facebook Quand la Pièce Montée se fait descendre 3/3
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Quand la Pièce Montée se fait descendre 3/3

Quand la Pièce Montée se fait descendre 3/3

Publié le 24 janv. 2021 Mis à jour le 24 janv. 2021
time 3 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Quand la Pièce Montée se fait descendre 3/3

Rien n'était plus chaud que de se faire cuisiner par le sosie de John Neville.

(Aha ! On ne connaît pas ?
Tous à vos moteurs de recherche ...)

Deux inspecteurs de police la jaugeaient comme si elle était responsable de toutes ces morts autour d’elle, ce qui était sans doute vrai.
Le premier, français, sortait tout droit d'une série - française - le second, américain, le simili John N, aurait pu sortir ses menottes - américaines - qu'elle s’y serait attachée elle-même.

-Vous savez que la nourriture passe par l'œsophage ? reprit John N.
Pour sûr, elle se sentait en complète œso-phase avec lui !

Portrait aquqrelle de Chantal Perrin Verdier

- L’air passe par la trachée, poursuivit-il devant son sourire d'ahurie - la glotte ferme la trachée lorsqu'on mange afin d'éviter l’étouffement. Or le poison dont ont été enduites les touches du portable de la victime, permet de paralyser la glotte. La victime a donc avalé par la trachée et s'est étranglée.

Albertine essaya de se représenter le type d’individu qui pouvait mettre au point une telle escobarderie.
Peine perdue !
Cependant avait-elle eu raison de confier ses craintes à Bélinda ? Depuis, l'inspecteur en charge de l'enquête aux USA avait demandé à la rencontrer via son homologue français ; aussi charmant soit-il elle ne voulait pas que ses doutes passent pour des lubies.

- La victime du mariage de votre amie, s'appelait Jeremy Swindler. Il travaillait dans la finance mais à son compte. Il ne traitait qu’avec certains particuliers à la fortune colossale, voire suspecte. Lors du mariage, il a reçu des sms professionnels. Nous n'avons pas pu en décrypter la teneur cependant tout porte à croire que des informations hautement secrètes ont été échangées, selon les dires de la CIA qui surveillait votre cavalier. Les avez-vous lues ?
- Pour les lire, il aurait vraiment fallu que je colle mon nez sur son écran. Les entendre, je ne pouvais faire autrement, de là à les comprendre, c’était impossible pour moi : il parlait beaucoup trop vite et trop bas.
- C'est ce qui était écrit qui importait, il n'aurait jamais parlé à voix haute de ses transactions et vous n'auriez pas été le seul témoin. Parce que nous pensons que c'est votre proximité qui a été la cause de vos ennuis …

Pas de lubies donc !

- … Vous avez lu ou auriez pu lire ce que vous n’auriez jamais dû lire.
- Vous voulez dire que ma vie est devenue un enfer à cause d’un abruti qui a manqué de discrétion ?

Il acquiesça sans sourire.
Comment des gens à des kilomètres de la cérémonie avaient pu savoir qu’elle avait été pratiquement tout le temps à côté de ce type ? Voilà une question digne de la meilleure théorie du complot !

Dès lors, elle se mit à redouter la moindre assiette ou la première ombre sur un trottoir,
ainsi pendant des semaines
Jusqu'à ce que l'inspecteur français - John hélas bien loin dorénavant - lui certifie qu'elle ne risquait plus rien : la brigade "anti-truands" (traduction albertinienne pure) outre-atlantique avait arrêté les protagonistes de « L’Affaire ».

S’en était-elle sortie pour autant ? Allez, on y croit !

Entre trois voyages purement professionnels, elle patientait en ce vendredi soir dans l'aéroport de Kuala Lampur, heureuse d'avoir remporté un contrat pour son entreprise.
Dans l'avion parmi les innombrables chinois, elle repéra une compatriote accompagnée de deux enfants, avec qui elle pourrait deviser pour se distraire pendant le vol.

Elle s'installa confortablement dans son siège et se surprit à se détendre

EN-FIN !

Le bœing 777 de la Malaysia Airlines décolla ; elle aurait préféré une autre compagnie mais celle-ci était la seule à proposer un horaire correspondant à son agenda. On annonçait le survol du vietnam quand un détail revint à l’esprit d'Albertine : le moment où l'hôtesse finissait d'enregistrer ses bagages.

Cette dernière l'avait regardé avec attention puis souhaité un : «bon vol !»
un rien      - maintenant qu'elle y resongeait -    douteux ?

Le bruit devança le choc
ou peut-être eurent-ils lieu              en même temps.
Comment confirmer une telle impression en si peu de minutes ?

Ni l’épave au sol ni sa boîte noire ne purent le dire.

 

 

Photo de Couverture et Illustration (bon il faut y mettre un peu du vôtre hun !) dans le texte : Chantal Perrin Verdier

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
De fil en aiguille
De fil en aiguille

La guerre des sexes, le néoféminisme, les nouveaux papas... ô combien de simplifications pour ne pas être entiers, lib...

Eva Maria Matesanz
1 min
Ponsamaro, introduction du roman
Ponsamaro, introduction du roman

… nous sommes nus sous la couette… cette femme à la chevelure blonde ébouriffée est magnifique, je l&rsqu...

Adrien Tardif
4 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur