facebook 7/Nourrissant : rêver d'un monde meilleur
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
7/Nourrissant : rêver d'un monde meilleur

7/Nourrissant : rêver d'un monde meilleur

Publié le 5 janv. 2022 Mis à jour le 5 janv. 2022
time 5 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 2 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

7/Nourrissant : rêver d'un monde meilleur

Avant-propos

Cette fiction est inspirée de personnes du collectif Open Opale, ainsi que de faits qui se sont réellement passés depuis sa création. Après une journée d'introspection fin 2021 avec Claire, Elias, Nina, et Adrien, les éléments ont été recombinés, mixés avec de la fiction afin de faire sentir comment fonctionne le groupe.

La fiction

En ce début d’année, Opaline souhaite écrire ses rêves, puis les publier sur son blog. C’est une manière de prendre à témoin les autres membres du collectif. Elle espère que l’intention posée face au monde l’aidera à poser son attention au bon endroit, provoquant les synchronicités qui feront émerger le futur qu’elle désire. Un atelier “WHY” avec ses camarades lui a permis de clarifier son horizon. La jeune femme en a profité pour prendre des notes sur le processus qu’elle espère reprendre et adapter pour les sociétaires de la coopérative qu’elle vient de rejoindre. 

Sa méditation du matin a été féconde. Les pensées fusent maintenant sous la douche. Opaline se remémore le déroulé de l’atelier, inspiré des quatre quadrants de la théorie intégrale et de la théorie U. Au début de la pratique, l’énergie s’est concentrée sur l'histoire collective d’Open Opale. Les souvenirs partagés chronologiquement ont permis à chacune et chacun de se raccrocher à une temporalité, découvrant ce qui s’est passé de structurant avant leur arrivée. La rencontre avec Frédéric Laloux lors d’un événement à Lyon a particulièrement touché Opaline. Photo à l’appui, les plus anciens ont partagé ce moment joyeux comme étant une marque de continuité dans la vision que cet homme a posée dans son livre : Reinventing Organizations.

Une fois le parcours collectif balayé, les participants ont été invités à plonger dans les méandres de leur passé individuel. Qu’est-ce qui fait que je suis moi ? Cette exploration n’a pas manqué de chambouler certaines personnes, le cadre bienveillant permettant de gommer les appréhensions. Quelques larmes ont été accueillies, des rires également, l’auto satire étant un excellent moyen de prendre de la hauteur sur la narration de nos propres vies. 

Après des partages basés sur l’écoute profonde et la résonance, chaque personne a été invitée à se connecter au présent à l’aide d’un exercice corporel de centrage. Opaline a beaucoup apprécié le jeu du roseau, se laissant porter par ses camarades alors que son corps n’opposait aucune résistance. Pour sa coopérative, la jeune femme aimerait essayer le jeu de la sculpture et du sculpteur, très puissant pour travailler les liens au corps et à l’autre.

Après le centrage, il était temps de remonter la courbe du U. La pratique de projection individuelle n’était pas simple. Opaline a rempli partiellement son Ikigaï : ce qu’elle aime, ce pour quoi elle est douée, ce dont le monde a besoin, ce pour quoi elle peut être rémunérée. Un souvenir de POOH, le flash codev mensuel, lui, est revenu lors de l’atelier. Lors de l’apéro qui clôt traditionnellement ces événements, un entrepreneur aguerri l’avait poussé à écrire ses histoires. Depuis toute petite, Opaline aimait raconter des fictions, c’était l’expression de sa créativité.  Aujourd’hui, la jeune femme rêve d’une grande histoire opale sous la forme d’un roman. Après tout, l’émergence d’organisations opales est une inspiration pour des récits qui eux même favorisent l'avènement d’une société aux nuances plus opales. Serait-ce une graine de projet politique ?

Pour finir de remonter sur la courbe du U, les participants ont réalisé un exercice de constellation. Une chaise représentait Open Opale, puis chacun devait se positionner dans l’espace, là où il estimait que son engagement se trouvait jusqu’à lors. En silence, les corps s’étaient déplacés, occupant le terrain disponible. Ensuite, il s’agissait de se positionner là où chaque personne souhaite s’engager à l’avenir. Enfin, un positionnement intéressant consistait à se trouver là où chaque personne ne souhaite pas s’engager, mais là où d’autres la verraient bien. Le ballet s’est terminé par un cercle de parole, chacune et chacun exprimant ses ressentis, puis son analyse de ce qui a été vécu. Opaline s’est laissée porter. Elle a surpris son corps à se positionner quelque part où elle ne s’attendait pas lors du deuxième tour. L'intuition a parlé. 

Prenant du recul sur l’atelier “WHY”, la jeune femme souhaite assumer sa divergence d’engagement. Celui-ci s’adresse plus à des individus qui veulent transmettre leur vision du monde de demain, se nourrissant des expériences collectives pour engager plus largement des écosystèmes derrière leurs projets, alors que le parti pris depuis l’origine d’Open Opale est de travailler la posture individuelle pour nourrir les organisations. 

Rassembler les énergies pour favoriser l’émergence d’Opale // des organisations vivantes, c’est la raison d’être du collectif posé lors du premier Week-end Of Open Heart. Peut-être que celle-ci se déplace un peu avec l’arrivée de nouveaux rêves individuels qui composent le rêve collectif. Opaline s’émerveille à imaginer la mise en action du pilier de la raison d’être évolutive. Comment l’opération va-t-elle se traduire opérationnellement ? La jeune femme a hâte de découvrir.

Les derniers mots se posent sur le billet de blog. Opaline effectue une dernière relecture avant de soumettre ses rêves à la communauté. Malgré la confiance, le trac est présent, Opaline le ressent par un léger nœud à l’estomac, accompagné d’une goutte de sueur sur la tempe. Se dévoiler n’est pas simple, surtout lorsqu’il s’agit de choses aussi intimes que des aspirations profondes. La souris pointée sur le bouton de publication, Opaline prend une grande respiration. Clic. C’est parti ! 

--- Par Adrien Tardif

Post-face

Cette fiction n'est pas un manuel, simplement une grille de lecture qui illustre en partie les éléments décrits dans le guide sur les contours de la culture. Cette fiction a pour intention d'aider à s'imprégner de l'énergie Open Opale, puis de naviguer au contact des liens déjà existants. C'est également un retour d'expérience sur certaines pratiques Opale.

lecture 2 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Entrepreneuriat
Putting labels on people
Putting labels on people

Pierre is the archetypal nice guy. Smiling, always cheerful, a bundle of laughs and funny stories to share. Ther...

Julien Guyomard
9 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur