facebook 8- Je t'aime moi non plus
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
8- Je t'aime moi non plus

8- Je t'aime moi non plus

Publié le 19 déc. 2020 Mis à jour le 19 déc. 2020
time 2 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

8- Je t'aime moi non plus

Voilà, doucement, lentement, je lâche prise, je fais mon deuil. Ça va passer. Cette déprime, dépression, coup de moins bien, baisse de régime, tout ça va passer. Lentement, doucement. Je me donne le temps, du temps. A ne rien faire, retenir mon souffle, bouger le moins possible. Laisser couler les minutes sans qu'aucune émotion ne vienne troubler mon âme meurtrie. Les médocs aident bien aussi, mais j'arrive à ressentir cela de plus en plus souvent. Bien sûr j'y pense, et peut être qu'il y pense aussi à sa façon. Mais la douleur s'efface, s'estompe comme la couleur de l'aquarelle noyée par l'eau.

Ce matin, mon mari m'a fait une déclaration d'amour. Une très belle déclaration d'amour, comme on en n'entend pas souvent après 15 ans de vie commune. Lui m'aime, c'est une évidence qui le rend parfois fou. Et moi ? Où j'en suis de mes sentiments pour lui ?

Va falloir que j'arrête mes conneries maintenant. L'heure est grave, le moment est important. Mon mari sait tout, sent tout ce qui se passe dans mon cœur et dans ma tête. Je me tais mais je ne peux pas nier. Alors suis-je prête à tout lâcher pour un type ? A le laisser ? à tout laisser tomber pour un cœur qui s'emballe sans réciprocité ?  Et même s'il y avait réciprocité, qu'est-ce que j'en ferai ? Sa deuxième tranche de vie, mon mari veut la vivre avec moi.

A vrai dire, je ne sais pas où j'en suis. Je regarde ailleurs comme si j'étais perdue ici. J'aimerai me concentrer sur ce que j'ai, sur le tangible, le concret, le réel mais mon esprit s'échappe et préfère les chimères et les ombres.

Pourtant la recette du bonheur est là tout près de moi, à portée de main. Il suffit que j'aime mon mari, oh même pas autant que lui m'aime mais juste assez pour que son besoin d'être aimé soit satisfait et nous voguerions vers des cieux illuminés d'amour et de tendresse. Il me couvrirait de caresses, de baisers, me bercerait de mots doux, m’enlacerait avec fougue et passion. Il ferait tout pour me faire jouir, me voir jouir, pour que nous jouissions ensemble, comme unis dans l'éternité.

Ce matin, c'était un ultimatum. Une ultime alarme. Il ne restera pas avec quelqu'un qui ne l'aime pas, avec qui il n'y a que froideur. A moi d'écrire ou pas la suite de notre histoire en m'engageant dans mes sentiments et dans mon corps.

Septembre 2019

Gala Placidia, Dali, huile sur toile de 1952

2
Coup de coeur
J'adore cet article
1
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
2
1
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Curiosités
Déblocage
Déblocage

Image de StockSnap  sur Pixabay Hola...

Oina Sasclain
2 min
Le flair des félins
Le flair des félins

Du jambon sur la tableEt les naseaux luisants et dilatés de Féline bougent frénétiquement de haut en bas. Un p...

Hélène Juan De Mendoza
5 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur