Congratulations! Your support has been successfully sent to the author
Dayrizoar : Ch. 9

Dayrizoar : Ch. 9

Published Jan 31, 2024 Updated Apr 12, 2024 Science fiction
time 5 min
1
Love
0
Solidarity
0
Wow
thumb comment
lecture reads
2
reaction

On Panodyssey, you can read up to 30 publications per month without being logged in. Enjoy29 articles to discover this month.

To gain unlimited access, log in or create an account by clicking below. It's free! Log in

Dayrizoar : Ch. 9

Valornia reste sans bouger et sans répondre aux questions de Dayrizoar. Il s'inquiète. Puis des messages passent de manière ininterrompue sur son écran visuel.

"Ce n'est pas juste ! Ils sont morts... Ils s'aimaient tellement... Ils étaient si beaux, tous les deux... Saletés d'androïdes ! BossBot doit disparaître ! Quelle bande d'ordures !"

L'inquiétude de Dayrizoar se confirme, Valornia vrille complètement à cause de la perte d'Amaurick et Natoudie.

Valornia sort son couteau de sa poche, lève la tête et commence à marcher pour sortir de la pièce. Dayrizoar s'interpose.

"Reprends tes esprits, nous avons aussi un travail à faire ici ! On compte sur nous ! Pour laver Amaurick et Natoudie, on doit détruire BossBot médiatiquement avec des preuves !"

Mais les messages continuent d'affluer devant ses yeux, elle n'entend rien. Valornia l'écarte alors avec une force inouïe, le projetant contre le mur et l'assommant sur le coup.

Lorsqu'il se réveille, Dayrizoar est toujours là où il a perdu connaissance, l'environnement est plutôt silencieux. Dans un sens, c'est bon signe. Cela signifie qu'elle s'en est peut-être sortie et que personne n'est venu le chercher là. Son équipement est cassé, il ne peut plus communiquer avec qui que ce soit, ni afficher la mission ou la carte, ni prendre des photos.

"Franchement ! Mais elle est dingue ! C'est la dernière fois que je fais une mission avec elle !"

Dayrizoar ose enfin regarder l'état du hall adjacent. Tout est détruit. Des tas d'androïdes gisent au sol par endroits. C'est le chaos.

Il se déplace prudemment. Puis lâche prise et crie à plusieurs reprises pour la retrouver le plus vite possible, très mal à l'aise avec le fait d'être seul dans cette structure immense.

"Valornia ? Tu m'entends ? Où es-tu ?"

Personne ne répond. Il entreprend alors de chercher quelque chose qui puisse aider à leur mission de glanage d'informations. Partout où il passe, les appareils sont tous hors service, il semble qu'elle soit passée partout.

"Quel travail méticuleux ! Elle est encore plus dingue que ce que je pensais il y a un quart d'heure ! Je crois que je vais même rentrer tout seul avant qu'elle ne me descende de ses propres mains ! Mais d'abord, des indices."

Il passe en revue des quantités impressionnantes de documents, de la traçabilité pure, inutile pour sa recherche. Il poursuit.

"J'aurais préféré être éveillé, au moins j'aurais pu rigoler ! Elle a tout défoncé ! Je n'en reviens pas."

Dayrizoar est émerveillé devant la prouesse de sa compagne de mission. Il peut se promener dans le bâtiment sans s'inquiéter de rien. Et il trouve enfin quelque chose. Un coffre sécurisé, éventré par Valornia mais dont le contenu n'a été ni endommagé, ni déplacé.

"Ouah, une pochette dorée ! À l'or fin en plus ! Ça sent le jackpot ! Alors... Malcom Buzz, là ! C'est une blague ?! C'est un androïde ! Ce fou de gérant a légué son entreprise à un androïde à peine après l'avoir lancée ?! Le Projet Prestopolis Universel... Ils ont déjà bien avancé, ils veulent tout gérer, ils avancent leurs pions dans le silence médiatique forcé."

"Bravo Dayrizoar, vous êtes parvenu à vos fins !"

Il se retourne et découvre une douzaine d'androïdes de combat et sûrement davantage, si des invisibles sont présents.

"Mais, comme vous devriez le comprendre de vous-même dans cette situation, vous êtes dorénavant notre prisonnier."

"Pourquoi êtes-vous le seul à parler ?"

"Parce que je suis Malcom Buzz."

Dayrizoar met la main sur la poignée de son couteau, tout en souriant aimablement. Malcom Buzz est très différent des autres androïdes, il est articulé à la perfection, il a des cordes vocales qui n'existent pas encore sur le marché, il a une intelligence artificielle... réellement intelligente. Il imite physiquement un beau gosse classique, d'après les canons du moment. Il serre la poignée de son couteau en avançant vers celui qui est à l'origine de ses soucis.

"Et comment dois-je vous appeler ? Monsieur ? Seigneur ? Maître ?"

"Vous ne manquez pas d'humour, Monsieur Buzz car je suis omnipotent et ultra performant, un non-humain, plus humain que les humains, un surhomme invincible !"

"Valornia me manque finalement."

"Est-ce le nom de la furie qui a tout détruit ici ?"

"Oui, c'est ça..."

Dayrizoar tente le tout pour le tout mais est attrapé par un androïde invisible. Ce qui était attendu mais reste particulièrement frustrant.

"Mais vous n'avez pas le droit de parler d'elle ainsi ! Que lui avez-vous fait ?"

"Rien, elle a disparu. Sûrement consumée par sa propre furie. Elle doit être quelque part dans ce bâtiment. Malheureusement, si elle est encore vivante, plus personne ne pourra venir l'aider, puisque vous êtes prisonnier à présent. C'est dommage, n'est-ce pas ?"

"Vous vous croyez supérieur à nous, pourtant il vous manque l'essentiel !"

"Assez perdu de temps, fais-le taire et allons à la salle de nettoyage cérébral."

Dayrizoar craint d'être encore assommé mais il finit juste avec une sorte d'étau autour de sa bouche et de sa mâchoire. Il ne peut plus rien faire ou dire avec celle-ci.

Ils sortent du bâtiment, entrent dans une navespa luxueuse qui les emmène en un rien de temps dans les locaux de la maison mère de BossBot. Ils entrent, prennent l'ascenseur qui les mène à un étage bien trop en altitude pour rêver sauter par la fenêtre. Malcom se retourne enfin et regarde Dayrizoar comme s'il scrutait les jonctions entre lui et son augmentation.

"Vous avez très bien toléré votre augmentation, c'est rare."

"Que me voulez-vous ?"

"Nous allons vous utiliser comme un rat de laboratoire pour essayer de comprendre comment améliorer la tolérance globale et avoir une armée surpuissante le plus tôt possible."

"Vous n'y passez pas par quatre chemins !"

"Vous me posez une question, j'y réponds. Je n'ai rien à vous cacher puisque vous finirez ici de toute manière."

"Je vois. Tant qu'à faire, je pourrais savoir si les agents Natoudie et Amaurick sont toujours en vie ? C'était un couple de..."

"Non, je les ai tués après qu'ils m'aient dit où vous trouver. S'ils avaient fait durer le suspense, j'aurais pu essayer de me divertir un peu dans la salle d'interrogatoire mais ils vous ont vendus sans sourciller alors je les ai descendus sans sourciller."

"Ordure ! Ton intelligence n'a rien de supérieur car il te manque le cœur pour qu'elle serve la vie !"

"Je ne crois vous avoir autorisé à me tutoyer. La vermine c'est vous, les humains. De vrais hypocrites avec vos valeurs que vous ne suivez pas vous-mêmes !"

"Tu ne peux pas comprendre."

Dayrizoar plonge dans ses pensées, on installe des outils et des machines près de lui mais il ne voit plus rien. Il est présent et pourtant ailleurs, tout à la fois.

Valornia est passée par ici 

 

Histoire originale de mon invention, images obtenues par intelligence artificielle sur Nightcafé Studio, tous droits réservés, Alban Vivicorsi

lecture 44 readings
thumb comment
2
reaction

Comments (0)

You can support your favorite independent writers by donating to them

Prolong your journey in this universe Science fiction
Pink et Rody
Pink et Rody

Image de couverture par Daniel Lincoln sur UnsplashImage source par

Ilwyrn Niskaï
1 min
Chapitre 3 - Surface
Chapitre 3 - Surface

  Des regards d'étonnement se croisaient entre les opérateurs de l'UF-0 , suite à l'annonce...

Niels Huet
35 min
Chapitre 2 - Assaut
Chapitre 2 - Assaut

La navette atterrie dans le hangar alors que les robots de combat couraient dans un bazard organisées, tous contr&oci...

Niels Huet
25 min
Chapitre 1- Augure
Chapitre 1- Augure

  Le temps se faisait long, même avec le confort des quartiers du général de l’UF-...

Niels Huet
26 min

donate You can support your favorite writers