facebook Désillusion
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Désillusion

Désillusion

Publié le 17 sept. 2021 Mis à jour le 24 sept. 2021
time 2 min
3
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 29 lectures
4 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Désillusion

Ce document est destiné à votre strict usage personnel et est protégé par les lois relatives aux droits d’auteur. Merci de respecter son copyright, de ne pas l’imprimer en plusieurs exemplaires et de ne pas le copier ni le transférer à qui que ce soit.

Toute publication à des fins commerciales et toute duplication du contenu de ce document ou d’une partie de son contenu sont strictement interdites et constituent une contrefaçon passible des sanctions prévues par le Code français de la propriété intellectuelle.

Toute citation de 100 mots ou plus de ce document est soumise à une autorisation écrite de ma part.

Pour toute citation de moins de 100 mots de ce document, mon nom, le titre du document et la date doivent être mentionnés.

Image de 412designs  sur Pixabay.

J'aime bien ce passage. Il est moins dans la bonne humeur que les autres ( et les prochains extraits ne seront pas mieux, je vous préviens ! ) mais il montre bien sa prise de conscience sur un monde qui la dépasse. Un monde que Kaya pensait connaître et qui repose sur un voile de mensonge bien trop grand pour elle. Un monde où la paix n'existe plus. C'est un extrait du Chapitre 4 ;) 

Au moment où je repris conscience, ils me jetèrent dans la cellule comme un vulgaire déchet. Ils ne prirent même pas la peine de m'attacher à nouveau et sortirent de la pièce sans se préoccuper de Caden qui venait - rampait serait plus adapté - vers moi. Lui aussi, ils l'avaient laissé libre. Pourquoi nous font-ils ça ? Qu'est-ce qu'on leur a fait ? Mais je connaissais déjà la réponse. Nous n'avions rien fait de mal, nous étions juste au mauvais endroit au mauvais moment et nous étions utilisés comme des cobayes pour quelque chose qui nous dépassait. Nous avions pourtant suivi les ordres du G.A.C.U... Je tentais de reprendre mon souffle, mais manquai de m’étouffer avec mon propre oxygène à chaque inspiration tant mon corps frissonnait. Caden posa sa main sur moi ce qui me fit sursauter et m'arracha une grimace. J'avais mal partout, mais le voir avec cet air aussi désespéré me tordait de l'intérieur. Je savais qu'il culpabilisait de m'avoir emmenée malgré lui dans cet enfer, de les avoir laissés faire, de m'avoir écoutée dans ce hangar. Mais comment aurait-il pu savoir ? Aucun d'entre nous ne pouvait prédire qu'ils s'adonnaient à ce genre d'abomination alors que la paix régnait sur tout le continent. Je m'en voulais au moins autant que lui pour avoir été aussi dupe. J'avais bien senti que quelque chose n'allait pas, mais je n'avais pas pris au sérieux mes propres signaux. Quelle erreur !
— Je vais leur faire payer pour ce qu'ils t'ont fait, hermana, je le jure, je vais leur faire payer, murmura-t-il en enfonçant sa tête dans mon cou.

Caden et son putain d'espagnol. Nous étions les seuls à parler de cette manière depuis que les différentes langues avaient été abolis. Et cela ne m'était d'aucune aide, au contraire. Qu'il se sente obligé de passer par elle plus que d'ordinaire me prouvait que lui aussi se sentait en danger entre ces murs. Nous restâmes ainsi durant des heures interminables, nous berçant l'un l'autre en attendant avec crainte qu'ils reviennent nous faire subir je ne savais quelle torture maladive.

lecture 29 lectures
thumb 0 commentaire
4 réactions
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Curiosités
Regarder le monde
Regarder le monde

Me voilà dans la réalisation, j'ai donné la vie, je souhaite maintenant un avenir meilleur pour mes enfants, j'observe et j...

Adélice Bise
1 min
Donner la vie
Donner la vie

Rien ne nous appartient jamais, même ce petit corps qui grandit, ces cellules qui se transforment et qui utilisent mon corps pour venir au...

Adélice Bise
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur