facebook L'Affaire de L'inspecteur Jacquet
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
L'Affaire de L'inspecteur Jacquet

L'Affaire de L'inspecteur Jacquet

Publié le 6 juil. 2020 Mis à jour le 23 janv. 2021
time 3 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

L'Affaire de L'inspecteur Jacquet

L'inspecteur Jacquet - surnommé petit pain parce qu'il avait le poing facile, mais pas très puissant - était sur les lieux lorsque le Haut Commissaire se signala à lui.
D'un sourire semi-automatique, il salua son subalterne puis invita l'assistant de Jacquet, Plantafin, à exposer les faits : Un homme ci-bas allongé sur le ventre, avait été retrouvé sans connaissance dans son salon. Après l'arrivée des policiers, il était mort.

- Sommes-nous certains de ne pas être impliqués ?

Le Haut Commissaire mesura le degré d'humour noir dans l'expression de Jacquet mais n'y vit que curiosité policière. Il répondit donc :
- Absolument pas !
- Nous ne sommes pas certains ?
- Mais non, nous ne le sommes pas !
- Certains ?
- CON-CER-NÉS !

La voix avait couvert le bruit des flashes, les bavardages et le claquement des gants en latex.
Mais le légiste arrivait déjà :
- Heure de la mort, 3 heures du matin - Suicide au couteau, une vingtaine de blessures dont une, dans le dos.

Jacquet, Plantafin et le Haut Commissaire le scrutèrent en silence.

- ou meurtre ?…

Chacun soupira d’aise.

Le légiste, suite à un accident involontaire de son plein gré, avait provoqué, il y a quelques années ... Bref ! Il voyait des suicides partout !

Quelques heures plus tard, il appela ses collègues pour leur préciser dans le laboratoire de la PJ que les coups avaient été portés à 26 reprises par un couteau à beurre de 4 cm. Au vu de la position des entailles, le meurtrier avait une taille égale à celle de sa victime.

Photo Chantal Perrin Verdier

- Empreintes ?
- Aucune, inspecteur Jacquet !
- Etrange qu'il n'y ait pas au moins les siennes ...
- Vous sembliez bien ne pas vouloir que ce soit un suicide, pinça le légiste.
- Mais il devait s'en servir, non ?
- Peut-être n'était-ce pas SON couteau à beurre.
- Peut-être

L’affaire promettait d’être compliquée pourtant ils finirent par découvrir que la victime, un dénommé Monsieur Crok propriétaire d'une fourgonnette qui lui servait de restaurant itinérant, préparait des sandwichs divers et avariés (un premier mobile ?) - pour les vendre sur place ou à l’emporter.

- Il travaillait avec un ami.
- Cherchez un peu de ce côté ...

Comme Plantafin suivait le regard de Jacquet, ce dernier précisa « du côté de l’associé ».

Ils poursuivirent leur enquête autour d'un casse-croûte.
- Pourquoi un couteau à beurre ? réfléchit tout haut Plantafin.
- On l'utilise pour tartiner un sandwich, ou un toast... De quelle origine est l'associé ?
- Euh ! ... Attendez ... Ah ! Oui ... anglaise !
- Intéressant ... Le meurtrier a voulu sans doute laisser un message qu'il nous faut décoder. Combien d'entailles déjà ?

- 26 ! Mais bon ... En même temps, avec un couteau à beurre, ce n'est pas ... vraiment évident.
- L’associé ou un client fou furieux ? Il ne faut pas négliger les exigences tordues des clients : le choix du pain est pour certains vital, d’autres adorent le beurre, c’est si goûteux, si tendre …

Devant l’expression de Plantafin, Jacquet expédia :
- … Ou pas. Une aversion mal soignée et …

Jacquet ouvrit le tiroir gauche de son bureau et en sortit un vieux couteau à beurre.
Plantafin le fixa alors que son supérieur déclarait déjà :
- Ils ne mettent jamais assez de beurre, vous ne trouvez pas ?

 

Photos Couverture et dans le texte : Chantal Perrin Verdier

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Au commencement
Au commencement

  De nos jours, dans un village, près de Lyon, la fin...

Morgane Danet
9 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur