Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Tabou de l'illettrisme

Tabou de l'illettrisme

Publié le 12 févr. 2022 Mis à jour le 12 févr. 2022
time 3 min
0
J'adore
1
Solidaire
1
Waouh
thumb 2 commentaires
lecture 27 lectures
3 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Tabou de l'illettrisme

Tabou (1er Juin 2020)

 

Je traverse mon décor, comme une ombre

Nous sommes minorité,

Mais toutefois en nombre :

Invisibles, inadaptés,

Une tare, un tabou nous encombre.

.

Mon quotidien n’est que prétextes, faux-fuyants,

Gauches stratégies de contournement,

Subterfuges et fausses excuses.

De lâcheté ou de paresse

Sans me connaître on m’accuse.

 

Le repli sur soi lié à ma condition

Me range parmi les êtres hors normes.

Asocial pétri de frustrations

Victime de jugement, d’exclusion

De ce « regard des autres »,

Indifférent à la différence,

Qui transperce et cloue au pilori,

Qui, sans savoir ni comprendre,

Catégorise et humilie.

 

Se saisir d’un stylo

Pour le reposer aussitôt,

Faire mine de gribouiller, rougir et prier

Pour que mon interlocuteur n’ait rien remarqué

De cette gêne, ce malaise qui m’habite

Dès qu’à annoter un document on m’invite.

 

Arguer de « raideurs du poignet » :

Piètre parade — mais la seule que j’ai.

Je suis un mensonge ambulant,

Un inculte incurable rongé par la honte —

Depuis qu’il est enfant.

 

Quand je passe la devanture d’une librairie

Partagé entre fascination et allergie,

Je fuis.

Si j’entrais dans une bibliothèque

J’éprouverais la même déférence

Que pour un temple Aztèque —

Et l’impuissance au choix du malvoyant.

Je ne suis pas aveugle, pourtant.

 

Les lignes s’entortillent

Comme les fils d’un écheveau mal discipliné

Les caractères facétieux s’emmêlent

Étranges ribambelles :

Mon esprit vrille,

Mes bonnes résolutions vacillent.

 

Les chiffres sont aussi hiéroglyphes indéchiffrables,

Signes dépourvus de sens

Puisque je n’ai pas eu la chance

D’apprendre à décoder

Ce Morse insaisissable.

 

Jusqu’à mon nom je renonce à signer,

Pour ne pas « faire une croix » sur mon identité.

Je suis comme une absence,

Un chèque en bois malgré tout endossé.

Je vis de confiance accordée comme à crédit,

Sur une parole étranglée par les non-dits.

 

Dissimulation compulsive en guise de bouclier :

Pour cacher un embarras quasi létal,

Ce « péché originel » qui fait de moi un marginal,

J’accepte l’étiquette de « cas social ».

 

Fichu destin !

Dignité amputée d’un demi citoyen

Aliéné par ces « bases non maîtrisées »,

Comme une appréciation stigmatisante

En pied de bulletin

Qui sape toute fierté

Et vous consacre « bon à rien ».

 

Je ne sais ni lire ni écrire, ô aberration !

M’informer relève d’une impossible mission

M’enfermer pour survivre est la seule option.

Condamné à l’immédiat de l’oral

Comme un criminel à la prison.

Il ne me reste, pour sceller tout contrat,

Qu’une poignée de main,

Et en guise de lettre de candidature

Un sourire en coin.

 

Des « petites classes » je n’ai retenu

Que les brimades en farandoles.

Je n’étais certes pas très assidu,

On m’appelait « le cancre »,

Moquerie qu’on octroie comme une obole.

Le maître se riait de l’encre

Qui souillait jusqu’à mon col.

« Sang d’encre » coulant de blessures d’école.

 

Je souffre d’un mal méconnu

Qui rend discrets au point d’être taiseux,

Qui cantonne au silence

De pauvres malheureux

Reclus dans l’ignorance.

 

Je suis un « sans alphabet fixe »,

Je ne sais rien du B-A-BA.

Très rarement prolixe

J’observe et reste coi.

 

Élève exclu dans les coursives,

Ma main non guidée,

Mon geste égaré,

Handicapé de la cursive,

Je suis resté.

lecture 27 lectures
thumb 2 commentaires
3 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaires (2)

avatar

Sophie Cocard 5 mois

Bravo pour ce magnifique texte qui " prend au coeur ". C'est important de parler encore et encore de ces problèmes mis sous le tapis alors que des solutions existent. Quelle exclusion, quelle injustice au quotidien pour celles et ceux qui souffrent d'illettrisme. Mais pourtant, comme le fait que des SDF dorment encore dehors par ce froid, la lutte contre l'illettrisme n'est pas la priorité ....
Merci à vous, Sophie, pour ce commentaire! J'essaie dans tous mes textes d'avoir une écriture militante et engagée!

Tu aimes les publications Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Éducation
CHAPITRE 7
CHAPITRE 7

  Ce matin, Adora, la mère de Monique était assise sur le canapé et réfléchissait sur le genre d&...

Pierre Sokenou
9 min
CHAPITRE 5
CHAPITRE 5

  Des jours passaient, ainsi que des nuits. Monique arrivait enfin à se débarrasser des pensées indél&ea...

Pierre Sokenou
6 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur