Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Pourquoi avoir une bonne intelligence émotionnelle est essentielle pour agir en paix?

Pourquoi avoir une bonne intelligence émotionnelle est essentielle pour agir en paix?

Publié le 14 janv. 2022 Mis à jour le 14 janv. 2022
time 36 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 51 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Pourquoi avoir une bonne intelligence émotionnelle est essentielle pour agir en paix?

Comme vous l'avez peut être lu, j'ai créé la philosophia academia pour aider chaque être humain avec suffisamment de maturité spirituelle à réaliser sa vie dans la paix et la joie.
Toute mon expérience m'a démontré que le prérequis, pour faire son chemin de vie dans la joie est de retrouver, dans un premier temps, sa propre nature paisible.  Ce qui donne la capacité d'agir à partir d'un centre stable, sans générer de stress intérieur et donc, de savourer cette épopée humaine, ce voyage.

Je souhaite être clair lorsque je parle de joie.  La joie dont je parle est celle qui émerge sans aucune explication logique extérieure lorsque nous nous mettons en action. Cette joie se manifeste quand nos besoins humains sont connectés à l'énergie de vie, qui est censée, je dis bien censée, circuler en nous. Cette circulation vitale est très concrète, et très loin d'être un délire spirituel, de développement personnel ou thérapeutique. Elle est le signe que vous êtes devenu quelqu'un de normal, en bonne santé sur différents plans, tous interreliés. C'est-à-dire sans maladie, avec un équilibre énergétique interne, et donc, une vie simple sans problème, puisque votre vie est le reflet vibratoire de votre être intérieur.

images décoratives

Votre vie sera toujours perçue depuis votre intériorité, que vous en ayez conscience ou pas. Ce qui est donc difficile pour certaines personnes ne l'est pas pour d'autres, car l'éveil de leurs consciences ou leurs maturités spirituelles sont différents.
Dans mon cas, j'ai une très grande facilité à être honnête, avec moi et les autres par exemple.  Il est devenu rare que je me batte pour avoir raison.  J'ai compris qu'il est plus agréable d'aimer et d'être heureux.

Pour que cette vie circule en nous librement, sans entrave, vous devez vous sentir détendu, sans aucune pratique, sans effort et sans contrôle. Vous devrez passer du temps à vous ouvrir à la clarté de votre conscience et à votre présence parce que vous ne pouvez pas vous contrôler.  Si vous le faites, c'est que vous vous manipulez et donc que vous vous considérez comme un objet et non un être humain vivant avec une réalité et une vie intérieure.  C'est-à-dire, que vous devrez agir intérieurement pour retrouver votre nature paisible. Vous apprendrez dans cet article ce qui empêche de faire circuler cette vie en vous et les conséquences tragiques à cela pour votre vie. 

Notez toutefois que la joie n'est pas à confondre avec le bonheur, ni que les pratiques sont à bannir.  Les pratiques sont comme des béquilles.  Elles sont intéressantes pour le cadre qu'elles offrent.  Mais il est important qu'un jour ou l'autre, le cadre soit brisé pour accéder à une autre réalité intérieure, plus vaste, permettant d'agir avec plus de liberté, de sagesse et de responsabilité.  Pour finalement, marcher sans béquille, comme le ferait un rescapé d'accident grave et handicapant, après sa rééducation.  Nous sommes toutes et tous à différents niveaux de gravité, des infirmes à l'intérieur de nous et dans la relation que nous avons avec notre vie intérieure.

Quant au bonheur, il dépend des circonstances extérieures et est par essence impermanent. Rechercher le bonheur et le bien-être est un enfermement de l'ego. Cela fait partie de ses stratégies, intelligemment et subtilement tissées, pour valider ses habitudes de fuite, de combat ou de tétanie, dans sa course à la justification de son délire.  Et, évidemment, pour bien faire!
La majorité des personnes que je rencontre dans le milieu spirituel, thérapeutique, de coaching ou de développement personnel sont dans cette démarche. Alors, je les vois s'enfermer dans leurs innombrables pratiques, pour obtenir une fausse récompense qui se traduirait par une illusion de paix, de bonheur. Mais qui cesseraient immédiatement dès la fin de la pratique. Comme de bons élèves, il y a la répétition inconsciente d'un conditionnement appris depuis la naissance, qui est : il faut faire quelque chose pour obtenir une récompense.  Être en paix n'a rien à voir avec le "faire" et ne peut venir d'une source extérieure.

Images décoratives

Le bonheur et le bien-être ne peuvent exister sans leurs opposés : le malheur et le mal-être. Vous ne pouvez prendre l'un, sans qu'il porte l'essence de l'autre. Dis autrement, ce sont deux facettes de la même pièce. La majorité des personnes qui ont trouvé le bonheur ou le bien-être restent ensuite dans la peur inconsciente de le perdre.
Vient alors l'enfermement du contrôle exacerbé de leur vie, d'eux-mêmes et des autres, pour rester dans cet état de peur de perdre l'objet de leur bonheur. Que ce soit un objet ou une personne objectifiée.
C'est à ce moment, et sans s'en rendre compte, que s'amorce la descente aux enfers.

Au plus nous voulons contrôler les événements, posséder l'objet ou la personne, au plus nous la perdons parce que l'amour et le lien ne peuvent s'épanouir qu'au sein de la liberté et de la réciprocité mutuelle. La conséquence de cette insécurité qui se terre très profondément dans la psyché nous pousse alors à exercer plus de contrôle, voire même d'abuser du pouvoir que nous croyons avoir sur l'objet, les événements ou la personne (voire le groupe) objectifiée.  Cette attitude peut laisser libre cours à de violentes perversités surtout si la personne à un statut lui donnant du pouvoir.

C'est comme cela qu'un thérapeute, suite à une réaction colérique de ma part, en réponse à ce qu'il avait fait et refait, a utilisé son autorité abusivement en invitant tout le groupe présent, à établir un jugement moralisateur et punitif sur moi, car, il se sentait impuissant et démuni quand je suis sorti de son esclavage et du contrôle qu'il exerçait sur moi.  Sachez qu'à partir du moment où vous êtes conscients de l'énergie du besoin en vous et que vous vous y êtes reliée, il vous est impossible d'être un bon esclave.  Dans certains cas, la colère peut permettre de vous protéger et de retrouver votre intégrité.  Il n'y a rien de plus flippant pour une autorité paranoïaque et abusive de perdre cette illusion de contrôle.  
A partir de ce moment, vous ne pourrez agir plus que dans la coopération, que ce soit avec vous-mêmes ou les autres.  En respectant la préciosité du vivant en vous et votre vulnérabilité, vous ferez de même pour les autres.

Pour certaines personnes, c'est l'accumulation de biens qui traduit cette peur où il leur en faut toujours plus pour tenter de combler cette insécurité.  Ou encore par l'accumulation de pouvoir en se logeant dans des structures où ils seront intouchables.  Faire la course au bonheur en allant le chercher chez quelqu'un d'autre est un très bon moyen de rencontrer des accompagnateurs pervers qui vous feront faire des pratiques douteuses, voire irrespectueuses pour votre humanité.  C'est déjà tragique comme cela, mais le pire, c'est que vous les ferez avec tout votre consentement.  Dans toute mon expérience, ce fut un piège dans lequel je me suis vautré par ignorance... Quand on est aveugle... Difficile de fréquenter les bonnes personnes.

Dans cet article, je vais vous partager les raisons pour lesquelles développer votre intelligence émotionnelle est la base pour que vous vous sentiez en paix indépendamment des circonstances extérieures.
Les émotions sont encore un sujet extrêmement tabou dans notre société en apparence tellement évoluée. À un point tel, que nous croyons devoir les gérer. Et pour beaucoup de personnes, gérer une émotion signifie la contrôler, pour atteindre l'état désiré selon leur propre vision du bien, malheureusement conditionnée.
Vision qui dit que l'absence d'émotions est bien et conventionnellement acceptable, et que les émotions dites "négatives" sont mauvaises et donc à bannir.

Ce raisonnement se justifie, car, qui n'a jamais mesuré les conséquences néfastes d'une expression émotionnelle chaotique, sans limite, incongrue, voire destructrice comme la colère, par exemple?
Et pourtant, ce raisonnement amène un combat contre l'émotion, du désarroi et de la maladie dans nos sociétés.  Elle le fait par l'apposition d'étiquettes et de jugement sur des états, qui vont et viennent naturellement dans le respect de l'entourage, quand nous savons comment les accueillir.  
Elle a pour effet pervers de créer un refus d'acceptation de votre état qui est la condition première pour commencer une démarche d'accueil émotionnelle.
Sincèrement, si vous entendez quelqu'un parler de gestion émotionnelle, fuyez!!

Retenez que la seule raison pour laquelle certaines personnes croient que les émotions sont nocives provient d'une ignorance concernant le cadre nécessaire, pour qu'une émotion s'exprime dans le respect des limites de l'entourage.
Cela se résume à simplement rester présent à la sensation corporelle qui est liée à l'émotion. Cette présence agit comme un contenant qui évite que l'énergie se disperse tout autour du point d'origine, et envahisse chaque personne, plus ou moins proche, si elles n'ont pas leur champ énergétique fermé.
Ce qui devrait être une norme dans notre éducation concernant l'accueil des émotions est rarement présent au sein des familles. Trouvez-moi une famille où des parents restent totalement présents dans l'accueil des émotions de leurs enfants tout en leur apprenant à les exprimer sainement et je paie la prochaine tournée!

Je ne vais pas entrer en détail de façon scientifique sur ce qu'est une émotion et l'impacte hormonale sur le corps physique. Je n'en ai pas le savoir. Par contre, j'ai passé 12 ans presque à vider mon réservoir d'émotions réprimées du passé, et si je n'en ai pas le savoir scientifique, je peux affirmer que j'en ai une connaissance et une sagesse très concrète.
J'ai donc développé une rare capacité, dans notre société, à rester présent au contact de l'expression intense des émotions sans que cela me perturbe. Tout en offrant un cadre qui permet aux autres de rester présent à soi. Réfléchissons un peu... Que préférez-vous? Obtenir un diplôme grâce au savoir profond du fonctionnement d'une voiture en étudiant par cœur son mode d'emploi et tous les schémas du moteur ou... développer l'art de la conduite pour que votre voiture vous emmène là où vous désirez par tous les temps?

Quelles que soient les sciences, ce n'est pas parce que quelqu'un peut décrire un phénomène grâce à son savoir et son observation qu'il en a la connaissance.  Soyez donc vigilant concernant l'étalage du savoir de qui que ce soit, car dans mon expérience, j'ai rencontré des personnes, des thérapeutes, sachant tout expliquer. Sauf que, lorsque je regarde les réponses que ces personnes donnaient dans la vie de tous les jours au contact des frictions et des relations humaines inéluctables, il y a de quoi prendre ses jambes à son cou, tant le gouffre entre les paroles, le savoir et les réponses données étaient juste abyssale!

Retenez que le savoir ne vaudra jamais la connaissance concrète d'un vécu réalisé, consciemment et pleinement présent au phénomène. Et que vous n'avez pas besoin de savoir pour vivre pleinement un quelconque contenu. Et encore moins de savoir pour aimer! J'affirmerai même que les personnes qui en savent le moins sont plus avantagées pour retrouver leur nature paisible. Car accueillir une émotion en présence est avant tout un acte d'amour, et ne peut se réaliser dans le jugement ou à partir d'une compréhension!  C'est une intelligence intérieure vivante et une maturité spirituelle qui se met en action, qui n'a rien à voir avec une compréhension du mental.  D'ailleurs... Croyez-vous vraiment qu'il faille un diplôme pour aimer?

C'est la raison pour laquelle je ne me perdrai pas dans les explications qui peuvent être très poussées comme la description des différentes émotions, la réaction du cerveau limbique et reptilien, la décharge émotionnelle... L'ego veut toujours plus de savoir.  C'est encore plus vrai que notre société privilégie l'étalage de ce savoir en y accordant de la reconnaissance.  Il y a une différence entre la connaissance accumulée parce que nous faisons une activité passionnément, et la recherche égotique de savoir pour des fins personnelles.  Ce n'est pas cela qui vous donnera le courage et la présence de rester avec vous sans jugement quand un inconfort émergera. Si je nourrissais votre intellect de savoir, chaque fois que vous seriez confronté à l'émergence d'une émotion (en admettant que vous ayez les moyens de la sentir et que vous n'êtes pas coupé du corps comme ce fut mon cas), vous vous rattacheriez à votre savoir pour vous sentir en sécurité, croyant pouvoir contrôler votre émotion, au lieu de rester présent à votre corps, aux sensations, et vous laissez traverser par elle. Aucune accumulation de savoir ne permet de trouver en son cœur, le courage d'être honnête, authentique, et surtout les capacités de rester présent à son corps durant la vague émotionnelle, dont le pic peut être vertigineux, et donner réellement le tournis quand cette énergie vivante nous traverse.

J'attire votre attention toutefois d'être au clair avec l'intensité de votre émotion.  L'ego désireux de bien faire risque de comprendre qu'au plus l'émotion est forte, au plus il y aura de guérison et de progression.  Rien n'est plus faux.  Vous ne pouvez progresser dans le moment présent de toute façon. Vous aurez compris cela quand vous aurez fait le deuil de toute illusion comme réaliser votre potentiel, votre moi supérieur ou tout désir égotique d'être plus ceci ou plus cela... Qui vous empêche d'être ici et maintenant.
Les charges les plus profondes chez moi ont été dissoutes avec beaucoup de douceur, d'amour, de profondeur et de subtilité bienveillante... Et c'est encore le cas aujourd'hui. Donc, retenez qu'exprimer une émotion authentique, c'est ni rajouter, ni supprimer d'intensité quand elle nous traverse.

L'erreur que font d'innombrables personnes lorsqu'une émotion surgit, c'est de partir dans le mental et de tenter de jouer l'histoire qu'il y a autour de cette émotion. L'ego cherchera toujours des partenaires de jeux pour rejouer son contenu émotionnel, et justifier la présence d'émotion dans le corps. Ou alors, il cherchera à comprendre... Comprendre est une conséquence de l'expérimentation d'un phénomène.  Mais pour beaucoup, comprendre est synonyme de contrôle et permet de donner l'illusion d'une sécurité intérieure. Une émotion se vit et ne se comprend pas!

Depuis mon expérience, je vois l'émotion comme une nourriture que l'on met dans la gamelle du chien qui le fait toujours revenir. Le chien étant les circonstances, les événements, les pensées... Il est tragique dans d'innombrables milieux spirituels d'observer la violence du contrôle des pensées que les adhérents essaient d'exercer sur eux alors que ces gens sont remplis d'émotions. Il existe des milieux spirituels où les gens psalmodies les versés de leur religion. Je crois qu'en donnant au mental de quoi faire, il croit ainsi éviter d'avoir de mauvaises pensées sous peine d'une croyance d'aller en enfer.
Il existe aussi d'autres stratégies pour éviter de s'entendre et se fuir. Comme se jeter corps et âme dans le travail, dans le faire... Beaucoup le disent d'ailleurs :" Quand je travaille, ça me change les idées!".
Vos pensées sont étroitement liées au contenu émotionnel que vous portez. Mais plus que ça. Vos pensées, mais aussi votre vision, vos habitudes et vos croyances... Les émotions sont aussi comme un brouillard qui vous empêche de voir la réalité, le vrai, sans filtre. Quand vous êtes vide d'émotions du passé, vous entrez dans le moment présent. Cela devient un art de vivre.  Vous sortez du brouillard et découvrez ce qu'est le discernement sans même vous en rendre compte. Des évidences émergent avec leurs solutions... Exprimer une émotion devient alors aussi léger et naturel qu'aller aux toilettes qu'en cela est nécessaire.

Très souvent, j'ai rencontré des personnes affirmant qu'il n'existait pas de vérité. C'est vrai tant qu'il y a des émotions non intégrées, car elles filtrent, déforment, contorsionnent l'énergie et les faits pour que l'ego qui s'en nourrit, ait au final raison et justifie de façon très logique, la présence du malheur qui lui permet d'exister. Il existe bel et bien une vérité quand on est vide d'émotion.
Être vide d'émotion nous permet d'être reliés progressivement à une connaissance non conceptuelle, de plus en plus profonde et silencieuse de la vie, qui s'exprime au centre d'une immobilité intérieure.
Une connaissance intérieure de la vie, de ses rythmes, de ses lois, car vous devenez de plus en plus intime avec elles.
Les émotions nourrissent vos mauvaises habitudes, tous vos jeux, même l'illusion de mondes spirituels créés par l'ego dans son délire d'orgueil et de domination.

Autre thème moins perché dont j'ai l'élan de vous parler : le surpoids. J'ai pu aussi observer un nombre incalculable de personnes (moi y compris) parvenant à maigrir en se contrôlant pendant un certain temps.  Mais sur le long terme, elle reprenait tous les kilos perdus, parce que ces personnes étaient remplies d'émotions du passé.

 Et comme pour combler un vide ou masquer l'inconfort émotionnel, elle s'anesthésiait avec la nourriture pour éviter de ressentir l'inconfort intérieur. Et c'est valable pour d'innombrables activités. Citons le sport, la méditation, la drogue, le sexe, l'informatique... Bref, tout peut servir pour couvrir ce que l'on refuse de sentir. Et ça fonctionne! Vous pouvez vous balader avec une armoire de fleur de Bach à prendre pour chaque circonstance inconfortable et pour influer sur votre état.

Images décoratives

Mais quoi qu'il en soit, si vous n'apprenez pas à rester présent à la douleur émotionnelle, elle finira par se transformer alors en souffrance intérieure, puis en maladie, car la circulation vitale sera bloquée en vous.
Je me souviens avoir perdu comme cela 5 kilos sans effort en une semaine après un stage émotionnellement très libérateur.

Les émotions font partie d'une couche de votre corps plus subtil où circule la vie. Là où la vie passe, la maladie trépasse. Tout comme le chaos, le mensonge, tout ce qui est faux est mis en lumière et dissout par cette vie qui n'est rien d'autre qu'une intelligence consciente. Lorsque vous retenez l'expression d'une émotion, vous cristallisez dans vos cellules la charge émotionnelle et cela cré alors un nœud énergétique. Alors la vie tentera de passer par un autre chemin, mais une partie de vous ne sera plus nourrie par une information bénéfique et vivante, véhiculée par ce courant. Et cette part de vous, coupé de nourriture, pour survivre, cherchera à se nourrir par ses propres moyens, sans votre accord, sans respect pour l'entourage, car, c'est une question de survie pour elle.

Sachez que vous pouvez réaliser des pratiques qui feront circuler ce courant de vie. Cela peut permettre de sentir cette circulation vitale un peu mieux.  Comme l'ouverture d'un robinet d'eau un peu plus grand qui permettrait d'obtenir plus de pression et de débit. Mais que se passe-t-il après avoir fermé le robinet? Autrement dit, que se passe-t-il après votre pratique?
Bien souvent, il ne reste que le souvenir d'une expérience mystique intense, mais très peu de cette expérience est amené au niveau humain, au plus profond de vos cellules, et qui modifie votre réalité vibratoire et donc, votre vie concrète.  Cela ou un tour dans un parc d'attractions, c'est la même chose.

C'est la raison pour laquelle je transmets cette sagesse qui vous éveillera si votre intention est réellement de changer et de vous tourner vers la vie. Devenir vivant changera votre réalité et vos fréquentations.  Toutes personnes dont les intentions sont impures fuient la vie et n'apprécieront plus votre compagnie. Leur ego sentira qu'il est devenu impossible de se nourrir chez vous et ira prendre de l'énergie ailleurs.  Ces changements dans le cercle relationnel sont des deuils à accueillir et à vivre.  Tout comme l'arbre accepte de perdre ses feuilles chaque automne, apprendre à laisser mourir et partir ce qui est mort est un apprentissage essentiel à réaliser, pour laisser émerger le nouveau et le vivant!
Vous avez tout en vous et vous avez seulement besoin de vous reconnecter à votre propre source! De brancher le tuyau quoi! La circulation se fera ensuite naturellement si vous cessez d'entretenir le nœud.

Pour en revenir aux pratiques, oui, vous pouvez créer votre vie et vous entourez de pratiques, faire des stages intenses régulièrement comme je le faisais pour atteindre un but illusoire.  Mais une fois que vous les arrêterez, vos travers reviendront s'il n'y a pas une réelle connexion avec vos tripes humaines. Si les charges émotionnelles liées à l'argent, le sexe et le pouvoir ne sont pas intégrées par un accueil et une expression saine, qui amène à une dissolution de la charge, aucun changement réel intérieur au niveau de votre expérience humaine ne se fera.


Oui, vous gagnerez peut-être l'accès à différentes expériences mystiques, plus ou moins facilement, mais votre vie d'humain restera remplie de déviance, de perversion et de trahison, que votre entourage vous reflètera dans le choix inconscient que vous ferez de les fréquenter.  
Vous passerez votre temps à lutter contre vous pour atteindre l'image idéale que vous vous faites de vous-même et qui vient certainement d'ailleurs.  
Vous parviendrez au mieux à vous contrôler et donnerez l'illusion d'avoir atteint un certain niveau spirituel.
Mais au final, vous vous serez juste enfermé dans un milieu pas si différent des cadres fondamentaux que nous retrouvons dans la vie de tous les jours, dans la société "moderne" occidentale et malade.

C'est comme cela que j'ai pu m'être laissé abuser par des enseignants spirituels qui semblaient tellement élevés! Sauf que... Il valait mieux les fréquenter uniquement durant leurs stages arborant leurs plus belles plumes que dans leur vie de tous les jours. Et donc... Croyez-vous qu'une vie de pratique soit réellement une vie de liberté si vous devez embarquer avec vous à chaque voyage votre tapis de yoga, vos cristaux de quartz blanc magique, le cahier de votre enfant intérieur ou vos baskets pour aller faire votre footing pour évacuer votre tension intérieure?

Un des enfermements de l'ego est de donner le pouvoir aux objets (ou aux pratiques) de vous donner du bien-être, de la protection ou de la clarté! Ou quoi que ce soit que vous estimez nécessaire pour votre sécurité!
Tout comme le pouvoir que vous donnez à un thérapeute de vous guérir.  Les spécialistes pour ça, ce sont les chamanes... Personnellement, je préfère m'octroyer ce pouvoir à moi-même plutôt que le remettre dans les mains parfois souillées de quelqu'un d'autre ou d'un objet qui peut disparaître.  
Je trouve cela plus sécure, plus efficace sur le long terme et moins couteux.  
Bref... J'espère que vous m'avez compris!  

Cela étant dit, tout mon accompagnement s'axe sur la récupération de votre pouvoir personnel pour que vous trouviez vos propres ressources.  Certes, c'est moins impressionnant que faire de grands processus ésotériques ou avaler je ne sais quelle substance. C'est moins agréable que si je vous infantilisais en jouant le papa que vous n'avez jamais eu, mais au moins, cela a le mérite d'être sain et beaucoup plus efficace et profond.

Au sein des relations vécues habituellement dans notre société, beaucoup de personnes savent ce qui les met hors d'elles. Alors, habituellement, elles demandent qu'on s'adapte à elles.  Certaines personnes sont tellement chargées d'émotions du passé non intégrées, par leurs accueils et leurs expressions saines, qu'elles demandent de vous éteindre au point de ne plus exister et de vous trahir en niant vos besoins. En tentant même de vous rendre coupable de leurs états... Elles vous demandent en fait de marcher jour et nuit sur des oeufs.

  Ne tombez jamais dans ce piège pervers. Avec beaucoup de considération et de respect pour ce que vit l'autre, vous avez le droit de cesser de porter le poids des autres. Chacun doit prendre la mesure de son contenu et surtout la responsabilité de lui accorder toute la présence que cela nécessite et cesser de regarder chez les autres.  C'est le seul moyen pour entretenir la joie et l'harmonie au sein de relations saines.

Beaucoup de personnes ayant grandi dans des milieux toxiques exigent aux autres d'être invisibles et éteints, pour éviter tout risque de déranger l'illusion de quiétude que ces personnes recherchent, et surtout, l'image idyllique, parfaite et fausse qu'elles ont d'elles-mêmes. Vous devez comprendre que personne n’a le pouvoir de créer quoi que ce soit chez vous si vous gardez votre pouvoir personnel. Les personnes ou les circonstances extérieures ne peuvent être que des éléments révélateurs du contenu que vous portez.
Dès lors que vous acceptez cela, vous commencez à reprendre votre pouvoir personnel en cessant d'accuser le monde, les autres et la grand-mère en short de votre voisin d'être responsables de votre mal-être et de vos états, dont vous avez, au fond de vous, honte.

Tant que vous êtes encore chargé d'émotions du passé, pour vous et votre entourage, c'est comme marcher sur un terrain totalement miné. Un instant tout va, puis la seconde qui suit, ça explose! Et souvent, personne ne comprend pourquoi! Alors, vous vous lancez dans la thérapie pour mieux vous comprendre, comme-ci la compréhension pouvait combler le manque de présence qui vous a manqué plus jeune.  Il en vient alors une méfiance de soi et des autres parce que vous commencez à réfléchir en terme de blessures.  Vous finissez par classer vous et les autres dans votre savoir thérapeutique : une belle case bien carré avec de jolis noms et étiquettes.  Et plus personne n'ose vivre au final.  Mais qui est responsable? Notez que je dis bien responsable et pas coupable! Est-ce celui qui a marché sur la mine ou celui qui l'a posée ou qui ne l'a pas retirée? Ou est-ce les deux? Je vous laisse méditer là- dessus...

Donc, se vider de ses émotions du passé, c'est donner le droit à vous-même et aux autres la liberté d'être qui ils sont dans le moment, sans vouloir changer leurs états. Mais c'est également parvenir à exprimer ses propres limites, à partir d'une paix très ancrée en soi et extrêmement puissante. Une des limites pourrait, par exemple, refuser d'aller jouer sur un terrain miné.  Ou de répondre aux jeux d'autres personnes en restant présent à l'histoire servies sans les nourrir et donc, sans se laisser embarquer dans des jeux de manipulations.  Quand vous exprimez vos limites paisiblement et bien ancrées (ce qui se fait naturellement au fur et à mesure que vous devenez plus léger émotionnellement), cela invite naturellement au respect comme étant un reflet d'une attitude que nous nous offrons par amour. C'est un acte profondément aimant que d'avoir de réels moyens humains de rester aux côtés de quelqu'un, totalement présent, à ce qu'il est dans le moment. En commençant par soi!

Sans cela, il devient alors impossible de déployer et d'investir sereinement du temps et de l'énergie dans des relations saines, sans devoir faire de compromis, et donc, d'éteindre à différents degrés, la vie puissante que vous êtes et qui est censé habiter votre corps à tous les étages. Les relations deviennent alors des gouffres énergétiques où vous passer votre temps à résoudre des problèmes, des conflits, au lieu de créer une vie inspirante entourée de personnes coopératives, en paix, avec un passé vide d'émotions en qui on investit sa confiance sereinement.

La clef est simple pour avoir des relations saines en étant pleinement soi-même et vivant :  n'allez jamais résoudre un conflit ou un différend tant qu'une charge émotionnelle est encore présente.  Sauf si la personne en face de vous à une forte présence, ce qui est extrêmement rare actuellement.  Mais dans tous les cas, cela réduira la probabilité de maintenir l'harmonie et le lien qu'il y a au sein de la relation.  Vous devez d'abord vous apporter de l'empathie ou aller voir une personne externe compétente pour vous aider à dissoudre la charge émotionnelle grâce à votre présence et seulement après, établir un contact verbal pour résoudre le conflit.  Vous irez de ce fait à la rencontre de l'autre paisiblement et avec la clarté de vos sentiments et besoins.  Vous serez alors en mesure de garder votre pouvoir personnel tout en ayant de la considération pour l'autre et l'envie de répondre à ses propres besoins, dans le respect de vos limites.  Et donc, de donner l'envie à l'autre de répondre également à vos propres besoins dans la coopération mutuelle.

Alors, tout dépend de savoir jusqu'à quel point vous êtes d'accord de trahir la vie consciente qui est destinée à investir la totalité de votre corps au nom du maintien de relations dysfonctionnelles.  De croire que le reproche ou que les rapports de pouvoirs fonctionnent pour coopérer ou être en harmonie socialement.  De vous trahir par peur de vous retrouver seul sans aucune source d'attention et d'amour.  Totalement dans l'insécurité matérielle et/ou affective, par manque de courage et d'engagement à rester ouvert et présent à vous-même.

Et puis, si vous ne laissez pas votre corps s'animer par votre conscience vivante et intelligente, d'autres énergies prendront leur place pour vous mener à faire ce qu'elles veulent.  Qu'elles soient bonnes ou mauvaises, cela reste de la possession, car le manque de respect de vos limites, c'est comme laisser vos portes grandes ouvertes, au mieux c'est un courant d'air qui s'y engouffrera, au pire, un voleur violeur, avec des intentions cachées, envahira votre territoire.  Qu'il soit au niveau de la pensée, de votre parole, de votre coeur, de qui vous êtes, de vos émotions ou de votre corps physique.  Prenez conscience que l'envahissement ne se fait pas qu'au niveau physique.

Ceci est valable également pour vos activités. Où la moindre réalisation se fait habituellement par le déploiement d'efforts incommensurables. L'ego adore mettre en évidence sa propre souffrance qui justifie sa réussite d'être arrivé au sommet, et d'avoir fait un chemin de vie dans la douleur pour avancer! Et le pire, c'est que c'est devenu pour beaucoup de personnes un critère de sélection et d'admiration! Généralement, on retrouve beaucoup de chefs ayant été sélectionnés pour leur capacité à trahir leurs limites concernant les efforts qu'ils fournissent au sein de leur entreprise, pour être aimé et recevoir une quelconque récompense.  

Alors que la simplicité, le respect du rythme et des limites tels que je les vis sont les signes d'un amour beaucoup plus profond. D'une sagesse bien plus ancrée qui permet de ne pas se perdre dans les méandres égotiques qui corrompent tous les milieux sur cette terre. Et cette attitude respectueuse de son propre rythme cré et agit beaucoup plus lentement que la norme. Avec pour grand avantage que tout ce qui est fait, est fait facilement et sans effort.  Parce que vous faites ce que vous aimez, mais aussi, vous êtes inspiré.  De ce fait, vous posez peu d'actes mais avec une énergie beaucoup plus impactante.

Alors que faire au final avec toutes ces émotions?
Et bien justement... Il n'y a rien à faire! Oui, je sais... Vous serez certainement déçu d'entendre cette réponse. Vous imaginiez peut-être accumuler du savoir... Mais à vrai dire, la majorité des personnes devraient arrêter de faire, car elles agissent à partir d'une énergie corrompue en elle. Ce qui veut dire que leurs actes ne sont pas en cohérence avec leur conscience vivante, intelligente, et donc, elles nourrissent leur propre système corrompu, d'une façon ou d'une autre, sans même s'en rendre compte. Car la corruption tire sa force dans sa furtivité.  Et cette corruption individuelle se matérialise par une corruption collective, qui utilise les mêmes mécanismes individuels. Au point que la corruption et la trahison de soi semblent devenir une norme.
Pire encore, il me semble que cette attitude soit mise sur un piédestal où la médiocrité et la lâcheté ont plus de valeurs que la vertu.  Mais tout cela est de bon augure! Car en expérimentant la corruption, la perversion en tant que victime de par notre inconscience de valider cela, la souffrance croissante qui en découle finit par imposer un électrochoc éveillant la conscience des plus endormie.  La souffrance est peu confortable mais efficace!  Et c'est dommage, car il est possible d'emprunter d'autres chemins pour s'éveiller bien plus doux que la souffrance individuelle et collective pour évoluer.  Si vous ne me croyez pas, c'est que vous n'avez alors jamais vécu de choc dans votre vie que vous avez su surmonter.

Plus que jamais, il est nécessaire de ralentir, de développer votre savoir-être et de cesser de gesticuler, geindre pour revenir à l'essentiel qui vous habite! Vous devez arrêtez de vous débattre pour atteindre votre idéal ou ce que vous croyez devoir atteindre par perfectionnisme malsain et par votre refus d'accepter l'aspect limité de votre humanité.
Vous devez commencer à vous poser et à ressentir réellement votre corps et ses propres limites, avec courage et détermination. Vous devez commencer à réduire l'écart entre qui vous croyez être, les moyens que vous croyez avoir, et qui vous êtes vraiment et vos réels moyens d'aimer humainement.

Vous devez vider ce réservoir émotionnel qui nourrit tous les personnages que vous croyez être, pour revenir à votre essence, avec la clarté de conscience des rôles que vous jouez quotidiennement, sans y être collé ou attaché.
Vous devez commencer à être présent à vous et de cesser de vous trahir intelligemment. Vous devez abandonner votre tentative de compréhension de vous-même et de l'origine de vos blessures par votre éternelle thérapie. C'est sans fin.

Sachez que la thérapie ne fera que nourrir le personnage qui croit avoir des blessures et dont sa vie n'a de raison d'exister que pour guérir tout en accusant papa et maman de tous ses maux.  Or, vous ne guérissez pas en tentant de contrôler le changement en vous mais en vous aimant!  Et pour cela, vous devez vous regarder en toute honnêteté et cesser de vouloir changer pour être totalement présent à vous, quoi qu'il se passe en vous.  
Le changement se fera au fil des saisons et ce n'est pas vous qui contrôler votre évolution.  Au mieux, vous pouvez vous mettre dans un environnement propice à cela pour avoir plus de facilité à être présent.  Au pire, la freiner en refusant de sentir ce que la vie vous propose de vivre ou en voulant en faire de trop.  L'ego qui en veut toujours plus, et être toujours plus guéri, en arrive même à faire de la surconsommation spirituelle ou thérapeutique.  Quoi qu'il en soit, ne pas respecter le rythme de la vie, amène souffrance et douleur.

Un thérapeute peut être utile dans l'urgence, en cas de choc, si vous n'avez pas suffisamment d'ancrage pour rester présent à vous. Mais la plupart, pour maintenir la justification de leur existence, ont besoin que vous croyiez éternellement qu'il y aura quelque chose en vous à guérir.  Plutôt que vous voir comme une conscience individuel qui sait exactement où elle va, elle va vous voir comme quelqu'un à guérir.  Et par ce fait, sans cesse regarder ce qui ne va pas.  
Il est plus productif de se foutre la paix.  Et de cesser de mettre des caméras en nous qui scruterait le moindre fait et geste de peur de faire une erreur! Vous avez le droit de faire des erreurs et d'être aimé! Mais restez honnête et clairvoyant concernant ce qui vous a poussé à faire cette erreur humaine... Quand elle surgit plutôt que creuser sans cesse.

Jamais un thérapeute n'aura les moyens réels de vous accompagner jusqu'à la réalisation totale de l'être et de l'humain, les 2 aspects que vous expérimentez ici, dans cet univers, en tant qu'intelligence vivante, en tant que conscience individuelle.  Sans cesse, vous devrez retourner à la station de carburant pour faire le plein d'amour alors que vous avez votre propre station-service pour vous remplir via votre présence.  Vous ne devez pas guérir, vous avez juste besoin de vous ouvrir à votre propre présence.  Celle qui vous a manqué durant votre enfance.  Et ça, il n'y a que vous qui avez le pouvoir de décider cela.  Si vous êtes honnête dans votre démarche, vous rencontrerez les bonnes personnes pour reprendre votre croissance intérieure, là où elle s'était arrêtée durant votre enfance.
Un enfant n'a pas besoin d'être aussi couvé qu'on le croit.  Il a besoin de vérité et de présence concernant ce qu'il vit.  Et si vous êtes dans le refus de vos états, c'est comme manipuler sans cesse cet enfant pour qu'il n'ait pas de comportement que vous ne sauriez accueillir. Si vous ne parvenez pas à accepter vos états, apprenez à accepter votre incapacité à tout accueillir et ressentez... Vous verrez que parfois, ce sont vos idéaux, votre sécheresse et votre sévérité intérieure qui vous empêche de faire le pas aimant suivant vers vous.  Ces aspects de vous ont aussi besoin d'amour et d'être en lien avec vous.  Ce sont ces parts de vous qui ont les plus hautes valeurs spirituelles et le moins de moyen de les concrétiser réellement au sein de votre humanité quotidienne.  A moins que vous ayez eu le courage d'amener votre conscience et votre amour au plus profond de vos tripes, de votre bassin, votre sexe, votre plexus, là où gît les 3 thèmes pervertis de nos sociétés : argent, sexe et pouvoir!

Pour les coachs, c'est du pareil au même.  Aucun ne vous amènera à réaliser la totalité de qui vous êtes.  Pour eux, il faut réaliser votre plus haut potentiel dans une pléthore de domaine et avancer! Sachant que vous êtes dans un processus de création infinie, cette vision vous amènera toujours à être à côté de vos pompes et du moment présent.  Ils vous trouveront toujours un objectif à atteindre, car l'ego aime tellement réussir et se sentir fort.  Avoir des missions! Et si la mission est spirituelle, alors là! C'est le pompon! Au plus le défi est grand, au plus il s'enorgueillit de sa victoire! J'ai pu observer cette posture partout!
Qui seriez-vous si vous n'aviez plus de blessure à guérir? Si vous cessiez tout combat intérieur? Si vous n'aviez aucun objectif à atteindre? Aucun rôle à jouer? Personne à sauver? En fait, qui seriez-vous si vous aviez foi en la vie et la mort? Qui seriez-vous si vous étiez toujours là pour vous sans la moindre peur d'être rejeté d'un groupe ou d'une norme?
Retenez que la compréhension intellectuelle ne guérit rien ni personne. Elle vous donne une illusion de toute-puissance.
Tout comme la réalisation infinie de vos objectifs tels le mythe de Sisyphe!  Cela vous donne l'impression d'avancer, mais au final, vous retombez toujours au même endroit éternellement. 

Le travail de bon élève dans votre carnet d'enfant intérieur est inutile.  Cela vous donne l'illusion que vous faites quelque chose pour vous.  Mais au final, vous ne touchez jamais de votre amour, la source du problème et votre vide intérieur.  Cela ne fait que nourrir une quelconque idéologie qui vous enferme. Et toute idéologie, aussi belle soit-elle, contient le terreau de la corruption et de l'enfermement.

Seuls l'amour et le lien que vous ressentirez avec la vie dans votre corps vous permettront de sortir de votre souffrance et de vos histoires tragiques, individuelles et collectives, que vous répétez sans cesse comme un mauvais disque rayé. Cela fait mal aux oreilles, mais vous continuez à le jouer... Comme une addiction à une drogue. Vous savez que c'est nocif, mais c'est plus fort que vous... Cela vous donne le sentiment d'être vivant même si votre contenu est désagréable.  Vos déboires vous permet même d'obtenir de l'attention des autres.  Un médecin, un ami, un thérapeute, un coach... Même la violence des coups d'un conjoint ou d'un policier peut être une forme d'attention pour certaines personnes.  Ou une stratégie pour avoir ensuite de l'attention en tant que victime.  Aimer avoir mal, s'appelle, je crois, du masochisme... Jusqu'au jour où vous en avez ras le bol d'être dans ce cycle éternel de souffrance et que vous décidiez d'en sortir pour vous retrouver.

Vous devez cesser de vous cacher de la clarté de la conscience en osant être honnête si une émotion se présente à vous, une vertu, un jugement ou un vice.  Vous trouverez le courage de vous y relier grâce à votre ouverture de coeur croissante.  Vous reconnaîtrez cela quand vous parviendrez aisément à rester présent au contact des douleurs émotionnelles ou du bon en vous, aussi longtemps que cela sera présent en vous.  Petits pas après petits pas.  Au fur et à mesure, vous verrez toute votre beauté et votre unicité.  Vous cesserez de vous comparer aux autres.  A ce moment, vous deviendrez un véritable leader, car vous serez capable de contribuer à élever votre entourage sans aucune peur que quiconque prenne votre place ou soi mieux que vous.

Quand vous parviendrez à rester consciemment, juste à côté de la sensation douloureuse ou pas, proche d'elle, sans vous y perdre, tout en percevant l'espace qu'il y a autour et qui lui donne le droit d'exister, à ce moment, vous saurez que vous n'êtes plus en résistance, et dans l'acceptation totale de vivre vos aspects limités et illimités, qui composent chaque être humain.  
Pas besoin de comprendre quoi que ce soit pour vivre et ressentir.  Vous avez juste besoin de suivre le courant de vie en vous.  La compréhension se fera après de façon surprenante... Et cela s'appelle la sagesse, car cette posture vous fait entrer dans le mystère insondable de la vie et du moment présent.

A la fois, vous ne savez rien et vous savez tout, avec la foi que la connaissance vous sera fournie quand cela sera nécessaire et au bon moment selon un agenda qui vous dépasse totalement.  Vous deviendrez capable de partager une sagesse et un savoir, sans y être attachés, permettant de renouveler, instant après instant, la fraîcheur de l'enseignement qui n'est rien d'autre qu'une vibration avant qu'elle prenne toute forme.  Certaines personnes y sont plus poreux à la recevoir et d'autres moins, selon l'engagement qu'il y a de s'ouvrir à l'amour.  D'où l'importance d'observer vos mécanismes de fuite qui vous empêche de rester ouvert à cette vibration consciemment.  
C'est aussi la raison pour laquelle, la forme avec laquelle vous décidez de contribuer au bien-être de votre entourage n'a que peu d'importance.  Ce n'est qu'une préférence selon l'humain que vous êtes.  Alors... faites-vous plaisir...  Et cessez de suivre des pratiques qui vous font suer si ce n'est pas ce que vous aimez, sous prétexte qu'elles seraient puissantes à cause de votre addiction à la recherche d'une perfection illusoire qui n'existe que dans vos rêves.  C'est la présence que vous mettez dans chaque action (même si elle est immobile) qui est puissante, pas la forme.

Cette douce puissance de l'accompagnement permet de se taire et de cesser d'amener quiconque dans un délire égotique de changement, conscient qu'il se passe bien plus de choses dans le silence que dans l'agitation... Et que toute transformation se fera quand la terre sera prête à recevoir la graine et qu'il ait suffisamment d'eau et de douceur pour lui donner l'envie de s'élever en l'abreuvant et la nourrissant à juste dose.

J'ai conscience que ces mots peuvent être difficiles à lire ou à entendre, mais à l'heure d'aujourd'hui, il est temps de s'éveiller et de construire le monde de demain sur d'autres bases. Cela ne peut se faire sur l'illusion nourrit par la masse émotionnelle collective. Chacun a donc une responsabilité à porter et doit cesser de regarder chez les autres, par orgueil, mais bien de balayer chez lui pour commencer.  Il n'y a que comme cela que nous irons vers le monde que tout le monde aspire.

La clarté, la vérité et l'amour ne sont douloureux que pour l'ego soutenant la corruption et l'illusion. L'ego étant aussi tout ce que vous cachez consciemment ou pas et qui permet de tirer les ficelles de votre vie malgré vous. Il n'a de raison de subsister uniquement parce qu'il est nourri par vos actions émotionnelles plus fortes que vous. Ces mêmes actions disproportionnées qui trouvent leur carburant au sein même des émotions enfuies et réprimées.
Tout le jeu de l'ego collectif est maintenu uniquement par l'agglomération émotionnelle de la somme de chaque individu. C'est ainsi que l'ego parvient à maintenir ses propres jeux de manipulations qui donnent raison aux mécanismes de lutte et de défense... Et de perpétuer, génération après génération, le malheur à grande échelle à travers tous les déboires répétés que l'inconscience collective génère. 

Image décorative

Aussi, comprenez bien que je ne dis pas de lutter contre l'ego. C'est ce que font beaucoup de personnes également remplies d'orgueil et remplies de bonnes intentions.  Se croyant ainsi très souvent, en cachette, supérieur aux autres.  Leurs CV thérapeutique est souvent impressionnant! L'ego pour justifier sa soif de lutte parvient même à rentrer en combat contre lui-même.  L'ego est une illusion créé et nourrit par vous et uniquement vous.  Ce n'est même pas une prison.  Si vous croyez cela, vouloir en sortir ne ferait que nourrir sa présence.
Se vider des émotions du passé qui émerge dans le moment présent, grâce à votre présence est la seule solution pour cesser de nourrir l'ego et retrouver un élan naturel, paisible et joyeux, de vivre... Chaque ÊTRE humain peut s'ouvrir à cette présence qui est déjà là car c'est la nature même de l'ÊTRE.  Reste à savoir si vous voulez vivre en tant qu'être humain vivant et conscient... Reconnaissons que les événements mondiaux nous invitent à nous positionner...  Et... Quel choix ferez-vous?

Voilà, cet article touche à sa fin.  Faites-moi savoir comment cela résonne en vous.  Je n'exclus pas qu'il y ait certaines choses que j'aurais mal expliquées ou avec peu de clarté.  Cela contribuerait ainsi à ce que je modifie l'article.

J'espère en tout cas que vous aurez apprécié cette lecture.  Même si vous avez pu ressentir de l'inconfort durant la découverte du contenu de ce partage.  
Je vous invite à venir vous inscrire au site internet, car il se peut que je mette en ligne du contenu réservé aux abonnés du site.  Cela me permettra aussi de vous prévenir des différentes activités, dont les cercles de sagesse, que j'organise en présentiel et par zoom.

Merci pour votre lecture et l'intérêt que vous avez portés à mes mots, cela m'encourage à créer d'autres articles.  
Et si vous ressentez le besoin de recevoir du soutien dans votre vie, vous êtes bienvenu.
Il me reste à vous dire à très bientôt pour d'autres partages! Au revoir!

lecture 51 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les publications Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Éducation
CHAPITRE 7
CHAPITRE 7

  Ce matin, Adora, la mère de Monique était assise sur le canapé et réfléchissait sur le genre d&...

Pierre Sokenou
9 min
CHAPITRE 5
CHAPITRE 5

  Des jours passaient, ainsi que des nuits. Monique arrivait enfin à se débarrasser des pensées indél&ea...

Pierre Sokenou
6 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur