Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Chattemite... (Acte 4, Scène 5)

Chattemite... (Acte 4, Scène 5)

Publié le 24 août 2022 Mis à jour le 24 août 2022
time 4 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 54 lectures
2 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Chattemite... (Acte 4, Scène 5)

 

Ah ça pour sur on ne pourra pas le taxer de Chattemite Lou!

Vouiiiii vous irez chercher ce mot merveilleux dans le dictionnaire comme lui!

Parfois c'est Mont de vénus et merveille de phallus, parfois c'est l'hôtel du cul tourné.

Même pas l'hôtel du cul tourné, juste il n'a besoin de rien Lou. Le veinard!!!!!

Quand je repense à nos échanges qu’ils soient charnels ou virtuels, moi j’ai le cœur à l’envers…

Pourquoi?

Parfois c’est frustrant, angoissant, parfois c’est doux, excitant…

J’ai la sensation de plein puis de perte, puis de nouveau d’être remplie par ce nous que j’idéalise peut être un peu, et que j'idéalise, vous le remarquerez à chaque nouvelle histoire...

Je suis de celle qui aime sans fioriture et sans faux semblant avec espoir et engouement.

Je suis de celle que le sexe, quand il est bon et sincère, emballe et rend fiévreuse.

Quand j’écoute sa voix, son rire, je sens le lien et cette proximité fusionnelle à laquelle j’aspire.

Ne pas penser, juste savoir que c’est la, qu'il est là. Et puis parfois j’ai peur, la machine infernale de l’angoisse de la perte qui se met en branle.

Cette crainte de n’être pas assez, ou trop…

Pas assez bonne, pas assez bien, pas assez drôle. 

Trop présente, trop en attente, trop attentive, trop demandeuse, trop rêveuse, trop espérante.

Tout ce qui me pollue, je voudrais l’effacer, le mettre de côté, pour ne voir que juste le lien, pure, simple…

Espèrer sans t’attendre.

Rêver à lui sans regretter de ne pas le voir.

Juste prendre ce qui est là.

C’est difficile, car en amour, que demander de moins que tout.

Quand je sais de quoi nous sommes capables j’aimerai réussir à ne me souvenir que de ça.

Ne voir que cette fusion des corps, que nos rires, que nos mots délirants… 

What else? 

Caly, Lou...

Qu’est-ce que j’aime dans ce nous ? 

Qu’est-ce que j’aime chez lui ?

La nouvelle image que qu'il me renvoie de moi ? 

Ce que je me sens capable de faire à son contact ? 

Cette porte d’absolu qu'il m’ouvre où je peux exprimer sans crainte d’être jugée ?

Comment je le fais exister sans lui pour me mirer ? 

Me caresser sans lui, c’est moins bien qu’avec lui.  

Et puis même manger des nouilles c’est plus sympa à deux !

Est-ce mon ego surdimensionné qui cherche juste à être aimé, reconnu ?

Est-ce mon corps aux abois qui veut être comblé ? 

Ou ce lien, qui veut exister, envers et contre tout ?

Ce lien qui veut avaler la distance physique, balayer les contraintes, repousser la peur de se donner totalement.

Aide-moi à jongler Lou dans le cirque de ma vie émotionnelle qui a bien du mal à s’équilibrer dans cette rencontre, comme dans les autres.

Aide-moi pour le manque de ta peau...

J’aime tes mots et tes emballements !

J’aime tes mains et tes doigts autant quand ils m’enlacent que quand ils me fouillent…

Je n’aime pas avoir l’illusion de te perdre mais j’aime celle te retrouver toujours…

J’aime les mots et les émotions que je libère à ton contact, comme une source d’inspiration libre.

Dans la contrainte que l’autre que tu es m’imposes, je me regarde me débattre avec acharnement contre moi même.

Je n’ai pas honte de ce conflit interne, oui je l’assume. 

Ou sont mes limites ? 

Comment viennent-elles se heurter aux tiennes ? 

N’y a t il que dans le sexe qu’on peut les exploser ? 

Le sexe et les émotions seraient ils deux mondes distincts que les humains auraient bien du mal à regarder se mélanger ?

​Trop dangereux, trop effritant pour les murs que nous érigeons autour de nous. Protecteurs ? Ou enfermants ? 

Cela dépendrait il de devant qui nous laissons s’effondrer la muraille ?

La côte de maille est pourtant bien lourde à porter pour moi.

Ou serait ce ma peau nue confrontée au métal de la tienne qui fait le frottement parfois inconfortable.

Alors que dans notre peau à peau charnel, les barrières s’effacent pour ne laisser que le plaisir du partage sans fard.

Je repousse l’espoir qui me harcèle de te voir apparaître ce soir dans le creux dans ma porte.

J’ai bien du mal à ne pas en rêver éveillée.

Mais que serait la vie des humains sans rêve?

​_______

PS 1 : Si vous n'aimez mes textes, poésies, pamphlets, photos, merci de commenter pour m'aider à avancer, à m'améliorer mais si vous appréciez, que cela vous parle ou éveille quelque chose en vous, entamons le dialogue, encouragez moi à continuer et pensez à liker chaque post qui vous a plut!

Merciiiiii

PS 2 : Vous pouvez aussi me retrouver sur mon site 

https://www.lesnuitsblanchesdelame.com/  

ou sur instagram

https://www.instagram.com/irina_cache_cash/

​PS 3 : pour la photo je l'ai prise ici https://www.mots-surannes.fr et vous encourage à aller voir ce site incroyable !!

lecture 54 lectures
thumb 0 commentaire
2 réactions
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Curiosités
25.4 – L’Enfer me ment 
25.4 – L’Enfer me ment 

Au cours de ces dernières années de recherche je suis parvenu à distinguer plusieurs voies, une dizaine, que nous allons da...

Lorenzo Soccavo
1 min
Esprit d'équipe : Solidarité
Esprit d'équipe : Solidarité

De la mauvaise utilisation des mots pour manager : ou comment faire appel à la conscience des hommes. Voilà, comment...

Adélice Bise
1 min
Détective
Détective

Un poulet de loué, nourri a...

Bernard Ducosson
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur