Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Confondez vous mort et changement ?

Confondez vous mort et changement ?

Publié le 8 févr. 2022 Mis à jour le 9 févr. 2022
time 1 min
0
J'adore
1
Solidaire
0
Waouh
thumb 4 commentaires
lecture 80 lectures
2 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Confondez vous mort et changement ?

Déni, colère, marchandage, dépression, acceptation. Les 5 étapes du deuil, mises à jour en 1969 par la psychiatre  Kübler-Ross, sur la base de deux cents entretiens, révélaient les phases que traversaient des personnes venant d’apprendre qu’elles souffraient de maladies incurables. Ces descriptions concernaient les malades et non pas leurs proches. Et pourtant, elles furent érigées en modèle prescriptif et normatif , certes cohérent, mais pas obligatoirement pertinent. Le film de Bob Fosse : «  All that jazz » , en 1979 relatait l’histoire d’une vedette du music hall , traversant les cinq phases. Un film que j’ai beaucoup aimé et vu plusieurs fois tout en gardant mes distances par rapport au modèle romancé. 

Depuis, les phases de deuil subissent des torsions sémantiques. Elles sont évoquées pour une amputation, un déménagement, le départ du foyer familial d’un enfant, le vol d’un smartphone ou une rupture amoureuse. Et elles sont maintes fois enseignées dans des séminaires de management du changement. La cohérence du modèle est si puissante qu’il en devient un dogme communément partagé. 

Cette transposition au management est de mon point de vue, contre productive. On inculque à des managers que leurs équipiers vont vivre les phases de deuil lors des changements d’organisations , de méthodes, de gouvernance, de systèmes de rémunérations, de fusions et autres paramètres de la vie professionnelle. Tout se passe comme si l’on dramatisait à outrance les changements inhérents aux évolutions stratégiques, technologiques, commerciales, méthodologiques, contractuelles…

Les managers croyant en ce modèle se dispensent ainsi de réfléchir à leur contexte spécifique , se moulant dans un « prêt à penser » anxiogène. Pour eux, changer c’est mourir, alors que changer c’est vivre. 

lecture 80 lectures
thumb 4 commentaires
2 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaires (4)

avatar

Sophie Cocard 4 mois

En fait, je crois que la société grossit à outrance certains événements ou en minimise d'autres. On parle de deuil d'une carrière professionnelle mais les réactions quant au Vivant qui disparait sur terre sont faibles voire inexistantes pour certains individus. Pourtant, là, nous sommes en train de parler de sixième extinction de masse et de menaces pour la vie sur notre planète, sans exagérer les propos ! Décidément, il n'y a pas que sur le plan de la sémantique que l'homme a ses contradictions.
Merci. Justement, suite à la réaction de l’une de mes lectrices, je rédige en ce moment une conversation sur le sujet a paraître dans les trois jours.
avatar

Sophie Cocard 4 mois

Votre réflexion mériterait d'être entendue dans de nombreux domaines, outre le management

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Entrepreneuriat
Le plaisir d'être une cause.
Le plaisir d'être une cause.

Des ermites et des sages ont choisi consciemment un mode de vie solitaire, contemplatif et méditatif. Les autres humains, la majorit&eacu...

Jean Louis Muller
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur