facebook Mon empathie un peu particulière
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Mon empathie un peu particulière

Mon empathie un peu particulière

Publié le 29 mars 2021 Mis à jour le 29 mars 2021
time 5 min

Mon empathie un peu particulière

Photo de rawpixel.com sur Pexels.com

Mon rapport aux sentiments des autres

Aujourd’hui j’avais ma séance d’hypnothérapie (je vous partagerai un article là-dessus). Je n’étais pas particulièrement angoissée ce matin et j’y allais avec grand plaisir. Nous nous installons dans la salle habituelle, je prends la même place comme d’habitude. Cette fois-ci il y a deux nouvelles personnes. Et rapidement je me sens mal à l’aise, je commence à avoir des palpitations, à stimmer ou autostimulation (dans mon cas je me serre les mains très forts ou me frotte les doigts très forts également en les tordants). Je ne suis plus dans le même état que celui dans lequel je suis arrivée. Parmi les deux personnes nouvelles il y en a une particulièrement qui me fait un effet étrange. Elle n’y peut rien, mais je ressens son mal être. Elle semble totalement ailleurs, nous faisons un tour pour nous présenter à elles deux et dire pourquoi brièvement nous sommes là. Je n’ai pas l’impression qu’elle nous écoute, je suis juste en face d’elle et je la sens perdue, comme si elle se demandait ce qu’elle faisait là. Il y a des personnes que je connais déjà qui s’expriment et pour qui c’est pas la grande forme en ce moment, ce sont des personnes que j’apprécie même si on ne se connaît pas vraiment et qu’on se voit uniquement dans ce cadre. Je ressens également leur « douleur », les émotions émises par chacun et chacune ce jour sont particulièrement intenses. Je me rends compte alors que c’est ça qui influe sur moi. Il y a quelques mois en arrière je n’aurais pas pensé à ça. Je me serais dit que c’était moi qui d’un coup était stressée. Mais là non, c’est assez flagrant, plus les personnes s’expriment plus je suis mal. Puis vient cette nouvelle venue, elle s’exprime difficilement, déjà parce que le français n’est pas sa langue maternelle, donc elle cherche ses mots, mais nous la comprenons bien, mais c’est surtout ce qu’elle dégage qui me rend comme ça, je m’imprègne de ses émotions. Je la sens en souffrance et je me prends tout en pleine face.

La séance débute et j’ai beaucoup de mal à rentrer dedans, mon esprit vacille, je repense à mes émotions et à celles des autres qui m’entourent. L’exercice du lieu sécure qui d’habitude est « simple » pour moi, là c’est difficile. Ensuite la psychologue nous invite à faire un exercice sur la confiance en soi, rien de très compliqué pourtant, mais ça ne veut pas, je n’arrive pas à me détacher de toute cette atmosphère qui est lourde. C’est laborieux et j’ai hâte que la séance se termine. J’ai quand même un peu réussie à faire l’exercice mais pas aussi pleinement que je l’aurais souhaité. Ce n’est pas grave, je ne culpabilise pas, c’est un grand pas pour moi de ne pas culpabiliser par rapport à quelque chose que je n’arrive pas à faire comme je le souhaitais. Je sais pourquoi je suis dans cet état et je le vis bien, même si ça génère de l’anxiété chez moi, je sais que ce n’est pas la mienne mais la façon dont je perçois celle des autres.

À la fin de la séance nous faisons un nouveau tour pour exprimer notre ressenti. C’est la personne qui est à ma droite qui prend la parole en 1er et qui dit quasiment ce que je voulais dire. Elle aussi a eu du mal à se mettre dedans, en plus il y avait du bruit ce qui n’aide pas. Je l’aime bien et elle avait expliqué que ces derniers jours avaient été un peu compliqué pour elle, en effet je l’avais bien ressenti. Je prends la parole derrière elle pour rebondir sur ces mots et j’explique aussi mon sentiment de mal à l’aise pour ne pas dire malaise. J’explique que j’avais l’impression de vivre les émotions des autres et d’être anxieuse, alors qu’avant d’arriver j’allais très bien. Les autres personnes parlent à leur tour et finalement sur les 8 patients que nous sommes, seulement 3 ont réussi. Ce n’est pas très grave en soi, puisque malgré tout l’inconscient travaille quand même. On peut trouver un exercice plus difficile ou être moins réceptif ce jour là, mais ce n’est pas pour ça que ça ne sert à rien. D’ailleurs c’est ce que j’ai dit au groupe, je referai cet exercice tranquille chez moi car je pense que c’est l’effet groupe du jour qui m’a perturbé

Avant de partir je discute un peu avec ma voisine qui s’excuse même d’avoir influé sur mon état, je la rassure et lui dit qu’elle n’y peut rien. C’est comme ça, je vis les émotions des autres comme si c’était les miennes. Elle m’avouera d’ailleurs avoir été perturbée par la nouvelle personne qui semblait perdue, je lui ai également exprimé mon ressenti qui est le même et avec beaucoup de bienveillance elle me dit qu’elle sait ce que c’est, elle a travaillé avec des autistes et sait comment on peut percevoir les émotions des autres.

Malgré une séance un peu compliquée, j’ai quand même envie de continuer et surtout de refaire cet exercice chez moi.

4
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
4
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (1)

Panodyssey lance une nouvelle fonctionnalité qui s'inscrit au coeur de sa vision 🚀

👉 Cette fonctionnalité : le "Commentaire"

👥 Qui peut "Commenter" ?

👉 Tout le monde 🌏 mais pas n'importe qui ! Sur Panodyssey les robots ne sont pas invités à commenter 🤖

✍🏻 Pour commenter sur un article :

- soit tu es un vrai humain authentifié par nos soins ✅
- soit tu es un humain généreux 💰 ayant déjà soutenu financièrement un(e) auteur(e) et notre partenaire financier a géré l'authentification ✅

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Bien-être
Au bord du précipice
Au bord du précipice

Depuis ce matin, j'entends ce murmure, il me souffle des pensées, des mots....

Sophie Aumon
1 min
Human after all*
Human after all*

A few days after the new lunar year started, the mythic, mystic, discreet yet impactful music duo Daft Punk released a symbolic video messag...

Christelle Vigot
15 min
Meurtre, suicide, folie .
Meurtre, suicide, folie .

A la veille du troisième confinement en un an il est probable qu’émerge un sentiment de survivre dans une ou plusieurs impas...

Jean Louis Muller
3 min
Automne
Automne

Malgré une couverture lumineuse médiocre, On perçoit les couleurs se teinter d’ocre, Comme un appel pou...

Thibaud Surini
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur