Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Voyage

Voyage

Publié le 27 juil. 2022 Mis à jour le 27 juil. 2022
time 1 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 2 commentaires
lecture 16 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Voyage

Né bête,  inerte et n'ayant jamais ouvert une mappemonde,  je respirais l'air,  l'iode de mon petit abri,  celui de Lanildut...

Inutile de vous dire que je ne savais que faire de mes deux mains,  un droitier pur, un peu gauche.  Avant de partir en mode décontracté,  sans savoir que j'allais traverser un Océan,  de questions.  Non !

Un vrai Ti-zeff,  humant le ciel changeant de mon Finistère Nord natal.  J'avais vingt-trois ans et l'hiver j'arpentais les plans d'eau des communes avoisinantes pour dompter les éléments nécessaires à me propulser vitesse petit V en mer d'Iroise,  ou plus exactement au délicat " Passage du four " évitant de promener ma nostalgie,  aux heures où les aiguilles des vents et des courants se font face  je m'explique la mer imite un équidé contrarié lorsque ses deux éléments majeurs se font face.  L'Iroise alors se creuse et la houle devient vagues majuscules et nous sommes bien impuissants dans le tourbillon de la bataille,  cette lutte de contresens,  les belles vagues se lèvent...

Et justement,  sortant de mon lit défait,  ce matin là,  sans m'être vraiment renseigné,  j'allais à la gare de la ville de Brest,  basée plein Ouest,  rejoindre la capitale de notre France,  Paris.  Juste un défi dans mon fort-intérieur volant jusqu'à un lieu que mes amis Nantais m'avaient vendu comme étant un,  voir le Paradis.

Ma seule idée de prudence dans cette aventure sans nom fût d'acquérir un billet d'avion aller/retour valide un an.  Croyez moi sur parole,  je ne savais pas du tout,  tant l'idée de voler me terrifiée,  où j'allais poser mes pieds.  Nous étions en mille neuf cents quatre-vingt douze ma destination fatale : la Guyane française. 

 

 

 

lecture 16 lectures
thumb 2 commentaires
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaires (2)

avatar

William Gosset 13 jours

Bonjour Jean-François,

N'oubliez pas les tags, sans # devant, à la fin de votre publication, pour qu'elle soit plus facile à retrouver pour vos lecteurs.

Je vous remercie.
Merci beaucoup, je voulais écrire un petit peu plus... et poser des tags... raté, grosse fatigue mentale, actuellement.

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Voyage
8.3 – Une collision douce 
8.3 – Une collision douce 

D'emblée la position de lecteur offre davantage de possibilités que celle, bien plus passive, de spectateur, et encore plus de t&e...

Lorenzo Soccavo
3 min
8.0 – Lire c’est aller quelque part
8.0 – Lire c’est aller quelque part

L'objet de notre recherche peut se résumer en ces termes : comment avoir pleinement le sentiment d'entrer dans les histoires que nous lis...

Lorenzo Soccavo
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur