Congratulazioni! Il tuo sostegno è stato inviato con successo all'autore
le fauteuil rouge scène 18 à 20

le fauteuil rouge scène 18 à 20

Pubblicato 3 apr 2024 Aggiornato 3 apr 2024 Adventure
time 8 min
0
Adoro
0
Solidarietà
0
Wow
thumb commento
lecture lettura
1
reazione

Su Panodyssey puoi leggere fino a 30 pubblicazioni al mese senza effettuare il login. Divertiti 29 articles da scoprire questo mese.

Per avere accesso illimitato ai contenuti, accedi o crea un account cliccando qui sotto: è gratis! Accedi

le fauteuil rouge scène 18 à 20

CHAPITRE 3

 Scène 18

 

     Elle se réveilla en pleine forme et l’esprit clair. Les pleurs d'un saxophone avaient accompagné ses rêves peuplés de canapés sur lesquels Mariana débitait ses conseils en buvant de la bière. Le ciel était de bonne humeur lorsqu’elle arriva devant le magasin de son amie, coincé entre deux immeubles haussmanniens dans une rue discrète du 12eme arrondissement.

— En voilà une surprise ! 

Josie ne marchait pas. Elle alternait les pointes de vitesse et les déplacements au ralenti.

 Avant que Debbie ait refermé la porte, la mince femme blonde lui avait sauté au cou, plaqué sur ses joues plusieurs baisers avant de retourner derrière son comptoir. Le soleil peignait ses cheveux bouclés.     Elles se regardèrent en souriant. Un goût partagé pour les promenades en forêt et les longs bavardages en pyjama devant un plateau télé avait tissé entre elles une amitié qui résistait à toutes les chamailleries. Un jeune homme en tee-shirt Manga était plongé dans une profonde méditation devant les CD New Age. Il prit des notes sur un carnet à spirale, puis repartit, l’air soucieux. Un client raide comme un balai en costume-cravate entra, les salua d’un hochement de tête condescendant et fonça vers le rayon de musique celtique. Il examina les CD un à un, fasciné par les menhirs et les lacs irlandais.  

 —Tu viens pour quoi ? J’espère que c’est toujours d’accord pour dimanche, on part ensemble et je choisis la destination ? Ne me dis pas que tu as un empêchement ?

Debbie sortit le livre de son sac.

— Tu as oublié ce chef d’œuvre hier soir !

— Tu as jeté un coup d’œil ? Génial, non ?

— C’est quoi ce nouveau délire ?

— J’imagine que tu ne seras pas chaude pour venir avec moi à un stage d’initiation ?

— Tu fais honneur à l’intuition féminine. Je suis là pour raison professionnelle. Il me faut des enregistrements de Mezz « Finger » Wasp, une ancienne gloire du saxo. Tu connais ?

— Bien sûr ! Il est moins demandé depuis quelques années. Je ne sais même pas s’il vit toujours. 

— J’espère que oui, je dois faire un reportage sur lui.

Josie ouvrit un tiroir.

—Tu trouveras ton bonheur là-dedans. Prends ce que tu veux mais fais attention à celui-ci. C’est une pièce rare. Charlie, mon premier fiancé, l’avait repiquée sur son magnétophone

 

« Où t’as eu ça ? « C’est le cousin de Claude qui l’a piqué chez le disquaire de la rue Frédéric Mistral tu te rends compte ? « Et pourquoi c’est à toi qu’il l’a prêté ? « Elle est jalouse !... Elle est jalouse ! « Même pas vrai ! D’ailleurs il est moche… »

— Youyou !… La Terre appelle Debbie ! Répondez Debbie ! A quoi tu penses ?  

— A mon reportage. Merci beaucoup, ma Josie ! C’est exactement ce qu’il me faut. J’ai besoin de m’imprégner de sa musique, tu comprends. Je sais qui c’est mais je ne le connais pas.

— Je suis bien contente que tu ne sois plus fâchée.

— Pourquoi dis-tu ça ?

— Hier soir, tu avais l’air contrariée quand je t’ai dit que j’avais envie d’avoir un enfant et de retrouver un mec.

 — Ça ne t’a pas empêché de finir la salade exotique. J’espère simplement que tu feras les choses dans l’ordre et que tu choisiras un père présentable.

— Dis donc, c’est la fête au village ce matin !

— Ne fais pas attention ! En ce moment, je suis tracassée, je ne sais pas pourquoi. — On en est toutes là. Pour avoir des renseignements de première main, demande à ton copain Stef, il ne peut rien te refuser. T’es pas amoureuse au moins ? 

— Tu ne vas pas t’y mettre aussi !

L’amateur de musique celtique posa sa carte bleue sur une pile de CD couronnée par un single du groupe Tri Yann. Il composa son code après leur avoir jeté un regard soupçonneux et disparut aussi vite que s’il sortait d’un sex-shop.

 

Scène 19

Il régnait dans la Rédaction l’absence d'agitation normale d’un mardi matin, faite de conversations feutrées et de pianotage sur ordi. Robert l’Intégriste vint vers elle avec des airs de conspirateurs. 

— Va donc voir Stef, il te cherche. Si c‘est pour une demande en mariage, je fournis les dragées. Elle le remercia avec un grand sourire et examina la statuette en bronze de Count Basie posée sur une table basse, essayant de calculer si elle était assez lourde pour lui fracasser le crâne.

 Stef déploya les CD comme une main gagnante de poker.

 — Mouais, pas mal ! Ta copine a le chic pour dénicher des rossignols qu’on ne voudrait pas dans un vide-grenier, mais je reconnais que, de temps en temps, elle a le nez creux. Tu lui expliqueras gentiment que son ancien copain s’est fichu d’elle avec sa version piratée. Il n’y a pas eu d’enregistrement officiel du festival de Saint Maixent en 71.

Il chaussa les lunettes rondes qui lui donnaient, selon l’indulgence de ses collègues, des allures d’étudiant attardé ou de poisson ahuri.      

— Avant de te remplir les oreilles avec ses airs les plus connus, tu vas écouter ça, c’est un blues de la grande époque. Mezz le jouait à l’entame de ses spectacles. Là, ma puce, on est dans le rare et on approche vraiment du personnage.

  Il installa un authentique Tepazz sur son bureau et posa un disque vinyle aux titres effacés.

 

« gonna catch myself a train fifteen coach long  « When you look for me I’ll be gone »

(J’irai prendre un train long de quinze wagons  Quand tu me rechercheras, je serai parti)

 

Debbie sentit les larmes lui monter aux yeux. Stéphane, sans faire de commentaire, lui tendit un kleenex. Elle se moucha et glissa le paquet dans sa poche. Il sortit d’un de ses tiroirs une cassette VHS. 

— J’ai trouvé des séquences filmées pendant ses concerts et à Saint-Germain-des-Prés.

Il avait de l’allure, le bougre ! Tu reconnaitras sûrement son instrument. Un Bueschen Aristocrat .

— A tes souhaits !

— Un peu de respect, jeune insolente, c’est le stradivarius des saxos. 

 — Et alors ?

 — Regarde les photos ! Il l’avait déjà au « Blue Star ». Tu crois qu’un musicien de cabaret pouvait se l’offrir ?

— Un mystère de plus ?

 — Peut-être. Il déchira lentement une page de carnet.

— Tu peux aller voir ces gars de ma part. Ils n’ont pas fait de grandes études mais ils ont connu Mezz mieux que moi et adorent évoquer leurs souvenirs. Evite de gober sans réfléchir tout ce qu’ils te raconteront mais on ne sait jamais, ils peuvent t’apprendre des trucs.

 

Au moment où elle se dirigeait vers l’ascenseur, elle rencontra Amaury dont le sourire fatigué la mit en colère sans qu’elle comprenne pourquoi. 

— Salut, tu pars déjà ? 

Elle rejeta en arrière une mèche folle dans un geste qui voulait évoquer les vamps hollywoodiennes. 

— On fait comme chez les fonctionnaires. Ceux qui partent en avance croisent ceux qui arrivent en retard. 

— Dis pas de mal, ma mère est fonctionnaire. 

Elle appuya sur le bouton de l’ascenseur. 

— Je m’en doutais, ça fait partie de ton charme.

 

 Scène 20

Elle se plongea dans la liste de survivants inscrits à l’inventaire du patrimoine existentialiste, vétérans du Tabou et des Deux Magots ou retraités du Hot Club de France.

Ravis de pouvoir évoquer leurs souvenirs, Ils ne se firent pas prier les jours suivants pour se plonger leur folle jeunesse, et faire ressurgir les ombres tutélaires d’Hugues Panassié,  Boris Vian, Miles Davies et quelques autres dont ils étaient les seuls à se souvenir.

L’avant dernier, un bassiste chauve et égrillard, lui fit une confidence importante.

— On a quand même bien rigolé. Le Mezz, quand on y regarde de plus près, il était comme les autres… Fallait pas lui en promettre... Vous voyez ce que je veux dire ? Debbie prit son air le plus innocent pour affirmer qu’elle ne voyait pas du tout et l’abandonna à la terrasse d’un bistrot de banlieue en compagnie d’un Ricard que l’eau avait à peine troublé. 

Elle termina son périple en compagnie d’un vétéran de la Rose Rouge, inconditionnel du Picon-Bière qui lui avait valu son surnom, et qui arborait une crinière blanche ramenée sur la nuque. Son regard s’embuait lorsqu’il évoquait Juliette Gréco.

— Je vous le dis comme je le pense, mademoiselle. « Finger », c’était pas ce qu’on croit.

 Il vida son deuxième verre en regardant autour d’eux. Dans la salle étroite, où des lampes tamisées soulignaient une pénombre qui se voulait intimiste, la clientèle clairsemée ne leur prêtait aucune attention.

— Croyez-en un vieux de la vieille avec quarante ans d’orchestre au compteur ! S’il est devenu brusquement une vedette, après avoir échappé aux balles, c’est qu’il a conclu un pacte avec le Diable. Personne d’autre a fait un truc pareil. Faut pas rigoler avec ça !...

           Debbie ne rentra pas tout de suite chez elle. Elle se réfugia dans un des rares cafés où elle aimait aller seule. C’était là qu’elle fêtait ses anniversaires avec quelques amies débauchées pour la circonstance. Sa table préférée était occupée par quatre messieurs à col ouvert et gourmettes de cadre qui discutaient gravement sans quitter du regard leurs Notepad. Elle s’assit à la terrasse et attendit son Perrier-Menthe en comptant les bus.

lecture 47 letture
thumb commento
1
reazione

Commento (0)

Ti piacciono gli articoli su Panodyssey?
Sostieni gli autori indipendenti!

Proseguire l'esplorazione dell'universo Adventure
Le réveil de Gallja - Tome 3
Le réveil de Gallja - Tome 3

Comme vous le savez peut-être déjà, je travaille actuellement sur le troisième, et avant-dernier,...

L. S. Martins
1 min
Bande d'annonce
Bande d'annonce

  ☆ Bonsoir à tous ! Voici donc comme promis, ma bande d'annonce pour mon roman : MIND. Cré...

Alya B
1 min
Introduction :
Introduction :

Ce moment tant attendu est enfin arrivé : nous sommes au mois de juillet.      ...

Snakecroqueur
3 min

donate Puoi sostenere i tuoi scrittori preferiti

promo

Télécharge l'application mobile Panodyssey