Conservation du Miel : le Guide des Bonnes Pratiques

Ah, le miel ! Rien que d’y penser, vous en avez l’eau à la bouche ? Vous en raffolez encore plus que Winnie l’ourson ? Ça peut se comprendre ! Délicieusement sucrée, riche en nutriments et dotée de vertus thérapeutiques, cette substance produite par les abeilles est incontournable dans notre alimentation. En tartine au petit-déjeuner, en remplacement du sucre dans le café, en ingrédient dans une recette ou même en remède contre la toux : il existe mille et une manières de consommer le miel. Par contre, comment faire pour le conserver correctement ? C'est la grande question ! Cet aliment vivant est réputé pour se transformer avec le temps. Mal conditionné, il peut rapidement perdre sa texture, son goût et ses propriétés médicinales. Vous voulez empêcher cela ? Vous souhaitez connaître les bonnes pratiques en matière de conservation du miel ? Excellente nouvelle ! Vous êtes au bon endroit.

 

Les 3 règles à respecter en matière de conservation du miel

Température, humidité, lumière : ces trois facteurs impactent fortement la structure et les propriétés du miel. Pour éviter la dégradation du produit, il est donc nécessaire de les contrôler. Dans cette optique, voici les trois règles à respecter pour conserver son miel dans de bonnes conditions.

Pot de miel fermé avec cuillère en bois

1. Conserver le miel à température ambiante

Le miel n’aime pas du tout le froid. Il déteste même carrément ça ! Alors, évitez de le stocker à trop basse température. En dessous de 9°, il va rapidement durcir et perdre ses saveurs. Vous l’aurez donc compris : conserver son miel au frigo est une pratique à bannir. Idem pour la congélation qui n’a vraiment aucun sens.

Pour autant, ne croyez pas que le miel doit être conditionné à haute température. C’est fortement déconseillé ! À plus de 40°, il va se dégrader en perdant ses arômes et la plupart de ses bienfaits. En plus, il risque de devenir particulièrement acide

Par conséquent, l’idéal est de conserver son miel à une température ambiante comprise entre 9 et 25°. Cette dernière doit évidemment rester la plus stable possible. Ne faites donc pas subir à votre miel des changements de température trop importants. Ce ne serait pas lui rendre service !

2. Ne surtout pas stocker le miel dans des endroits humides

Le miel est un aliment hygroscopique. Qu’est-ce que cela signifie ? Tout simplement, qu’il absorbe facilement l’humidité présente dans l’air. Or, la directive européenne CEE 2001/110 précise que le miel ne doit pas contenir plus de 20 % d’eau. Pour éviter toute dégradation, les apiculteurs conseillent même de ne pas dépasser les 18 %

En effet, une fois ce seuil franchi, des micro-organismes et des levures vont commencer à se développer. La conséquence directe : un risque élevé de fermentation. Ainsi, pour empêcher ce phénomène, stockez toujours votre miel dans un endroit sec. En le maintenant à l’écart de l’humidité, vous lui permettrez de garder ses arômes et ses vertus thérapeutiques. C’est quand même mieux, non ? 

Enfin, notez que cette règle est encore plus importante pour les miels avec une teneur élevée en eau, comme ceux de printemps ou de châtaignier. Alors, redoublez de vigilance lorsque vous conservez ces derniers !

3. Garder le miel à l’abri de la lumière

Quel est le point commun entre un pot de miel et un vampire ? La réponse : aucun des deux n’est vraiment fan du soleil. Ils se sentent plutôt à l’aise dans les endroits obscurs

Mais alors, pourquoi le miel déteste-t-il autant le soleil ? Eh bien, parce que les rayons UV altèrent considérablement ses propriétés gustatives, nutritionnelles et thérapeutiques. 

Faites toutefois attention ! Pour assurer une meilleure conservation du miel, le garder à l’abri du soleil ne suffit pas. Vous devez l’éloigner de la lumière en général. Ainsi, à partir du moment où ils restent secs, les endroits sombres sont parfaits pour stocker le miel. Vous avez un placard, un cagibi, une cave ou une autre pièce noire ? Impeccable !

 

Comment optimiser la conservation du miel après ouverture ? 

Les bonnes pratiques que nous venons de voir sont primordiales pour stocker votre miel dans les meilleures conditions. Voici néanmoins quelques conseils supplémentaires qui vous aideront à assurer une conservation optimale de votre produit après son ouverture.

Pot de miel ouvert avec cuillère en bois

Conditionner le miel dans un pot totalement hermétique

Quel est le meilleur contenant pour conserver son miel après ouverture ? Excellente question ! Les modes de conditionnement ont énormément évolué avec le temps. Les sceaux réutilisables, dont les individus se servaient autrefois, ont progressivement disparu au profit des pots en carton paraffiné, en verre et en plastique. Aujourd’hui, les deux derniers matériaux cités sont les plus utilisés. Mais alors, lequel faut-il choisir ?

Incassable, plus léger et plus facile à stocker : « Le plastique, c’est fantastique » ! Et pourtant, le pot en verre reste une bien meilleure solution pour conditionner son miel. Pourquoi ? Parce qu’en plus d’être recyclable et écologique, le verre empêche le miel de s’imbiber des odeurs environnantes. Contrairement au plastique, il permet ainsi de sauvegarder les propriétés gustatives du produit. 

Possédant également cet avantage, le carton paraffiné est une bonne alternative. En plus, parfaitement opaque, ce matériau assure une excellente protection contre la lumière. Le conseil est donc le suivant : si vous achetez du miel dans un emballage en plastique, conditionnez-le après ouverture dans un bocal en verre ou un pot en carton paraffiné. Par ailleurs, gardez en tête que votre contenant doit toujours être refermé par un couvercle totalement hermétique. N’oubliez jamais cela !

Consommer le miel en utilisant une cuillère en bois 

Stop ! Arrêtez de tremper cet objet en métal dans le pot ! Le miel, c’est sacré. On le consomme uniquement avec une cuillère en bois. Alors, un peu de respect pour le travail des abeilles ! Elles se sont données tellement mal pour vous offrir un produit de qualité

Ce discours, c’est celui que tiendrait probablement un puriste du miel. Et pour être honnête, même si ça paraît un peu exagéré, il n’aurait pas complètement tort. Malgré son goût sucré, le miel demeure un aliment acide qui réagit facilement au contact du métal. Maintenant, restons mesurés : ce n’est pas la fin du monde si vous plongez une cuillère métallique dans votre miel. Tant que vous ne la laissez pas tremper trop longtemps, il n’y a vraiment pas de quoi dramatiser.

Cela dit, si vous ne consommez pas votre pot de miel rapidement après son ouverture, utilisez quand même une cuillère en bois pour être certain de ne pas entraver la structure et les propriétés du produit. Celles avec des stries sont notamment parfaites pour éviter d’en mettre partout. Bref, comme le dit l’adage : « mieux vaut prévenir que guérir » !

 

Combien de temps peut-on vraiment conserver le miel ?

Vous l’avez désormais compris : mal protégé, le miel peut rapidement perdre ses qualités gustatives, nutritionnelles et thérapeutiques. En revanche, s’il est parfaitement conservé, vous pourrez profiter de ses saveurs un bon moment. Mais alors, plusieurs jours, plusieurs semaines, plusieurs mois, plusieurs années : pendant combien de temps peut-on vraiment conserver le miel ? Explications.

Miel qui coule d'une cuillère en bois

Le miel : un aliment sans date de péremption

Vous faites toujours attention aux dates de péremption des aliments ? Vous ne consommez aucun produit dont la date limite est dépassée ? Avec le miel, vous pouvez arrêter de stresser : cette denrée est non périssable. Si vous respectez les bonnes pratiques de conservation, vous ne devriez donc avoir aucun problème à le garder intact.

Comment est-ce possible ? L’explication est simple : le miel contient ce que l’on appelle des agents bactériostatiques. Concrètement, ce sont des antibiotiques naturels qui empêchent la croissance et la reproduction de bactéries. De ce fait, tout risque de péremption est annulé et la durée de conservation du miel devient illimitée.

Néanmoins, ne croyez pas que le miel fonctionne comme le vin. Un bon vin se bonifie avec l’âge. Ce n’est absolument pas le cas du miel. Il ne faut pas se fier à la fameuse légende qui raconte qu’un savoureux miel vieux de 2000 ans aurait été retrouvé dans les pyramides égyptiennes. D’une part, il a été prouvé qu’il ne s’agissait pas de miel. Désolé de casser le mythe ! D’autre part, même si l’histoire était vraie, il aurait perdu toutes ses saveurs après tant d’années. Alors, malgré le caractère non périssable du miel, soyez raisonnable !

Le miel : un produit alimentaire avec une Date de Durabilité Minimale

Vous connaissez la DDM ? C’est la Date de Durabilité Minimale qui doit être indiquée en clair sur le packaging des produits alimentaires. Pour simplifier les choses : vous voyez la mention « à consommer de préférence avant… » ? Eh bien, c’est ça ! Et en tant que denrée comestible, le miel est soumis à cette réglementation.

À cet instant précis, vous êtes peut-être en train de penser : « Mais, on vient juste de dire que le miel ne périme pas ». Ne vous inquiétez pas, c’est toujours vrai ! La DDM n’est pas une date de péremption. Elle signifie uniquement aux consommateurs : « Soyez vigilant ! Après cette date, l’aliment peut perdre en qualité au niveau du goût ou de la texture ». De ce fait, même si la DDM est généralement de 2 ans pour le miel, ce dernier peut rester consommable bien plus longtemps.

Faites toutefois attention ! Si votre miel est mal conservé, il risque de fermenter une fois la DDM passée. Pour vous donner une idée, voici les principaux signes de la fermentation

  • un bruit gazeux à l’ouverture du pot ;
  • un goût alcoolisé ;
  • une saveur plus acide.

Dès que vous remarquez cela, arrêtez immédiatement de manger le miel ! En revanche, si vous ne souhaitez pas le jeter, rien ne vous empêche de vous lancer dans la fabrication d’hydromel. Bien évidemment, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Alors, à consommer avec modération !

Le miel pasteurisé : bonne ou mauvaise méthode de conservation ?

Ah ! Qu’en est-il du fameux miel pasteurisé ? Vous savez, celui qu’on retrouve généralement dans les grandes surfaces. Son principal avantage, vous le connaissez sans doute :  il se conserve très longtemps sans fermenter. Bonne nouvelle ? Pas vraiment ! 

Durant le processus de pasteurisation, il est nécessaire de faire chauffer le miel à 78° pendant cinq à six minutes. Vous vous rappelez ce que l’on a dit à propos des fortes températures ? Au-dessus de 40°, le miel perd ses arômes et la plupart de ses bienfaits. Bref, du pur gâchis !

Vous l’aurez donc compris, la pasteurisation n’est pas si géniale que ça. Avec ce procédé, votre miel sera bien liquide et se conservera parfaitement. C’est certain ! En revanche, concernant les qualités gustatives, ça ne sera pas terrible ! Honnêtement, mieux vaut acheter du miel non pasteurisé et le conditionner en respectant les conseils donnés précédemment. Maintenant, chacun est évidemment libre d’agir comme il le souhaite.

 

Conserver du miel cristallisé : aucun problème

Tous les miels finissent par cristalliser. Peu importe le temps que ça doit prendre, ce processus est inévitable. Le problème, c’est que beaucoup de personnes pensent que le miel n’est plus consommable une fois qu’il a durci. Grosse erreur ! Il faut absolument le conserver. Contrairement aux idées reçues, la cristallisation n’altère pas les qualités du produit. C’est même un bon signe, puisqu’elle prouve qu'il n’est pas pasteurisé. Vous voulez en savoir plus ? Voici les informations essentielles pour bien réagir face à la cristallisation du miel.

Casserole sur le feu

Comprendre le phénomène de cristallisation du miel

Vous êtes prêt pour un cours de chimie digne du grand Walter White, expert en cristallographie ? Alors, c’est parti ! Le miel est essentiellement composé de deux sucres : le fructose et le glucose. Il contient également de l’eau, du pollen, des oligo-éléments et des sels minéraux. Avec le temps, la quantité d’eau diminue considérablement et le sucre se consolide pour former des cristaux. Ce phénomène, c’est la cristallisation.

Néanmoins, certains miels ont tendance à cristalliser plus rapidement que d’autres. Vous vous demandez pourquoi ? Tout simplement, parce que la vitesse de cristallisation dépend de deux éléments qui varient énormément selon l’origine florale du miel

  • le ratio entre le fructose et le glucose ;
  • la teneur en eau.

Ainsi, une proportion importante de fructose permettra au miel de rester liquide, ce qui entraînera une cristallisation lente. Le miel d’acacia en est d’ailleurs le parfait exemple. À l’inverse, plus la proportion de glucose sera élevée, plus le miel cristallisera rapidement. C’est notamment le cas du miel de printemps (ou colza). Bien évidemment, le phénomène de cristallisation s’accélère davantage lorsque la teneur en eau est faible. Vous avez tout compris ? Parfait, Walter sera fier de vous !

Miel cristallisé : comment le rendre liquide ?

Comme nous venons de le voir, la cristallisation est un phénomène normal durant la conservation du miel. Néanmoins, si vous voulez inverser le processus et redonner de la fluidité à votre produit, c’est possible. Mais, attention ! Vous devez respecter certaines règles pour ne pas perdre ses propriétés aromatiques et nutritionnelles.

Dans ce sens, on ne le répétera jamais assez : le miel déteste les températures excessives. Par conséquent, n’envisagez pas une seconde d’utiliser votre four à micro-ondes pour le liquéfier. Privilégiez plutôt la technique non agressive du bain-marie. Pour appliquer cette méthode, notez que votre miel devra être contenu dans un pot en verre. Maintenant que cela dit, passons aux explications :

  1. Commencez par faire chauffer une casserole d’eau à 40° maximum.
  2. Une fois à ébullition, éteignez le feu et plongez votre pot de miel à l’intérieur.
  3. Attendez que la chaleur de l’eau fasse son effet.
  4. Dès que le miel débute sa liquéfaction, remuez-le pour rendre sa texture homogène.
  5. Lorsque vous le trouvez suffisamment liquide, sortez-le de l’eau. 

Si vous suivez ces consignes à la lettre, votre miel devrait conserver toutes ses qualités. Goûtez-le, vous verrez comme il est savoureux !

 

Conservation du miel : ce qu'il faut retenir

Ça y est ! Grâce aux conseils et aux bonnes pratiques présentées dans cet article, vous êtes désormais en mesure de conserver parfaitement votre miel. Toutefois, pour conclure en beauté, voici un top 5 des informations essentielles à retenir

  • Le miel se conserve à température ambiante dans un endroit sec et sombre ;
  • Le miel se conditionne dans un pot en verre ou en carton paraffiné fermé hermétiquement ;
  • Le miel n’a pas de date de péremption, mais une date de durabilité minimale ;
  • Le miel pasteurisé reste liquide plus longtemps, mais est pauvre en qualité ;
  • La cristallisation du miel est normale, réversible et gage de qualité.