¡Felicidades! Tu apoyo al autor se ha enviado correctamente
Chapitre 16 - Révélation (Arc 1 fin)

Chapitre 16 - Révélation (Arc 1 fin)

Publicado el 1, may., 2024 Actualizado 1, may., 2024 Comics and Manga
time 14 min
0
Me encanta
0
Solidaridad
0
Wow
thumb comentario
lecture leer
1
reacción

En Panodyssey, puedes leer hasta 30 publicaciones al mes sin iniciar sesión. Disfruta de 29 articles más para descubrir este mes.

Para obtener acceso ilimitado, inicia sesión o crea una cuenta haciendo clic a continuación, ¡es gratis! Inicar sesión

Chapitre 16 - Révélation (Arc 1 fin)

3 jours s’écoulent. Il est 23h55. Je suis avec Hazel en direction du bâtiment où réside la cheffe, le cierge allumé en main.

Dans cinq minutes exactement, elle sortira du bâtiment pour entamer sa ronde nocturne. L’infiltration démarre à cet instant précis.

 

Grâce aux informations obtenues par Shailly, Kaya et Maïko, on connaît parfaitement le parcours de la cheffe, ainsi que sa durée.

Comme le couvre-feu de 22h nous oblige à rentrer dans nos cabanes respectives, d'un commun accord, nous nous sommes assignés à 23h30 sur le terrain d’entraînement, dans le silence de la nuit.

 

En effet, le terrain d'entraînement est le seul endroit où la cheffe ne passe pas lors de sa ronde.

Avec Jenna, l’opération implique 8 orphelins.

 

Arrivé non loin du bâtiment, on rejoint Maïko, déjà en position pour observer le départ de la cheffe. Sa tête revient à son tronc.

 

_ Ayden : “ Alors ? “

_ Maïko : “ Elle vient tout juste de sortir du bâtiment avec sa torche à la main. C’est maintenant où jamais. “

_ Ayden : “ Ok, ne perdons pas de temps Hazel. “

_ Hazel : “ Oui. “

 

Situé à quelques mètres du bâtiment, la porte principale est atteinte, le mur longé. L’enceinte pénétrée, nous fermons la porte en douceur.

Son bureau est situé à l’étage dans un couloir qui forme un rectangle. Si on regarde de la vue du dessus, l’entrée du bâtiment se situe gauche, et son bureau en bas.

 

Sa porte trouvée, je tourne la poignée et pousse la porte avec délicatesse.

 

_ Ayden : “ Comme prévu, son bureau n’est pas fermé à clé. Rentrons. “

 

On pénètre pour la première fois le bureau de la cheffe. Très légèrement éclairée par nos cierges, Hazel aperçoit d’autres cierges placées dans chaque coin de la pièce. 

 

_ Hazel : “ Allumons ces cierges avec notre flamme, on y verra plus clair. “

 

Tous les cierges allumés, la pièce très bien éclairée et relativement propre, on observe avec attention la disposition des affaires de la cheffe.

 

Une petite pièce de 10m² environ comprend à notre droite une étagère débordant de livres et dossiers. A notre gauche, un énorme cadre d’un homme grand et costaud  aux yeux bleus se dresse. Enfin, en face, un bureau au ligne sobre accueille quelques paperasses éparpillées.

 

L’organisation rigoureuse des affaires et du mobilier témoigne du caractère appliqué de la cheffe.

 

_ Hazel : “ Elle n’a pas de fenêtre. On a bien fait d’apporter nos cierges avec nous. “ dit-il en prenant des documents dans l’étagère en face de lui

 

_ Ayden : “ Cette personne dans le cadre est probablement l’ancien empereur Oku. “

 

Je m’avance jusqu’au bureau, puis j’analyse chaque document posé.

 

_ Ayden : “ C’est un document concernant le stockage de vêtements de rechange. Et celui-ci, le ravitaillement alimentaire. Il y en a même pour les chevaux. “

 

Je replace soigneusement les documents pour ne pas éveiller le moindre soupçon à son retour.

J’aperçois 4 tiroirs. J’ouvre les 3 premiers respectivement. Malheureusement, rien d'intéressant.

J’ouvre le dernier tiroir sans réelle conviction. A ma surprise, je vois un mini cadre peint. Cette fois-ci, la cheffe Moana, enfant, accompagnée d’un homme très âgé.

 

_ Ayden : “ Un cadre familial. Peut-être son père… “

 

Juste en dessous du cadre, un paquet de lettres est tassé.

 

_ Ayden : “ C’est quoi toutes ces lettres ? Il est mentionné ~Destiné à l’empereur~.“

 

J’ouvre la première lettre. Au fur et à mesure de la lecture, je me décompose. 

La lettre en ma possession est bourré d'informations auxquelles je n’aurais jamais pensé une seule seconde.

 

_ Ayden : “ Hazel… Je viens de tomber sûr une lettre qui fait froid dans le dos. Il faut que… “

 

Quand je pivote ma tête vers Hazel, il tient fermement un dossier. Cependant, l’expression de son visage, également décomposée, reflète une tempête intérieure.

 

_ Ayden : “ Pourquoi tu fais cette tête Hazel ? “

_ Hazel : “ Le dossier… mentionne… des sacrifices humains “

_ Ayden : “ Quoi ? “

_ Maïko : “ Ayden, Hazel ! Sortez maintenant, la cheffe commence à faire demi-tour. “ dit-elle en chuchotant à travers les escaliers

 

Dans la précipitation, nous remettons à son emplacement initial les documents, récupérons la feuille contenue dans le dossier et la lettre. 

Enfin, nous éteignons tous les cierges et fermons la porte derrière nous.

 

Nous sortons du bâtiment, longeant le mur comme à l’aller, puis nous nous dirigeons vers le terrain d'entraînement. 

 

_ Maïko : “ Bien joué les gars vous avez géré ! “ dit-elle enthousiaste

 

Après ces paroles sincères sur le chemin, Maïko s’étonne de constater un long silence pesant. Aucune émotion apparente sur notre visage. Au contraire, la tête baissée, le regard rivé au sol, le dégoût nous envahit. 

 

Le succès de l'opération, mélangé à un profond dégoût, forme une douleur indescriptible.

 

_ Maïko : “ Pourquoi vous ne dites rien ? Il s’est passé un truc ? “

 

On pénètre enfin le terrain d’entraînement, où tout le monde nous attend impatiemment avec une bonne nouvelle.

 

Par la suite, nous nous laissons tomber, le dos plaqué contre un arbre, le cul par terre. On pense de nouveau à ses informations, dévasté par toutes ces nouvelles. Aucun mot ne sort de notre bouche, le temps de digérer ce flux de données imprimées dans nos crânes.

 

_ Son : “ Ah ! Ils sont enfin là ! “

 

A plusieurs vingtaine de mètres de nous, les orphelins nous observent, nos corps s’affaler sur le sol.

 

Dans l'incompréhension, Son soulève ses sourcils.

 

_ Son : “ Pourquoi ils se posent là-bas ? “

 

Réactif, Kona s’avance.

 

_ Kona : “ Rejoignons les. “

 

La distance des deux groupes se réduit au fil dès faibles mètres parcourus.

 

_ Son : “ Eh, que se passe t-il ? “ dit-il observant Maïko se tenir debout

_ Maïko : “ Raah je sais pas. Depuis tout à l’heure je leur parle mais ils ne répondent pas. “ dit-elle agacée

 

Kona s'accroupit en face de nous.

 

_ Kona : “ Je suis contente de vous revoir sain et sauf. Maintenant s’il vous plaît,  expliquez-nous ce que vous avez découvert. “

_ Hazel : “ Comment dire…On a réussi à dérober des documents très importants… Mais…” dit-il hésitant

_ Kaya : “ Mais ? “

_ Hazel : “ Le document que j’ai dans mes mains, parlent de sacrifices humains. “

_ Tous les orphelins : “ Quoi ?? “

 

Ces paroles nous ont tous plongés dans l’effroi, nos yeux reflétant l’horreur de ses révélations.

 

_ Hazel : “ C’est un rituel qui consiste à nourrir un démon pour subvenir à sa faim. “

_ Son : “ Qu’est-ce que… tu racontes ? “

_ Hazel : “ Le rituel est organisé tous les dix ans pour nourrir le démon qui hante notre village. Ce démon est dans un réceptacle et s’il n’est pas nourri, il prend le contrôle de l’hôte et détruit tout sur son passage. Pour empêcher cela, des sacrifices humains sont nécessaires. “

 

Un silence très pesant s'installe.

Puis, Maïko fait un pas en arrière, les yeux écarquillés.

 

_ Maïko : “ Un démon ?? “

_ Ayden : “ Voilà pourquoi il faisait cette tête au bureau. “

 

Je serre mon poing, la frustration grandissante.

Dans la foulée, Hazel poursuit.

 

_ Hazel : “ Il est également indiqué que les villageois sacrifiés sont en priorité tous les Sans-Sources… gosses y compris. “

 

D’un bond, je me redresse.

 

_ Ayden : “ Impossible. Pourquoi ?? “

 

Je regarde de plus près le dossier pour constater par moi même la cruauté de cette histoire.

Au même moment, je tourne ma tête et regarde Son faire deux pas vers nous.

 

_ Son : “ Attends, attends, c’est une blague j’espère ? Ç’est du mytho hein ? “ dit-il le coeur battant plus vite

 

Après ces paroles, je me mords les lèvres. Perdant légèrement mon sang-froid, j’élève la voix, en fixant Hazel, aucunement fautif de la situation.

 

_ Ayden & Kona : “ Pourquoi les Sans-Sources ?? “

 

Surpris, je tourne ma tête vers Kona, également en colère, certainement pour des raisons identiques.

 

_ Hazel : “ Apparemment la culture du village considère que les Sans-Sources sont des imperfections de la nature. Donc ils doivent être purifiés… “

_ Kona : “ Et donc pour eux, purifier signifie de sacrifier leur vie ?? “

 

La tension grandissante, Kona fulmine.

 

_ Kona : “ Comment peuvent-ils sacrifier des villageois de leur propre tribu ? Tant d'innocents ont été tués injustement. Ce n’est pas un crime d’être une Sans-Source ! “

 

Tous les regards se portent sur la scène, animée par Kona.

Parmi eux, Kaya, la jumelle concernée, n’arrive pas à dissimuler son étonnement face à la réaction de sa sœur. Ses yeux écarquillés reflètent une surprise mêlée d'incompréhension. 

 

_ Son : “ J’ai la haine. Nous ne sommes que du bétail c’est ça ?? “

 

La tension très palpable, un silence s’installe, mais vite brisé aussitôt. 

 

_ Kaya : “ Qu’ils viennent. “

 

Ses paroles, surgies du néant, nous laissent bouche bée face à cette déclaration inattendue.

 

_ Kaya : “ Je ne vais pas me laisser faire gentiment par ces fumiers. Qu’ils viennent, je leur mettrai mon poing dans la gueule. “

 

Se fixant les uns les autres, un silence ahuri nous enveloppe, nos yeux écarquillés.

Puis, comme galvanisés, certains regards s’illuminent d’une détermination nouvelle.

 

_ Ayden : “ Attendez. “

_ Hazel : “ Qu’il y a t-il ? “

_ Ayden : “ Tu as bien dit que les sacrifices humains ont lieu tous les dix ans, n'est-ce pas ? “

_ Hazel : “ C’est exact, c’est ce qui est indiqué. “

_ Ayden : ” Avons nous la date de départ du sacrifice ? On pourra savoir précisément à quelle année le prochain aura lieu. “

 

Hazel regarde de nouveau avec précision une quelconque information non dévoilée.

Au recto, rien de nouveau. Il tourne la feuille et son attention est piquée.

 

_ Hazel : “ Il y a plusieurs dates qui se suivent à la ligne. A côté, il y a des identités de villageois. 1238. 1275. 1300. “

_ Jenna : “ Que signifient ces dates ? “ 

_ Hazel : “ C’est les dates des précédents hôtes du démon. Et le dernier en date… est le tuteur Keren. “

 

Troublés mais lucidement conscients de cette révélation, on accueille la nouvelle sans aucun geste frénétique.

 

_ Ayden : “ Alors le réceptacle est bien en lui. “

_ Kona : “ Ca explique certainement pourquoi il maîtrise plusieurs Sources. “ 

 

Maïko pivote légèrement sur elle-même, le regard neutre, en direction de son amie.

 

_ Maïko : “ Tu avais raison Shailly. Gwen nous a bien menti l’autre jour. “

 

N’ayant aucun commentaire à faire, Shailly baisse simplement les yeux, dégoutée. 

 

_ Ayden : “ 1300 est donc la date du sacrifice. “

 

Je pose mon menton sur ma main.

 

_ Ayden : “ Et combien de sacrifices sont nécessaires ? “

_ Hazel : “ Quatre villageois, dont des gosses avant leur puberté. “

_ Ayden : “ Avant leur puberté ? Hmm,  On est actuellement  en 1318 et tu m’a parlé de sacrifice tous les dix ans… Autrement dit… Il reste encore 2 ans avant qu’ils soient sacrifiés. “

 

Chacun cogite profondément dans sa tête, tous tourmenté par ces infos.

 

_ Maïko : “ Tu nous a pas encore parler de l’enveloppe dans ta main ? “

 

Je froisse légèrement l’enveloppe avec dédain, rejetant la souillure qu’elle représente.

 

_ Ayden : “ Préparez vous. C’est vraiment violent. “

 

J’ouvre l’enveloppe contenant la lettre.

 

_ Ayden : “ C’est une lettre d’un villageois qui l’a envoyé à l’ancien empereur. Je vais lire exactement ce qui est écrit. “

 

~ Cher empereur. Je suis à bout. J’attends mon bébé dans quelques mois. J’ai asservi tous les désirs d’un de vos gardes du corps. Peu de temps après la mort de mon mari, j’ai vécu une grossesse très douloureuse en raison de deuil. C’est là que votre garde est tombé sûr moi. Au début, il était triste de ma situation et par la suite attentionné envers moi. On se voyait régulièrement après ses différentes explorations. Mais peu à peu, il a changé de caractère. Il est devenu possessif et brutal, à un point où il m’a frappé. Je suis tombé au sol mais heureusement pas au niveau du ventre. A ce moment-là, les menaces ont commencé. Si je ne répondais pas à ses désirs se*uelles, il allait toucher mon bébé. Alors il m’a vi*lé. Je prends mon courage à deux mains, pour vous écrire cette lettre. Plusieurs femmes du village sont également victimes. En effet, des paysans de notre tribu ont également vi*lé d’autres femmes. Et personne n’est condamné. Je ne sais pas si je vais tenir très longtemps. De plus, je tiens absolument à ce que mon bébé Shailly voit le jour. J’ignore si c’est la bonne époque pour, mais je garde foi en l’humanité. ~

 

Ma gorge serrée, je termine ma lecture avec un goût amer.

 

_ Ayden : “ Je n’ai pas mentionné le fait que sa mère ait écrit cette lettre. Elle n’a pas besoin de le savoir. “

 

Certaines croisent leur mains sur leur bouche, stupéfaites par ces horreurs.

Quand d'autres, ont le visage enragé, le cœur bouillant de colère.

 

_ Hazel : “ C’est juste abominable. “

_ Maïko : “ Comment ces ordures peuvent vivre ? C’est plutôt eux qui doivent être purifiés ! “

_ Son : “ Je ne leur pardonnerai jamais ! Ce ne sont pas de vrais hommes ! “

_ Shailly : “ Je comprends pas. “

 

Chacun connecte ses pupilles sur Shailly, l’esprit interrogatif. Puis constate une expression de visage vide, son âme aspirée.

 

_ Shailly : “ J’ai toujours eu foi en notre village. Ce qui me rendait joyeuse était la solidarité que chaque villageois exprimait, malgré notre situation précaire. Je voulais donner en retour cette même solidarité. Alors, je n’ai pas abandonné lors des explorations. Donc, j’ai risqué ma vie… et celle de mes amis… pour des connards ?”

 

A cet instant, Shailly respire étrangement vite, comme si elle manquait d’air.

Une nausée lui prend, pose ses genoux au sol puis vomit.

 

_ Maïko : “ Shailly ! “ 

 

Maïko et Kona se précipitent en sa direction.

 

_ Ayden : “ Elle, qui de nature, a une joie de vivre, constate avec dégoût, qu’elle a aidé des potentiels agresseurs, au péril de sa vie et de ses amis. Ça doit être un vrai électrochoc pour elle. “

 

Le temps semble figé. L’atmosphère pesante, dans ce silence oppressant.

Seul le bruissement des feuilles dans le vent prospère. 

 

_ Ayden : “ Quittons le village maintenant. “

 

Pas un murmure ne trouble ces propos. Simplement nos regards qui se croisent.

 

_ Ayden : “ On connaît maintenant la vérité, personne n’est digne de confiance dans ce village et surtout…”

 

Je sers mon poing et le plaque contre mon torse.

 

_ Ayden : “ Je refuse catégoriquement de laisser crever Son et Kaya. “

 

Hormis Shailly et Maïko toujours en retrait, d’un regard unanime, ils partagent tous mon point de vue. Notre longueur d’onde est inébranlable.

 

_ Kaya : “ J'apprécie ta conviction mais j’ai bien dit que j’allais mettre mon poing dans leur gueule. Je refuse de fuir. “

_ Ayden : “ Il ne s’agit pas de fuir, mais de survivre. “

_ Kona : “ Il a raison. Soyons réaliste, on a aucun moyen de les battre. “

_ Hazel : “ Ils sont trop nombreux et là plupart expérimentés. “

_ Kona : “ La cheffe est forcément dans le coup, donc si on rajoute les tuteurs, c’est voué à l'échec. “

_ Ayden : “ Même s’ils nous restent 2 ans, je préfère agir dès maintenant. Et puis, je me vois mal cohabiter entouré de fumier maintenant. “

_ Son : “ Faisons notre trou ailleurs, je veux plus voir leur gueule. “

_ Jenna : “ A ce propos. “

 

Nos regards se dirigent vers Jenna.

 

_ Jenna : “ J’ai une carte de toutes les Zones de la Forêt. On peut aller à l’ancien campement de maîtresse Ay. “

_ Hazel : “ En effet, ça va bien nous aider. Nous avons un objectif dorénavant. “

 

Je me rapproche de Jenna, l’air sérieux.

 

_ Ayden : “ On se confie à toi pour nous indiquer le chemin. “

 

Une vague de confiance émane de Jenna.

 

_ Jenna : “ Comptez sur moi ! “

 

Parallèlement, Maïko s’étonne de voir Shailly se redresser sans son aide, et constate avec inquiétude un visage impassible combiné d’un regard noir se présenter.

 

Tous regardent à l’horizon, avec une détermination déconcertante.

 

_ Son : “ Ok. Prochaine destination : l’ancien campement de Ay. “

_ Ayden : “ A partir de maintenant, nous sommes des fugitifs. ”

lecture 49 lecturas
thumb comentario
1
reacción

Comentario (0)

¿Te gustan las publicaciones de Panodyssey?
¡Apoya a sus escritores independientes!

Seguir descubriendo el universo Comics and Manga
Ptit coeur chez le psy
Ptit coeur chez le psy

Bonheur de reprendre le ptit coeur au grand coeur en strip. Paru dans l'Essentiel (journal gratuit Luxembourgeois)

Marc Chalvin
1 min
Chapitre 15 - Passif
Chapitre 15 - Passif

L'inattendu les frappent, galvanisant leur résolution à mener à bien le...

Jekko
11 min
Chapitre 13 - Secret
Chapitre 13 - Secret

Malgré les retournements de situations abjectes, notre collecte de médicament...

Jekko
10 min

donate Puedes apoyar a tus escritores favoritos