facebook Extrait 2
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Extrait 2

Extrait 2

Publié le 5 nov. 2021 Mis à jour le 5 nov. 2021
time 4 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 6 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Extrait 2

Extrait du jour... ✍️📖

" Ce soir, le ciel est pur de tout nuage, phénomène inopiné en ce mois de mars jusqu’alors gorgé de pluie. Les étoiles scintillent malgré la luminosité trop puissante des éclairages qui inondent les rues. Elle profite du panorama qui lui sera bientôt interdit. Et en même temps, que sait-elle de ce qui l’attend réellement ? En dépit des convictions qu’elle s’est forgées au fil de toute sa vie, elle doit admettre n’avoir acquis aucune certitude. Et si tout n’était qu’un formidable leurre, une machination improbable ourdie par son subconscient ? Pourtant, elle n’ignore rien de ce dont elle est capable et qu’elle a mis en œuvre si souvent. Elle ne peut se tromper. C’est inconcevable.

La mine songeuse, elle tend la main vers sa droite et, comme le ferait un automate, attrape le verre à demi plein de vin d’Arbois, posé en équilibre sur le sol. Là aussi, le professeur Derville a fortement insisté pour qu’elle renonce à en boire.

— Quels plaisirs m’accordez-vous pour le peu de temps qu’il me reste à vivre ? lui a-t-elle demandé d’un ton condescendant.

En bon carabin qui se respecte, il a été dans l’incapacité de lui répondre, haussant juste les épaules, conscient de l’évidence de sa déficience malgré toute sa science. Et, ce faisant, s’est sans doute glissée dans son esprit la pensée que, décidément, cette malade était par trop insupportable.

Elle l’avoue sans détour. Elle n’a jamais aimé ces experts persuadés de détenir tout pouvoir sur leurs patients lorsque, au bout du compte, ils se révèlent impuissants à guérir qui que ce soit. Leurs victoires ne sont qu’armistices éphémères avant le grand saut final dans l’inconnu absolu. Elle se sent plus d’affinités avec la mentalité chinoise, cette médecine dite holistique qui considère l’homme dans son ensemble et utilise l’acupuncture, la diététique et les plantes médicinales. Un praticien ne doit-il pas faire preuve d’humilité pour soigner ses clients dès que la maladie apparaît pour le narguer ? Tu as cru agir pour le mieux ? Tu étais certain de sélectionner les bonnes thérapies ? Je suis bien là, pourtant, tapi dans l’ombre, crabe ou autre pathologie prête à surgir lorsque tu t’y attendras le moins… À son sens, les allopathes devraient davantage se former à la psychologie. Ils gagneraient en empathie, en sagesse et surtout en humanité.

Pour le reste, la faucheuse connaît toujours son heure.

Elle en aura bientôt fini avec toutes ces contingences. Elle a réussi à faire le vide autour d’elle. Cela n’a pas été bien difficile. Voilà belle lurette qu’elle ne voit plus personne d’intime et qu’elle a réduit son entourage au strict nécessaire : son banquier, quelques commerçants et sa femme de ménage, laquelle sera en vacances bien méritées au moment idoine. Tous les autres ont été priés sans sommation de disparaître de son périmètre et elle les a aidés en ne leur donnant aucune nouvelle.

Elle s’est simplifié les choses, utilisant les mois écoulés pour vendre ses derniers avoirs. Un antiquaire, dans la boutique duquel elle aime flâner pour respirer les odeurs de vieux bois, lui a été d’excellent conseil. Pour le reste, les agents immobiliers sont toujours avides de gagner de l’argent si le bien est attractif.

Le plus difficile a été de se séparer de ses chers trésors. Elle a mis tant de temps à les acquérir. Elle n’aurait aucune honte à certifier qu’ils représentaient tout pour elle. L’idée de les léguer à un musée lui est venue presque spontanément. À la fin de la semaine précédente, la Philharmonie a pris en charge ses derniers instruments. Ne lui reste qu’un seul violon, le second étant désormais hors de France. Leurs dédicataires sauront en faire bon usage, elle n’a aucun doute là-dessus. Pour les autres pièces, pianos, partitions, elle a fait en sorte qu’ils soient destinés à de véritables amoureux de la musique. Imaginer les vendre au plus offrant, ce que lui aurait conseillé son notaire, lui était inenvisageable. C’était courir le risque de les voir échouer chez des propriétaires mercantiles et irrespectueux de leur valeur historique et surtout artistique. Que lui importe un quelconque profit pécuniaire ?

Bonne lecture 🥰🎻📚

 

lecture 6 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les articles Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Le Mans 1955
Le Mans 1955

Circuit des 24 heures du Mans, 11 juin 1955, 18h28    « Je m'appelle Pierre Levegh, j'ai 49 ans je suis aux com...

Fabrice Laurendon
6 min
CDL November challenge
CDL November challenge

Coucou les belettes ! Ce mois-ci, j'ai participé au challenge de la Confrérie...

Marine Dunstetter
7 min
LE TERMINAL
LE TERMINAL

Le voilà ce matin de Juin tant attendu, le terminal est encore quasi désert. Le virus a-t-il défait tant de vocations de vo...

Fabrice Laurendon
6 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur