Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
L'évasion

L'évasion

Publié le 12 août 2022 Mis à jour le 12 août 2022
time 2 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 23 lectures
2 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

L'évasion

 

Isolée dans le donjon Yseult rêve d’un ailleurs. Elle regarde autour d’elle le coffre sculpté par la main talentueuse de son père, les lourdes tentures aux couleurs sombres. Ses yeux se perdent dans les verts profonds des forêts où l’homme auquel elle s’est liée par le mariage s’en va pour de longues journées de chasse, solitaire comme un loup carnassier, arrogant   comme un ours sanguinaire.

Elle imagine sortir un matin brumeux par une porte dérobée, habillée de haillons, son beau visage d’ange et ses longs bras laiteux maculés de suie, ses longs cheveux blond emmêlés et ramenés en un chignon imparfait sur sa nuque fragile, dissimulant dans un panier d’osier quelques vivres dérobées en cuisine et son chat noir, compagnon de son infortune.

Elle se voit traverser la cour où les serviteurs affairés aux besognes quotidiennes ne la remarquent pas. Tout au plus suivent-il sa silhouette mince en se demandant qui est cette nouvelle servante. Elle se dirige d’un pas décidé vers la petite porte dérobée, cachée par l’exubérance d’une glycine, sort une vieille clé ouvragée de son panier, ouvre et s’engage dans un souterrain.

Une odeur d’humus et de moisi l’agresse. Qu’importe ! Elle marche sur le sol irrégulier et humide, sans se retourner et soupire d’aise lorsque l’obscurité se fait moins dense, l’odeur moins suffocante.

Une grille, un tour de clé et dans un grincement lugubre, la dernière porte de sa prison bascule sur ses gonds rouillés. Yseult emplit ses poumons d’un air frais, ouvre les yeux sur un paysage baigné de soleil et sourit à la main bienveillante où l’attend une montgolfière.

Quel bonheur de courir jusqu’à ce projet qui va lui permettre de sortir de cette prison  où elle s’était enfermée, de pouvoir s’élever au-dessus des gorges profondes du doute !

Image de Stephane Keller pour Pixabay

@ysaetsaplume 

lecture 23 lectures
thumb 0 commentaire
2 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les publications Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Done.
Done.

Trump toujours en tête de gondole au grand supermarché (le fake ét...

Cecile Voisset
6 min
Summer of Sam (1999) Spike Lee
Summer of Sam (1999) Spike Lee

L'assassin habite au Studio 54 Un tueur en série nommé David Berkowitz a sévi durant l’année...

Jean-Philippe Rathle
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur