturier professionnel

La danse traditionnelle souletine apparaît solide et vivante, si l'on se réfère au simple fait qu'une vingtaine de groupes de village existent avec leur école de danse. Il faut cependant en reconnaître le mérite aux jeunes filles qui ont, un temps, suppléé à la défection des garçons. Cela a été le cas à partir des années 1990, période où la plupart des jeunes gens masculins ont déserté les écoles de danse souletine pour se tourner vers d'autres loisirs, sportifs essentiellement. Dès lors, on peut, sans crainte d'être démenti, affirmer que la danse souletine à été sauvée par les filles. Partant de ce constat, on peu comprendre pourquoi, à partir d'un moment, les groupes de danseurs souletins étaient à 80% voire 90% composés... de danseuses. C'est encore vrai en ce début de deuxième décennie du 21e siècle, bien que l'on constate une certaine reprise d'intérêt des garçons pour la danse souletine. C'est un fait dont il faut se réjouir, car la mixité est toujours un gage de richesse.

La danse souletine a toujours su s'enrichir et se renouveler et c'est la raison essentielle de sa permanence et de sa vitalité. On peut tirer le même enseignement pour le renouvellement des costumes de danseurs souletins, qui, eux-aussi, on évolués au fil du temps. Pourquoi n'en serait-il pas de même aujourd'hui et dans le futur ?

Partant de ce postulat, le couturier professionnel basque du sud Erramun Garzia-Zabalegi a commencé vers la fin de la première décennie de ce 21e siècle, à travailler, avec un groupe d'une trentaine de couturières de divers villages de Soule, à la conception de nouveaux modèles d'habits pour les Aintzindari, en se référant à des spécimens anciens. Ce travail a également donné lieu à la création d'un modèle de danseur Satan féminin qui n'existait pas jusqu'alors. Ce renouvellement, synonyme d'avancée et d'adaptation, devrait se poursuivre par la conception d'habits spécifiques pour les danseuses, particulièrement les plus jeunes.

Au final, on peut conclure, que dans le domaine de la danse aussi, la Soule a su marier tradition et adaptation à la modernité et se référer utilement au passé pour construire le présent et préparer l'avenir.

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink
Contribuer
Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Nos sauveurs
Nos sauveurs

Ils ne pouvaient être autres choses. Nous les attendions depuis plusieurs jours, depuis l’annonce de notre extinction. Notre chama...

Laure Gérard
2 min
Carl Bommer
Carl Bommer

J’avais merdé. C’était indéniable. J’avais refusé de croire aux inepties de ce joli minois. Quel...

Laure Gérard
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur