^ false
PLUS PRÈS DE NOS ANCÊTRES,GRÂCE AU PIMENT DE BRESSE
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
PLUS PRÈS DE NOS ANCÊTRES,GRÂCE AU PIMENT DE BRESSE

PLUS PRÈS DE NOS ANCÊTRES,GRÂCE AU PIMENT DE BRESSE

Publié le 27 févr. 2021 Mis à jour le 27 févr. 2021
time 1 min
1
J'adore
0
Solidaire
1
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 61 lectures
2 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

PLUS PRÈS DE NOS ANCÊTRES,GRÂCE AU PIMENT DE BRESSE


A la découverte du piment de Bresse, aussi appelée « poivre rouge de Romenay ».
Son implantation dans ce village bressans reste un mystère, mais son utilisation
elle, ne l’est pas.

Le piment de Bresse correspond à un degré 4 sur l’échelle de Scoville, tout comme
le piment d’Espelette, mais reste néanmoins un peu plus doux. Plus communément
utilisé en poudre, mais également frais ou séché, il est broyé à l’aide d’un mortier
d’une quarantaine de centimètres de hauteur, plus haut qu’un mortier classique
« peut-être à cause du goût du poivre ?... Cela devait surement piquer les yeux si
on se mettait trop près… »


Pourquoi cette épice était-elle si prisée des « anciens » ?


Cet ingrédient était, certes, très utilisé pour accompagner et relever certains plats,
tels que le « fromage fort », ou comme arôme des viandes froides, mais il lui a été
également attribué des vertus médicinales.
Nous le savons bien, les « remèdes de grand-mère » font appel à des ressources
naturelles. Le piment de Bresse faisait partie de celles-ci, et était très consommé
en ce sens, à une époque où les traitements médicamenteux n’étaient pas aussi
nombreux et évolués qu’ils le sont aujourd’hui.
C’est pour se réchauffer et calmer les douleurs que cette épice rouge fut beaucoup
utilisée, mais également pour ses bienfaits circulatoires, décongestionnants,
hémostatique et digestifs.
Elle est désormais devenue « une plante de collectionneur ou de jardinier curieux »
d’après Philippe Marchenay et Laurence Bérard à la suite d’une étude, en 2008,
consacrée aux cultures légumières. Elle n’est que plus rarement exploitée à des
fins curatives, mais agrémente désormais nos plats et charme nos papilles
gustatives.

 

Brève d'article de "L'Echos Bressan - édition Janv. 2021"

lecture 61 lectures
thumb 0 commentaire
2 réactions
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Gastronomie
Menu de fêtes
Menu de fêtes

Tout d'abord, bonne année à tous, une bonne santé et des petits plats pour se régaler.

Daniel Serge Coiret
1 min
LE LEADERSHIP INFUS  
LE LEADERSHIP INFUS  

Découvrir un leader à travers une émission radio, télédiffusée ou sur les réseaux sociaux, mieu...

Marjolaine Talitha
2 min
L'ordre des choses
L'ordre des choses

Je sais bien que dans notre inconscient, le temps n'existe pas vraiment. Les choses sont posées là, comme sur une...

André De Chateauvieux
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur