facebook L'ignorance 
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
L'ignorance 

L'ignorance 

Publié le 17 mai 2021 Mis à jour le 17 mai 2021
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 16 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

L'ignorance 

On aurait dit une grande poupée en porcelaine

Avec sa peau blanche et si délicate

Et ses joues qui devenaient si roses. Une reine

De jouet pour me combler. Mais voilà que m’éclate

De sa bouche à mon oreille

Et qui me met encore plus en éveil

Que la charmante poupée n’a jamais encore servi

Pour jouer.

Ses mots murmurés

Telle une prière ou une peur enfantine

Me la firent voir encore plus divine

Et sous un autre jour.

Je ne pouvais faire l’amour

À cette pauvre enfant, cette chère   Cécile

En me montrant bien malhabile.

Je me devais d’être bien subtile et de bonne manière

Pour faut dire ce qui est… faire mon affaire.

C’est ainsi que de doux mots

Je rassurai la belle

Et lui faisait la ritournelle

Du Dom Juan

Qui savait si élégamment

Tourner la conversation

Pour faire déjà naitre une tendre inclinaison.

De mot en mot,

Je tournai autour du pot,

Sentant ma chère innocente soumise

Et peu à peu être conquise.

Je devinais son pouls chanter la fièvre de l’amour

Et elle, accepter de me présenter sa main pour que je la savoure

D’un tendre baiser qui la faisait rougir

D’un premier plaisir.

 

Je pressai mes lèvres sur sa peau veloutée

Comme une pêche mûre prête à être croquée.

Parcourant de plus en plus de parcelles

De la demoiselle.

La dite, commençait à être apprivoisée

Et doucement me laissait avancer.

C’est alors que je lui contai le jeu de l’effeuillage de la rose

Qui chaque matin se voyait belle et éclose

Sous la première lueur du jour encore glacé

Quelques gouttes de rosée

En pose

Sur sa corolle à peine éveillée.

Ma tendre ingénue succomba à mon histoire

Trouva merveilleux cette rose qui s’ouvrait

Mais sembla troublée de ne pas en comprendre la raison ni la cause de ce fait.

Je la fis s’asseoir

Au plus près de ma personne

Sans qu’elle s’en étonne

Jouant le précepteur,

Pour lui apprendre sur l’heure

Cette belle leçon.

De rose en rose,

De mot à pose,

Voici que mes mains s’attardèrent ardemment

Tout en prenant à la fois le temps

Autant que la bienséance

À montrer avec aisance

Comment la rose

S’était éclose

Ainsi de bon matin.

 

 

L’ignorance

Trouve toujours maitre

Pour combler une carence

De l’intellect

Et au plaisir qui se délecte

Le bien habile

Qui sait jouer à la poupée

Tel un savant docteur

Qui maîtrise en profondeur

Le pouls et le cœur

Soigne discours et personne

Du mot de l’ignorance

En sa trompeuse présence.

 

L.G.

 

(extrait de "sous la couette")

 

lecture 16 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
 Tronches de vie...
 Tronches de vie...

Crispé, sur son marteau-tapeur, Au milieu des auto-immobiles et autres débiles, Sous un soleil de plume, Pierre r&ec...

Eric Raissac
1 min
Les Lundis sages
Les Lundis sages

Les Lundis sages(Image Pixabay)   Les Dimanches un bouquet, les Lundis une histoire de sagesse, pour...

Patricia Gaillard
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur