facebook On écrivait
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
On écrivait

On écrivait

Publié le 13 janv. 2022 Mis à jour le 13 janv. 2022
time 2 min
2
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 4 commentaires
lecture 32 lectures
4 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

On écrivait

On écrivait…

Jadis on écrivait. On écrivait à un parent lointain, à un ami cher, à l’être aimé. On écrivait, car on était en Amérique, ou à Paris, ou à Casablanca. On écrivait car il n’y avait pas de téléphone et encore moins d’ordinateur. On écrivait car on avait des choses à dire, des mots d’amour, ou d’amitié. Les mots vont parfois plus loin, écrits que dits. On écrivait pour exprimer sa pensée, avec des mots choisis, pesés. On écrivait pour raconter la vie, les voyages, les rencontres. On écrivait pour parler de la guerre, du chagrin, des morts. On écrivait pour rassurer, pour consoler. 

On écrivait par plaisir, pour choisir l’enveloppe, le papier, le stylo et l’encre, le timbre. 

Quel beau courrier parfois on trouvait dans la boîte !

Et puis les boîtes, elles aussi, pas toutes pareilles, mais petites, carrées, rondes, en bois, en fer, en fonte, trapues, sur pied, colorées, longues, décorées, rigolotes ou sérieuses. Elles avaient le style de la maison, ou des propriétaires. 

Parfois l’encre était violette, ou c’était le papier qui sentait la violette, la rose ou le muguet. 

Tout était bon pour surprendre, pour charmer, pour faire plaisir. 

Les cartes elles, évoquaient les fêtes. À Pâques les fleurs, les œufs, les lapins. À Noël les paysages givrés, le houx et le gui enrubannés de rouge, des bougies lumineuses dans des lanternes de fer noir, posées sur la neige. Le courrier était un objet sentimental. On trouve encore dans les affaires de nos anciens partis, des enveloppes, des lettres, des cartes soigneusement conservées, où l’on peut encore voir cette écriture appliquée, patiemment apprise sur les bancs des écoles, avec le porte-plume et l’ingrate plume Sergent-Major qui grattait, crissait, tachait, si longue à apprivoiser par les doigts des enfants. 

Cette écriture qui, une fois domptée, demeurait appliquée et gracieuse le reste de l’existence, avec de très belles majuscules ! 

La gaillarde conteuse

lecture 32 lectures
thumb 4 commentaires
4 réactions
Partager l'article
copylink copylink

Commentaires (4)

Sublime cet écrit ! Il a du sens et du velours.

C'est parce qu'on écrivait que nous avons inventé Panodyssey.

❤️
Merci beaucoup Alexandre, mais oui chez Panodyssey, on écrivait, on écrit, on écrira ! 💌🖌
avatar

Elodie Furtak 9 jours

C'est vraie que l'écriture manque énormément aujourd'hui, on ne s'y consacre plus. C'est quelque chose que j'apprécie énormément. Peut être parce que je suis encore étudiante et ai la chance d'écrire encore manuscrit.
Mais oui, l’écriture manuscrite a du charme et si vous écrivez encore avec la main, qui fait cela si bien, c’est formidable ! Merci pour votre visite, Élodie…

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Traverser l'adolescence
Traverser l'adolescence

Lorsque l’on n’est plus un enfant On regrette le père-noël Car on comprend bien à présent

Estelle Lahoussine-Trévoux
1 min
Haïku
Haïku

De grands yeux rieurs Une boule d’énergie Ma petite sœur.   Estelle Lahoussine-Tré...

Estelle Lahoussine-Trévoux
1 min
Covid : MAFIAS gouvernementales
Covid : MAFIAS gouvernementales

N. Djokovic envisage d'attaquer en justice l'Australie, maintenant que la France avertit qu'elle ne laissera pas un grand tennisman non-vaccin&e...

Cecile Voisset
5 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur