Congratulazioni! Il tuo sostegno è stato inviato con successo all'autore
Le fauteur  rouge  scèneS 24 à 27

Le fauteur  rouge  scèneS 24 à 27

Pubblicato 11 apr 2024 Aggiornato 11 apr 2024 Adventure
time 6 min
0
Adoro
0
Solidarietà
0
Wow
thumb commento
lecture lettura
0
reazione

Su Panodyssey puoi leggere fino a 30 pubblicazioni al mese senza effettuare il login. Divertiti 29 articles da scoprire questo mese.

Per avere accesso illimitato ai contenuti, accedi o crea un account cliccando qui sotto: è gratis! Accedi

Le fauteur  rouge  scèneS 24 à 27

Scène 24

CHAPITRE 4

           Son vieux sac de voyage sur le dos, Debbie leva la tête et regarda les verrières de la gare de Lyon lavées par les averses nocturnes. Son jean et son tee-shirt se fondaient dans la bousculade bigarrée et jacassante des vacanciers. Le vent lui rafraîchissait le front tandis qu’elle se hâtait vers son train.

Elle monta entre une troupe de Norvégiens et deux bidochons énervés et s’installa en soupirant d’aise près de la fenêtre du carré central qu’elle partageait avec une grosse dame somnolente et un couple renfrogné aux allures de préretraités. Elle sortit son dossier tandis que ses voisins se plongeaient dans France-Soir et Closer. Une famille surexcitée, installée deux rangées plus loin, ne parvint pas à troubler sa concentration. Elle relut méthodiquement les articles rassemblés et annotés. Elle connaissait chaque détail de tout ce que Mezz «Finger » Wasp avait bien voulu confier aux journaux, mais l’homme se dérobait.

 « Instrumentiste complet au parcours jalonné de périodes d’ombre … »  « Sonorité rare et mystérieuse. Une détresse  toujours au bord de l’éclat de rire » « Mélange improbable de piano-bar et d’accords sauvages à la Charlie Parker. » «…. Diable qui s’est fait ermite au soleil du Midi » « Violent et retenu, il s’arrête au dernier moment au bord du gouffre, se retenant de se jeter dans l’abîme. »

           Elle attendit que la voiture-bar se vide pour aller déguster une des dernières salades composées disponibles en boîte plastique. La grosse dame descendit à Dijon et le couple à Lyon Part-Dieu. Le paysage défilait, de plus en plus chaud sous une lumière implacable.      Elle aimait regarder les mains de son père, hâlées et puissantes qui domptaient le volant tandis que le vent sifflait avec colère.

« Tu imagines, si on était blondes, comme la tante Eglantine ?

 — Tu veux dire, toutes les deux ?

— Bien sûr, gourdasse, faut qu’on reste pareilles…

— J’aime pas que tu m’appelles comme ça ! »

Qu’est-ce que tu fais ? Pourquoi n’es-tu pas là ? Tu devrais être là…

           La main du contrôleur se posa sur son épaule au moment où elle allait hurler. Elle se réveilla en sursaut et tendit son billet, un peu honteuse mais personne, dans le wagon presque vide, ne lui prêtait attention. Elle loua une voiture en essayant d’oublier qu’elle avait horreur de conduire, qu’elle avait passé son permis à six reprises, et qu’elle avait du mal à se servir correctement d’un GPS.   

Scène 25

Elle savait exactement à quel endroit les souvenirs l’attendaient, freina brutalement et se gara pour laisser aux larmes le temps de se libérer. Elle se disait à chaque fois qu’elle ferait un détour mais à quoi bon ? Sans la voir, elle devinait la présence de la mer.

« Ne va pas trop loin, fais attention aux vagues. »

« Elle ne sait pas très bien nager… Il faut toujours la surveiller »

           Elle respira profondément, les yeux fermés, selon les préceptes de son professeur de yoga, puis repartit à petite vitesse, écoutant le vent qui fredonnait à ses oreilles. Il y avait une place libre juste devant chez sa mère. Elle se donnait bonne conscience en l’appelant régulièrement mais le plus souvent, la conversation finissait mal.

Au téléphone, elle pouvait toujours raccrocher. Ici, en entrant dans son monde de manies et de petites habitudes, elle n’avait pas d’échappatoires. Elle la trouva, courbée sur le massif de fleurs. Elle portait la même robe gitane aux couleurs criardes que lors de sa précédente visite. Ses mains avaient encore maigri… Quand était-elle venue pour la dernière fois ? C’était l’an dernier, pour le week-end de la Toussaint. Elle s’en souvint juste à temps. 

           Pourquoi Mezz « Finger » Wasp avait-il eu la mauvaise idée de s’installer à quelques kilomètres d’ici ? Elle commença à lui en vouloir. Sa mère leva la tête d’un air contrarié et prit le temps de planter un dernier bulbe. Debbie, comme chaque fois qu’elle approchait de la maison, regarda avec méfiance le figuier desséché qui menaçait de tomber.

 

           Scène 26

  • Pourquoi ne le fais-tu pas couper ?

— Parce qu’il est comme moi : tout sec, tout mort, tout seul à attendre qu’un coup de vent le jette par terre. 

— Tu plantes trop profond.

— Qu’est-ce que tu y connais ? Tu as un jardin sur ton balcon ? Si j’enterre profond, ça me regarde. Entre donc puisque tu es là !

Elle reconnut l’odeur de produits ménagers dans la cuisine astiquée comme un appartement témoin. Tout semblait figé depuis que sa mère s’y était installée après avoir vendu la maison de famille. Debbie s’assit au bout de la table recouverte d’une nappe quadrillée et parcourut du doigt un labyrinthe imaginaire qui menait à une carafe vide. Sa mère sortit deux verres à moutarde et un pack de jus d’orange. Elle accorda enfin un véritable regard à sa fille.

— Tu as changé de coiffure.

— Oui, depuis l’an dernier.

— C’est pourtant vrai ! Ma fille n’est pas venue me voir depuis l’an dernier !

 Debbie regarda d’un air résigné les assiettes décorées accrochées au mur.

— Et ma mère n’a pas eu envie de venir me voir.

 — Monter à Paris à mon âge avec toutes mes fatigues ? Tu ne changeras jamais ! Tu veux toujours avoir le dernier mot…

Elle emplit les verres et s’assit en soupirant.

— Maudite sciatique ! Dès que le temps est à l’orage, elle revient m’embêter. Tu ne mesures pas ta chance de pouvoir trotter à droite et à gauche.  Tu travailles toujours dans ton journal de jazz ? Maintenant, on entend plus que de la musique qui casse les oreilles … Le Rap, ils appellent ça !

— Maman….

— La radio, la télé…Y en a plus que pour les feuilletons américains !

Heureusement que de temps en temps ils passent de bons films… Quand on est toute seule…

—  Maman !!!!

Debbie s’acharnait à rester calme et à renouer patiemment le fil sans cesse brisé de la conversation.

— Enfin, c’est comme pour tout ! Chacun choisit sa route mais ce n’est pas faute de t’avoir prévenue. Si ton pauvre père était encore là…

— MAMAN ! 

 

Scène 27

Elle avait claqué la porte sans finir son jus de fruit laissant sa mère assise à la table. Elle brancha  Fréquence Jazz. L’orchestre de Duke Ellington distillait « Misty morning » tandis qu’elle se concentrait sur la conduite pour oublier la douleur qui lui tordait l’estomac.

Elle passa la langue sur ses lèvres sèches. La route longeait les calanques bruissantes d’insectes. Après avoir évité de justesse un chien errant, elle se trompa deux fois avant la Ciotat. En arrivant près des plages, elle vit clignoter des gyrophares. Le GPS annonça d’un ton fatigué qu’elle était arrivée.

           La vaste maison de la famille Lestouffade était encadrée par deux eucalyptus. Elle aima tout de suite la bonne odeur d’herbes chaudes et de mimosa. Un long chat maigre, posté au bord de la route la regarda approcher, arrondit le dos puis s’éloigna vers la mer, méprisant l’approche d’un gros chien placide. La famille se livrait au rituel de l’anisette-belote. Debbie réalisa brusquement qu’elle n’avait rien mangé depuis son festin au wagon-bar.

lecture 40 letture
thumb commento
0
reazione

Commento (0)

Ti piacciono gli articoli su Panodyssey?
Sostieni gli autori indipendenti!

Proseguire l'esplorazione dell'universo Adventure
Le réveil de Gallja - Tome 3
Le réveil de Gallja - Tome 3

Comme vous le savez peut-être déjà, je travaille actuellement sur le troisième, et avant-dernier,...

L. S. Martins
1 min
Bande d'annonce
Bande d'annonce

  ☆ Bonsoir à tous ! Voici donc comme promis, ma bande d'annonce pour mon roman : MIND. Cré...

Alya B
1 min
Introduction :
Introduction :

Ce moment tant attendu est enfin arrivé : nous sommes au mois de juillet.      ...

Snakecroqueur
3 min

donate Puoi sostenere i tuoi scrittori preferiti

promo

Télécharge l'application mobile Panodyssey