facebook En 2022, une collection d’art moderne en plein Rouergue
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Arts
En 2022, une collection d’art moderne en plein Rouergue

En 2022, une collection d’art moderne en plein Rouergue

Publié le 12 janv. 2021 Mis à jour le 12 janv. 2021
time 2 min
CREATIVE ROOM

Arts

Découvrir

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

En 2022, une collection d’art moderne en plein Rouergue

En 2022, une collection d’art moderne en plein Rouergue

Au printemps de l'année prochaine, l’abbaye de Beaulieu, dans le Tarn-et-Garonne, appartenant au CMN, accueillera la collection Bonnefoi-Brache : un millier d’œuvres d'artistes de l’après-guerre, de Dubuffet à Fred Deux, de Michaux à Hantaï.

La signature apposée ce 8 janvier par Geneviève André-Acquier, exécutrice testamentaire de Geneviève Bonnefoi, et Philippe Bélaval, président du Centre des monuments nationaux, est l’aboutissement d’un processus de plus d’un demi-siècle. En acceptant ce legs, le Centre des monuments nationaux donne le coup d’envoi d’un projet qui va faire naître, dans le cadre enchanteur d’une abbaye cistercienne, à Beaulieu-sur-Rouergue, entre Montauban et Villefranche-de-Rouergue, un musée d’art moderne et contemporain. 

                                              Un couple passionné

À l’horizon 2022, sur environ 1000 m2, dans 19 salles du logis abbatial (bâti aux XVIIe et XVIIIe siècles), c’est-à-dire les salons, le réfectoire et les cellules, on pourra voir par roulement une partie du millier d’œuvres données. Celles-ci comprennent des artistes que l’on a commodément réunis sous le nom d’École de Paris (Poliakoff, Hantaï, Vieira da Silva, etc.) et d’autres, inclassables, comme Fred Deux, Frédéric Benrath ou Claude Viseux. C’est cependant l’ensemble qui, comme dans le cas de la Donation Cligman à Fontevraud (sur laquelle nous reviendrons dès son ouverture), fait sens. Il traduit en effet les goûts d’un couple de collectionneurs qui a suivi pendant un demi-siècle l’art en train de se faire dans le Paris de l’après-guerre. La personnalité motrice est Geneviève Bonnefoi, décédée en 2018 à l’âge de 97 ans, journaliste et critique d’art (à CombatFrance-Observateur, aux Lettres nouvelles de Maurice Nadeau ou chez nos confrères de Connaissance des Arts), secondée par son mari, Pierre Brache, décédé en 1999, administrateur d’entreprises comme Fauchon ou la Tour d’argent, qui sera à la fin de sa vie secrétaire général de la société des amis du musée national d’Art moderne.

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Artisanat
Métiers (3)
Métiers (3)

Lundi : Les forces de l’ordre adorent les bonbons à la propolis. Mardi :...

Thibaud Surini
1 min
Le commencement
Le commencement

Et oui, car il faut un début à tout, n'est-ce pas? Ma passion du crochet viens du fait qu'il fallait absolument que j'occup...

Laurence Pibiri Scarcella
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur