facebook Sur les Campsie Fells
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Essais
Sur les Campsie Fells

Sur les Campsie Fells

Publié le 25 nov. 2021 Mis à jour le 26 nov. 2021
time 3 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 13 lectures
2 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Sur les Campsie Fells

Je me tiens en haut des Campsie Fells et je prends soudain conscience, dans mon immobilité, du silence qui m’entoure. A mes pieds, Glasgow et la Central Belt, la région la plus peuplée d’Ecosse. Pour trouver ce silence, il a fallu que je monte cinq cent mètres de dénivelé, et que je m’éloigne de la petite foule qui profite, comme moi, du temps estival de ce début avril, et surtout, que j’arrête de marcher.

Chaque mouvement, même lorsque je marche seule, génère du bruit et c’est uniquement lorsque je m’arrête que j’en prends conscience – lorsqu’il disparaît. Le silence ne serait rien d’autre que l’absence de bruit, ou, peut-être, l’absence de bruit humain ?

Les Campsie Fells sont les collines qui me narguent, chaque jour, depuis les fenêtres de la maison où je vis. C’est sur celles-ci que j’ai cru mourir en décembre dernier, d’une bête hypothermie. L’hypothermie était la dernière chose à laquelle je m’attendais ce jour-là. J’étais partie par 5 degrés, négligeant de prendre un pull supplémentaire, une deuxième paire de gants, ma couverture de survie, des chaussettes sèches… tout ce que, dorénavant, je trimballe avec moi à chaque randonnée en Ecosse, même par dix degrés ou plus.

Alors que je parcours ce chemin, le même qu’en décembre, ce jour d’avril si ensoleillé, si chaud, je sais qu’avec chaque pas, j’exorcise un peu plus ce souvenir qui m’a traumatisée. Je retrouve les endroits où, progressivement, chaque pas dans la tourbe gorgée d’eau m’a détrempé davantage les pieds. Les endroits où il subsistait de la neige. Le vent lancinant et glacial qui a contribué largement à me refroidir. Et puis, sans que j’arrive à en être certaine, l’endroit où la peur m’a gagnée et où j’y ai cédé, faisant demi-tour.

La peur que j’ai ressentie ce jour était viscérale, instinctive. Tout à coup, mon corps disait stop, et mon esprit n’avait plus d’autre choix que d’obéir, soumission totale, nécessaire à la survie. C’est la première fois de ma vie que j’ai ressenti cette peur bien particulière, celle que guide l’instinct aninal.

J’étais redescendue, sortie du nuage, j’avais retrouvé la civilisation, une température décente, mon corps s’était progressivement réchauffé mais je n’oublierai pas le temps passé sous la douche brûlante pour récupérer pleinement des sensations dans la totalité de mes orteils. C’est à tout cela que je pense en ce glorieux samedi d’avril où je me tiens, à nouveau, sur les Campsie Fells. C’est à tout cela que je pense alors que je parcours à nouveau ce chemin, cette fois-ci sans faire demi-tour, en m’enfonçant à nouveau dans des tourbières – voire parfois dans des mares, mais en sachant, aujourd'hui, que je ne risque ni l’hypothermie, ni de me perdre au milieu du brouillard.

Aujourd’hui, le silence n’est rien d’autre qu’un plaisir éphémère, aujourd’hui, je savoure le silence.

lecture 13 lectures
thumb 0 commentaire
2 réactions
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les articles Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Voyage
J'ai craqué
J'ai craqué

  Ça y est, j’ai craqué… Après deux bonnes semaines à peu près. Franchement, entre toi et m...

Dariël Bleen
2 min
Simon says...
Simon says...

C'est fou comment nous pouvons être multiples selon ce que l'on a dit de nous : tu es une fille, tu es un  garçon, tu es vilai...

Eva Maria Matesanz
1 min
Ma plume part sur les routes
Ma plume part sur les routes

       J’ai mis un peu de temps avant de revenir te parler. Deux raisons à cela. La première,...

Dariël Bleen
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur