Congratulations! Your support has been successfully sent to the author
Ch. 9 de Brissage, Fortevent et Ouragrande

Ch. 9 de Brissage, Fortevent et Ouragrande

Published Apr 18, 2022 Updated Sep 17, 2023 Culture Culture
time 3 min
1
Love
0
Solidarity
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 49 to reads
2
reactions

On Panodyssey, you can read up to 30 publications per month without being logged in. Enjoy29 articles to discover this month.

To gain unlimited access, log in or create an account by clicking below. It's free! Log in

Ch. 9 de Brissage, Fortevent et Ouragrande

 

Aquarion

 

Brissage, Fortevent et Ouragrande, équipés de tenues confectionnées par Angelisk et Basilisk, se tenaient prêts sur le rivage. Les deux Aquarii à leurs côtés, leur donnant les dernières instructions. Ils allaient nager très vite, liés avec des cordes pour être sûrs de ne perdre personne en route. Ils allaient rejoindre un emplacement secret pour se téléporter jusque dans la cité. Hors de question de nager toute cette distance, sans pouvoir respirer. Ils avaient donc mis en place des points de téléportation pour se rendre aux cellules temporelles rapidement, si nécessaire.

 

Nos trois jeunes amis allaient de surprise en surprise. Pour sûr, ce n'était pas un peuple qui souhaitait conquérir le monde, autrement, ce serait chose faite depuis longtemps. C'en était même à se demander pourquoi ils avaient des soldats, mais puisqu'ils avaient parlé de créatures marines, il y avait certainement une raison.

 

Ils nagèrent à une vitesse incroyable sur une courte période, sans savoir quelle distance ils avaient parcouru. Ils arrivèrent à une caverne souterraine permettant l'emplacement d'une machine dans un espace, sans eau, pourtant irrespirable, l'air n'y étant jamais renouvelé.

 

Ils passèrent immédiatement dans la machine, conçue comme une antichambre, puis en ressortirent ailleurs sans transition, mis à part un petit bruit sourd. Ils étaient, en effet, en milieu aqueux mais très léger. L'eau était devenue aérienne. Un grand dôme protégeait chaque quartier et l'échange entre l'eau interne et externe se faisait via des machines placées un peu partout sur ces dômes. On imaginait facilement que l'énergie nécessaire au fonctionnement de toute cette étendue technologique était incommensurable et la taille quotidienne des quelques cristaux en devenait presque absurde, ridiculement faible, en quantité de matière, pour protéger un quartier entier de l'effondrement.

 

Basilisk et Angelisk les emmenèrent directement voir les personnes qu'ils souhaitaient rencontrer. Ils furent accueillis avec étonnement, sans aucune hostilité, et sans l'air supérieur et conquérant de Tormentisk.

 

Ils furent tous d'accord pour le principe de libérer des humains, étant eux-mêmes de cette espèce mais s'inquiétaient vraiment de la durabilité du processus. Ils lirent la lettre de Léonel et réfléchirent posément à la question.

 

Si, réellement, les peuples de la surface cherchaient la paix, alors peut-être qu'eux-mêmes pourraient revenir à la surface. Les effusions de sang leur exécraient au plus haut point, Tormentisk était le seul à aimer la guerre, c'est sa lignée qui avait inventé ce système de cellules temporelles et ils avaient toujours eu ce penchant pour la conquête. Il ne semblait pas sincèrement regretté, mais c'était gênant pour la gestion de l'apport d'énergie.

 

Magilisk et Lilisk, le couple à la tête de cet empire pacifique, souhaita naturellement rencontrer Léonel pour discuter géopolitique et avantages réciproques et, par la suite, probablement échanger avec ces autres dirigeants terriens qui désiraient la paix.

 

Ainsi fut prévu le retour, Basilisk et Angelisk accompagnaient, bien entendu, ainsi qu'une escouade supplémentaire de dix soldats, en protection rapprochée de l'empereur et de l'impératrice. Il restait autant de guerriers dans la cité pour la défendre des créatures des profondeurs. Leur armée représentait donc un peu moins de trente individus, avant même la bataille de Mystres, pour plusieurs milliers de civils.

 

On permit aux trois jeunes humains de la surface de visiter la cité avec Angelisk et Alisk, car Basilisk ne voulait pas les accompagner. On leur offrit trois chambres bien organisées, sans rien de superflu, l'espace vital étant précieux, on veillait à vivre avec le minimum sans pour autant manquer de rien. Ils découvrirent également le système de toilettes, très ingénieux, que nous ne décrirons pas ici.

 

Ce soir-là, ils ne se sentirent plus du tout esclaves et cela leur retira un poids, mine de rien. Ils étaient, en fait, bien traités, dans leur beau village, au vent agréable, tel un cocon de douce chaleur, avec leurs petites habitudes quotidiennes et tout leur temps libre, insouciants, heureux.

 

Devaient-ils vraiment sortir les autres humains de leurs cellules ? La réponse n'était pas si évidente, après réflexion.

 

 

 

 

Histoire originale de mon invention, images obtenues par intelligence artificielle sur Nightcafé Studio, tous droits réservés, Alban Vivicorsi

lecture 49 readings
thumb 0 comment
2
reactions

Comments (0)

You can support your favorite independent writers by donating to them

Prolong your journey in the Panodyssey universe Culture
POISON
POISON

  "Prosecuting Donald Trump" is not just a banner if you conceive that Justice is war instead o...

Cecile Voisset
3 min
Anniversaires !
Anniversaires !

Tout l'art réside dans le fait de devenir adulte sans devenir vieux. (Frank Lloyd W...

Patricia Bohic
1 min
La frontière du trépas
La frontière du trépas

Quand la nuit s’illumine de ce qu’on ne peut voirDe ces couleurs mutines par delà le miroirQu...

Jean-Christophe Mojard
1 min

donate You can support your favorite writers