facebook  Emotions : 1 générateur d’utopies
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
 Emotions : 1 générateur d’utopies

 Emotions : 1 générateur d’utopies

Publié le 1 sept. 2021 Mis à jour le 1 sept. 2021
time 7 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

 Emotions : 1 générateur d’utopies

“Ce n’est qu’au prix d’une ardente patience que nous pourrons conquérir la cité splendide qui donnera la lumière, la justice et la dignité à tous les hommes

Ainsi la poésie n’aura pas chanté en vain”. (Arthur Rimbaud)

Introduction

La patience se cultive avec le temps, c’est une vertu mais souvent elle entre en conflit dense avec nos émotions surtout en période de crise.

La citation d’Arthur Rimbaud nous rappelle à quel point un objectif peut être noble mais si dur à atteindre.

Nos émotions peuvent être un catalyseur de nos espérances ou a contrario de nos angoisses.

Elles peuvent façonner notre rapport à la société et être le reflet de nos frustrations.

Points de définitions

Emotion : Réaction affective transitoire d’assez grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venue de l’environnement.

Utopie: projet chimérique qui ne tient pas compte de la réalité

Nos émotions ont une capacité de projection insondable.

Illustrons-le avec un cas concret.

Si je vous dis que « la hype » du moment repose sur le désir de prendre soin d’un petit être.

Si je vous dis que l’on pouvait dès 2017 collectionner et élever des chats virtuels un peu comme Tamagotchi ou un Pokémon ?

Vous ne seriez probablement pas ce que sont les Crypto Kitties, un prototype servant à la construction des NFT.

Voyez comme le désir de prendre soin d’un petit être digital peut être un bon retour sur investissement.

La preuve ?

L’engouement énorme sur les NFT, la monnaie virtuelle qui révolutionne le monde des enchères censé capturé un morceau de personnes, d’images lié à un moment précis. Cela se vend pour plusieurs milliers ou millions d’euros. C’est un certificat numérique de propriété.

Un investissement dans les secteurs spéculatifs un moyen de s’enrichir, de tirer son épingle du jeu pour les particuliers face aux inégalités qui se multiplient.

La blockchain avec ses différentes monnaies a produit cet effet depuis plus d’une dizaine d’années par le Bitcoin ou aujourd’hui les NFT.

I) La puissance romantique de la numérisation

a) Coup de poker et opportunités numériques

Il représente une sécurité, une impression rassurante, une valeur refuge.

Phénomène décrit par Philippe Bihouix :

« Alors pour survivre il faut pouvoir rêver, s’extraire d’un présent pas toujours agréable ni satisfaisant ».

« L’homme moderne rêve de bonheur technologique ou du moins s’émerveille des miracles de la science, de toutes nouvelles fonctionnalités tout en pestant contre la vie chère ou mille autres ennuis quotidiens »

Quelle réponse de nos dirigeants face à ces angoisses : Un surplus de croissance à condition de sacrifices toujours plus nombreux affectant notre qualité de vie et l’adhésion à des modèles innovants.

Ces derniers devraient pleinement déployer leurs effets d’ici 2040 voire 2050 selon des projections actuelles

« N’avons-nous d’autre choix que de regarder s’atomiser et se numériser toutes les relations humaines mais en augmentant nos capacités et notre capital personnel ? »

De nouvelles fictions et artefacts sont inventés pour nous faire oublier le déclassement générationnel continu qui se fait dans un monde où les objets connectés profilèrent, où le culte de l’hyper-vitesse maintenu. Dans cet idéal, où l’hyper connexion est la norme, les perspectives d’avenir pour les générations futures, bien qu’incertaines sont sources d’espérances.

Sources d’espérances car les tâches contraignantes et les grandes problématiques seraient déléguées à nos machines.

Perspectives nettement plus alléchantes sur le papier qu’un monde « où une part importante des travaux et des activités serait consacrée à réparer, restaurer, embellir et nos lieux de vie, plutôt qu’à produire qu’à jeter ensuite… » (Philippe Bihouix, Le Bonheur était pour Demain)

Perspectives alléchantes mais où l’hyper-connexion est nécessaire pour traquer toutes les opportunités du numérique pour espérer échapper au déclassement pour soi et les générations futures.

Perspectives alléchantes mais qui nous demande de devenir des “trackers” sur pattes à l’affût de la moindre opportunité quitte à perdre notre humanité.

De l’autre, essayer de trouver des opportunités pour maintenir notre planète dans un état vivable bien que nous soyons pris dans un ensemble de grands systèmes techniques.

Un monde un peu plus résilient où règnerait plus :

  • · De silence
  • · D’espace
  • · D’intuition pour faire nos choix
  • · De sensibilité pour les arts & les mots

b) A la recherche d’une tempérance perdue

Une fiction à construire à rebours des tendances actuelles est une alternative qui peut paraître utopique mais nécessaire pour concilier la modernité et les valeurs indispensable pour préserver un collectif.

Les 4 valeurs essentielles qui ont fait leur preuve à l’Antiquité :

  • · La prudence
  • · La tempérance
  • · La force
  • · La justice

Philippe Bihouix en prenant l’exemple de Saint Just et son choix cornélien entre la vertu et la terreur montre à quel point cette fiction sera ardue à implémenter.

« Pour Saint-Just, c’était ou la vertu ou la terreur »

Une fiction qui bat en brèche la puissance de la numérisation.

Ce récit ne reposerait pas sur l’opportunité d’acquérir des artefacts numériques et de spéculer sur des valeurs virtuelles mais des activités concrètes revigorant nos liens

II) Un modèle alternatif en reconnexion avec nos émotions

a) Un modèle éducatif repensé

La revalorisation du rôle l’ingénieur et de la recherche scientifique

L’émulation est la force qui permettrait de mettre en valeur les bons exemples et les bonnes pratiques

Des méthodes d’enseignements renouvelées via tous les supports disponibles

Réhabiliter les Humanités avec un soutien financier massif pour favoriser des emplois locaux ou des loisirs au choix de chacun et non des produits importés de l’autre bout du monde pour être compétitif mondialement

Le temps et la pratique continue d’une activité dans le champ des Humanités redynamiseraient nos imaginaires

Les ponts entre les générations seraient construits plus facilement

Repenser l’espace public en fonction des Humanités et optimiser l’utilisation des bâtiments publics le week-end

La démocratisation des Humanités permettrait peut-être des remparts à un hédonisme débordant ou s’accommoder au consumérisme, de briser une certaine routine.

Nous pourrions tous nous engager pour le bien commun avec enthousiasme

b) Une invention d’inconnus

L’exploration d’alternatives et de champs nouveaux sont donc nécessaires malgré les tendances actuelles.

Il nous faudra prendre à bras le corps les problématiques liés au big data, des smart cities et de leur consommation d’énergie conjugué à l’amenuisement des matières premières 

franki chamaki data

« Si les plans de l’industrie des télécommunications pour la 5G se réalisent pas un être humain , pas un oiseau, pas un insecte et pas un brin d’herbe sur terre, quel que soit le lieu de la planète où il se trouve ne pourra se soustraire à une exposition , 24 heures sur 24 et 365 jours par an, à des niveau de rayonnement de radiofréquence qui sont des dizaines voire des centaines de fois supérieurs à ceux que l’on connaît aujourd’hui » (Philippe Bihouix, Le Bonheur était pour Demain ).

Présentement, il va falloir s’armer de patience mal l’urgence de la situation

 

Un conseil que l’ingénieur nous donne en reprenant Alexandre Soljenitsyne :

« Le résultat ne compte guère. Ce qui compte c’est l’esprit ».

Un conseil que je m’appliquerai à suivre

Il va falloir aussi tempérer notre capacité de projection dans le futur sous peine de toujours courir après de nouveaux désirs ou de nouvelles lubies.

Notre imaginaire est semblable à un univers en expansion, il faut donc faire attention.

Philippe Bihouix nous met en garde en illustrant le cas de l’astrophysicien Dan Hooper qui s’interroge sur l’expansion de l’univers et des solutions que pourraient avancer des civilisations à l’avant-garde techniquement :

“Une seule galaxie ne sera pas du tout suffisante pour répondre aux besoins énergétiques d’une civilisation de haute technologie…”

La solution trouvée est vraiment surprenante: Procéder au stockage des étoiles pour les exploiter.

Ne vous avais-je pas dit que nos émotions ont une capacité de projection insondable.

Cela peut nous amuser comme nous effrayer mais les initiatives positives essaiment un peu partout ce qui peut nous donner confiance en l’avenir.

C’est pourquoi je crois si fermement en un avenir fondé sur la sobriété technique, car il est volontaire, rationnel et optimiste.

Notre avenir commun peut être retissé à travers le prisme de la sobriété et des humanités.

Il peut se fragmenter dans nos îlots numériques et ses artefacts.

Un peu d’espoir pour terminer

“Si d’un côté les choses continuent à empirer et les mauvaises nouvelles à s’accumuler, elles ne le font pour l’instant pas plus que d’habitude” (Philippe Bihouix, Le Bonheur était pour Demain)

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
  •  
2
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
2
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les articles Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Tech

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur