Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
La passion d'écriture

La passion d'écriture

Publié le 30 juil. 2022 Mis à jour le 30 juil. 2022
time 2 min
2
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 4 commentaires
lecture 20 lectures
3 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

La passion d'écriture

Mes parents devaient déposer mon frère en pension. Je prenais avec moi, un crayon et un petit carnet. Mon idée était d'écrire une histoire. J'avais neuf ans. Puis, je me lançais à écrire pendant le trajet. J'ai utilisé les mêmes personnages durant plusieurs histoires. J'ai grandi en même temps que mon écriture. C'était mon plaisir, je ne savais pas où cette écriture m'en emmenait. J'écrivais des histoires d'amour, j'avais toujours une idée d'histoire et pourtant, mon écriture était loin d'être parfaite. Je devais écrire des incohérences, j'exprimais à ma façon comme cela venait. J'oubliais des mots, je suivais difficilement mon écrit. L'écriture était mon moyen d'expression, pour sortir les mots que je ne parvenais pas à les sortir oralement. Tout restait à l'intérieur de moi, mes souffrances, mes douleurs, mes chagrins. J'écrivais quelquefois sur un journal intime. Puis, à l'adolescence, ma souffrance était trop grande, trop pénible. J'avais 15 ans, je crois, j'écris une histoire triste pour avouer tout mon chagrin après un deuil. Je l'avais offerte à mon père. Il s'était assis dans le canapé pour la lire. Il découvrit ce que j'avais sur le cœur, cette douleur que je portais en moi. J'avais mis ma mère et une sœur proche, mais sans lui. L'histoire d'une jeune fille qui ne supportait pas d'avoir perdu un voisin, avec qui elle avait de l'affection, je parlais même d'envie de suicide et une chienne qui me redonnait goût à la vie. J'ai une larme coulée sur le visage de mon père. Il ne m'en parla pas de mon histoire, mais il était bouleversé. Il s'est peut-être rendu compte qu'il était absent à mes yeux. Il était si distant avec ses enfants, il ne communiquait pas beaucoup. Ce jour-là a été un bouleversement pour nous deux. Il a commencé à me parler un peu, pour me montrer qu'il était là. Je me sentis soulagée d'avoir écrit tout cela. L'écriture m'avait aidée à sortir du mutisme d'un silence insupportable. J'ai progressé petit à petit, cela m'a aidée à mieux m'exprimer. L'écriture est mon moyen d'évasion, je suis plongée dans ce monde et c'est là où je me sens le mieux. J'oublie la réalité, je vis dans mon histoire et je n'ai plus envie d'en sortir. C'est mon échappatoire, elle est ma bouée de sauvetage, ma confidente. Elle m'a vue verser des larmes, mais c'est mon amie. Elle m'a permis de me sauver, de tenir et éviter de m'écrouler. Je la remercie de sa fidélité depuis trente-neuf ans. Je ne peux pas vivre sans elle, car elle m'a fait grandir et m'épanouir.

lecture 20 lectures
thumb 4 commentaires
3 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaires (4)

avatar

Morgane Danet 10 jours

oui, c'est la meilleure psychologue l'écriture, car tout ce que j'écris, je serais incapable de le dire à une psychologue en face.
avatar

Chris Falcoz 11 jours

L'écriture comme exutoire, je connais.
Bravo à toi d'avoir osé offrir cette histoire à ton père, je suis heureuse que cela ait aidé à l'époque et continue de t'aider actuellement. 💜

Tu aimes les publications Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
La tête dans les nuages
La tête dans les nuages

Rêveuse. La tête dans les nuages. Et alors ?  Lisa se sent bien la tête dans les nuages. À tout moment...

Ysa Lapiert
1 min
The City of Frihet
The City of Frihet

I wake up with a spider on my pillow. I get up as fast as I can. I shake my big brother awake, carefully not...

Ines Camoes
4 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur