Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
L'événement ECOSYSTEMIX

L'événement ECOSYSTEMIX

Publié le 15 janv. 2022 Mis à jour le 15 janv. 2022
time 6 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 36 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

L'événement ECOSYSTEMIX

Un peu de cette approche, écosystémique, et beaucoup des processus qu’elle permet- bifurquer, hybrider, diversifier, inclure – sont présentés et commentés le 28 octobre à 20h en l’espace culturel des Editions l’Harmattan
 

En tant qu’ « être(s) à l’approche »

L’écosystémie comme un ensemble de compétences naturelles et culturelles pour vivre et travailler ensemble, comme un ensemble autant de ressources humaines que de manques et de carences humaines qui se rencontrent, cette écosystémie maîtrisée ou apparemment maîtrisable n’est pas vraiment ce qui nous a intéressé et mobilisés, émotionnellement, en tant que groupe humain.

L’ouvrage que nous vous présentons aujourd’hui n’est pas un catalogue de solutions ni une méthodologie. Nous avons choisi de nous intéresser à la résolution vivante, au comment émergent et réémergent ces compétences, ces ressources, ces limites.

Nous nous sommes rapprochés, nous nous sommes choisis et nous avons choisi le savoir par l’expérience. L’écosystémique en somme.

Ecosystémique

C’est l’approche écosystémique, et non une quelconque méthodologie éprouvée et des solutions toute trouvées, c’est l’approche vivante qui est l’objet du livre que nous présentons. C’est notre rapprochement tout simplement et notre ouverture sur les réseaux à certains d’entre vous et aujourd’hui encore à d’autres ici présents pour la première fois.

Car comment et pourquoi nous sommes ensemble cela a trouvé ses moyens puisqu’il y aura eu création, et son pourquoi se poursuit ici. Nous demeurons vivants, dans cet « être à l’approche ».

L’approche, parlons-en un instant avant d’en venir aux processus qui la traversent et qu’elle organise, de proche en proche.

De proche en proche

L’approche que nous avons eue, que nous avons donc encore aujourd’hui, peut se résumer, se formaliser, se réduire un peu, à la méthode dialogique, qui est présentée en introduction de l’ouvrage ; que nous avons redécouvert de nous-mêmes. Même si étant à l’origine de notre démarche j’en connaissais les critères qui sont ceux de la recherche dans les sciences humaines : la libre parole, l’échange non dialectique, jamais concluant, d’ouverture et de sensibilité aux réalités et à la complexité plutôt que de spécialisation et de domination rationnelle dans la décision. Ma référence est Richard Sennett dans TOGETHER.

Nous l’avons réactualisée spontanément et nous sommes trouvés en accord avec l’état de l’art de la recherche universitaire actuelle en provenance précisément de l’Université de Sao Paulo au Brésil, grâce à la présence réelle et la présence d’esprit de l’un d’entre nous, Vincent Frédéric Gascon.

Un peu de cette approche, limitée au contexte que nous vivons, dans cette librairie et ces deux petites heures de dédicace et de présentation, un peu du méta-processus est ce que nous vous proposons de revivre ensemble, chacun des co-auteurs prenant la parole sur sa contribution, dans un mix d’expérience et donc de pré-connaissance (que non préscience) ET de redécouverte ensemble, de revitalisation.

 

PROCESS « CO »

Ce sont ainsi les processus faisant l’objet de l’articulation de l’ouvrage ECOSYSTEMIX, qui nous sont des plus en plus familiers qui se déplient et se renouvellent : bifurquer, hybrider, diversifier, inclure… Je vais moi-même en cette introduction les parcourir de quelques mots en faisant au passage la présentation des co-auteurs afin que vous puissiez les identifier et suivre aisément des bonds et des rebonds qui pour nous ont pris des semaines et des mois.

André de Chateauvieux adresse le système dit primordial, celui du couplage mère-enfant qui réapparaît en séance psychanalytique, celui de la polarisation affective qui détend la bipolarité émotionnelle et existentielle, les bonheurs et les malheurs d’une vie, la vie et la mort dont chacun de nous a connaissance, privilège d’humanité. Nos biorythmes sont « spirituels » autant que naturels.

Christophe Martel, manager, coach et naturopathe, se situe dans la vie en entreprise pour réactualiser le dialogue dans un contexte moins confidentiel, celui d’un responsable des ressources humaines, et pour concrétiser, par-delà les affects, des choix qui ouvrent des perspectives à notre vie professionnelle. La et les bifurcations c’est le processus qu’il adresse en particulier.

Loïc Déconche, philosophe écosophe après avoir été RH et aujourd’hui formateur et accompagnateur remonte encore d’un cran, dans la vie en société, et adresse nos attentions, au pluriel, leur captation, tout un sujet de recherche et de grande actualité qu’il déploie avec brio dans son écrit, et qu’ici, il réactualise pour vous et avec vous.

Jean-Louis Muller apporte l’expérience et l’expertise de toute une vie en systémicien et en associé du leader de la formation en France, aujourd’hui pleinement écosystémicien, allant du regard à l’agir et aux agirs comme l’indique l’intitulé de sa contribution. Il crée, vous le découvrirez comme nous.

Comme moi je découvrirai sa créationEva Matesanz, qui me dis volontiers désormais psycho ou socio-écologue dans cette démarche d’écologie de l’esprit, et m’insèrerai après lui en tant que co-auteure et à propos du processus des co-évolutions, toujours au pluriel, une compétence écosystémique humanisée par l’éthique et par la créativité qui se superposent à l’adaptabilité darwinienne. Le contexte de la formation universitaire dans laquelle j’interviens sera le théâtre de mon partage.

Stéphanie Flacher de sa place d’accompagnatrice des organisations et des écosystèmes financiers, d’abord par la banque et désormais par la technologie blockchain, en-chaîne justement après mon apport au sujet de son sujet : les hybridations et leur matérialité économique. Elle nous initie à notre rôle renouvelé d’homo economicus en quantité et en qualité, de la valeur et des usages. Dans la matrice sans s’y perdre. L’éclairer et raviver la flamme. La vie même.

Minh-Lan Nguyen boucle cette ronde, avant de l’ouvrir à nous tous et poursuivre le dialogue en plénière, depuis sa propre place dans la dyade mère-enfant, maman-bulle comme elle l’écrit si joliment, en lien intense et évolutif avec sa petite fille de quatre ans, porteuse d’un handicap sévère, dite dépendante, donneuse autant que preneuse de vie et de singularité ; en lien avec son garçon de sept ans et dans son travail dans le secteur de la santé et du diagnostic sans pronostic. Le processus qu’elle adresse est celui des diversités et de l’inclusion. Arrivera ainsi le temps de inclure tous les participants, et de conclure. Ouvertement.

lecture 36 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Économie
L'otium du peuple
L'otium du peuple

L'envie de cet article est tout d'abord venu pas la porte de l'harmonie. Je trouve ce mot très beau. OTIUM.. L'assemblage d...

Yasmina Zakrani
2 min
Webtalk
Webtalk

Webtalk est un réseau social unique. Il a été créé par RJ Garbowicz  un américai...

Laetitia Gand
1 min
Surfez malin !
Surfez malin !

Je surfe, tu surfes, il surfe, nous surfons, vous surfez, ils surfent. Où ? sur les vagues ? Non...

Laetitia Gand
1 min
Crise ou mutation ?
Crise ou mutation ?

Les pénuries matières et les hausses de prix, corélées à la crise sanitaire, sont-elles ponctuelles ou durab...

Jérôme Lombard
4 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur