facebook "Les enfants sont rois" - Delphine De Vigan
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
"Les enfants sont rois" - Delphine De Vigan

"Les enfants sont rois" - Delphine De Vigan

Publié le 19 nov. 2021 Mis à jour le 19 nov. 2021
time 2 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 21 lectures
2 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

"Les enfants sont rois" - Delphine De Vigan

Chère Delphine De Vigan, 

sans le vouloir et d'ailleurs sans le savoir, chez moi, vous faites partie des meubles. N'y voyez rien de péjoratif, bien au contraire. J'aurais sans doute pu préciser que ce sont vos livres, plus exactement, qui font partie des meubles. Mais on lie, l'auteur à son ouvrage. Ils ne font qu'un.
Dans ma maison qui me sert de bibliothèque désordonnée, il n'est donc pas rare, de tomber sur un de vos bouquins. Certains sont mieux rangés que d'autres, je dois bien l'avouer. Je pense, à "rien ne s'oppose à la nuit". Ce n'est pas une surprise. Je ne suis pas le seul à veiller à son emplacement privilégié, tant il aura marqué des milliers de lecteurs. 

Il est fort probable, que "les enfants sont rois" arrive, aussi, en bonne place. 

"Nous avons eu l'occasion de changer le monde et nous avons préféré le télé-achat" Stephen King

La citation qui ouvre votre livre est glaçante de vérité. Elle pose le décor. Elle nous assène une vérité que nous ne sommes pas encore prête à entendre, à voir. Mon Dieu, je crains qu'il ne soit déjà trop tard !

Dans la famille Diore, je veux le père. Chef opérateur des mises en récit numérique. Je veux les deux jeunes enfants : Kimmy et Sammy. Acteurs de leur propre vie. Kimmy est douée pour ce qu'on lui demande de faire ou de ne pas faire. Et je veux la mère, Mélanie Diore, réalisatrice, productrice, animatrice, scénariste, banquière, agent de sa progéniture... Mélanie ne ménage pas sa peine pour que les chérubins ne manquent de rien. Sur la chaîne YouTube, le profil Instagram de la famille, tout est prétexte à montrer ce qui s'apparente à une vie normale, banale. L'achat de baskets de Kimmy, la visite au Zoo, au parc d'attractions, l'ouverture des cadeaux offerts par les gentils sponsors. Une vie normale quoi !  Comme des milliers d'autres vies !

Et un jour, disparait Kimmy !  

Qu'est-il arrivé à Kimmy ? Cette toute jeune et jolie petite fille. Elle avait l'air si heureuse. Si souriante sur les réseaux sociaux. Quel est ce monstre qui nous a enlevée notre Kimmy ? Qu'allons-nous observer, mater, désormais ? Que fait la police ? 

Clara Roussel est en charge de l'enquête. Elle est une invisible. Au sens numérique de la chose. Deux femmes, deux parcours, deux visions du monde. Et Kimmy que l'on ne trouve toujours pas ! 

Chère Delphine De Vigan, vous mettez en scène, une famille, qui fait de sa surexposition numérique, un business fleurissant. Et comme à chaque fois, vous ne dénoncez pas, ne jugez pas ! Vous nous alertez, seulement, vous nous interpellez. Avec justesse et vérité. 

Nous n'avons, sans doute pas, mesuré l'ampleur des dégâts numériques. Nous allons vers des lendemains qui déchantent.
Un jour viendra les enfants seront rois... déchus. 

 

"Les enfants sont rois"
Delphine de Vigan
Éditions Gallimard

lecture 21 lectures
thumb 0 commentaire
2 réactions
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Le Mans 1955
Le Mans 1955

Circuit des 24 heures du Mans, 11 juin 1955, 18h28    « Je m'appelle Pierre Levegh, j'ai 49 ans je suis aux com...

Fabrice Laurendon
6 min
CDL November challenge
CDL November challenge

Coucou les belettes ! Ce mois-ci, j'ai participé au challenge de la Confrérie...

Marine Dunstetter
7 min
LE TERMINAL
LE TERMINAL

Le voilà ce matin de Juin tant attendu, le terminal est encore quasi désert. Le virus a-t-il défait tant de vocations de vo...

Fabrice Laurendon
6 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur