Congratulations! Your support has been successfully sent to the author
Ch. 23 de Brissage, Fortevent et Ouragrande

Ch. 23 de Brissage, Fortevent et Ouragrande

Published May 13, 2022 Updated Apr 12, 2024 Adventure
time 3 min
0
Love
0
Solidarity
0
Wow
thumb comment
lecture reads
2
reaction

On Panodyssey, you can read up to 30 publications per month without being logged in. Enjoy29 articles to discover this month.

To gain unlimited access, log in or create an account by clicking below. It's free! Log in

Ch. 23 de Brissage, Fortevent et Ouragrande

 

Le prix de la vie

 

Ils arrivaient bientôt à la cellule B. La route avait été longue et la chaleur, suffocante, s'était adoucie jusqu'à devenir supportable.

 

Basilisk en tête, guidant la petite troupe, ils avaient tous les trois fière allure. On savait, rien qu'en les voyant, qu'ils étaient en mission de la plus haute importance !

 

Angelisk était heureuse d'aider Brissage dans sa quête. Elle cherchait souvent son contact, en posant sa tête sur son épaule ou en lui tenant la main. De son côté, il était trop absorbé par sa mission pour pleinement réaliser tout cela mais il appréciait vraiment cette douce compagnie.

 

À proximité de la cellule se trouvait un village. Ils s'y arrêtèrent pour se reposer, avant de pénétrer dans la capsule temporelle. Assis dans une auberge, ils se laissèrent distraire par une drôle d'histoire, racontée par un homme peu fiable mais avec des mots qui sonnaient juste aux oreilles de nos amis.

 

"Figurez-vous, mes amis, que Bartabas a fait une belle prise aujourd'hui !" dit-il. "Une superbe jeune femme, avec le souverain du royaume d'à-côté ! Ça faisait longtemps qu'il espérait les coincer !"

 

Et l'histoire continuait en parlant d'un endroit secret, connu de peu mais connu de lui, le conteur. Ils lui achetèrent un verre de boisson forte pour connaître les détails de cette affaire, dans le doute.

 

 

Bartabas riait à n'en plus finir devant la mine horrifiée de ses prisonniers. Les cris s'intensifiaient, se multipliaient, puis le silence, enfin...

 

"Alors, puisque c'en est fini du poisson, à qui le tour, à présent ?" s'interrogea-t-il en les regardant d'un air amusé. "La sauvage Ouragrande viendra-t-elle combler mes désirs les plus fous ou bien mon vieux rival apaisera-t-il ma soif de sang ?"

 

"Aucun des deux !" crièrent Brissage, Angelisk et Basilisk, entrant brusquement dans la salle. "C'est Bartabas qui perd, aujourd'hui encore !" le menaça Brissage en l'engageant au combat rapproché.

 

Ouragrande et Fierry furent soulagés de voir ce secours inespéré arriver et Basilisk porter Charismatisk, blessé, certes, mais ayant déjà reçu les soins dont il avait besoin. Angelisk préparait une arme à distance et cherchait le bon angle pour en finir rapidement. Face à l'impossibilité de garantir la sécurité de Brissage, elle préféra libérer ses amis attachés. Ouragrande lança immédiatement ses petits couteaux qui vinrent paralyser Bartabas en brisant la continuité de son système nerveux. Il s'écroula, hors d'état de nuire. On mit fin à sa vie, avec tristesse et soulagement. La mise à mort d'un être vivant, même cruel, n'est jamais chose facile car l'espoir de le voir changer, à l'avenir, refuse cette brusque interruption, ce rejet définitif de l'autre.

 

Ils restèrent un certain temps sur place, divisèrent l'armée en l'envoyant aider les habitants nécessiteux et stopper les extorsions d'argent et de nourriture. Puis ils se rendirent tous ensemble à la cellule B, abandonnée en cours de route, grâce à ce conteur barboisien.

 

Ils entrèrent et découvrirent une cité gigantesque, un palais intemporel. Ils se souvinrent alors de la décomposition de leur village et se demandèrent si cela se produirait également avec ce magnifique château et si cela s'était produit avec Ventilion depuis leur départ.

 

Ils demandèrent à rencontrer leur souverain qui les accueilla avec étonnement. Il écouta avec attention toutes les explications, le projet de libération et l'avenir possible de cette fabuleuse cité.

 

Il demanda plusieurs jours pour y réfléchir et on chercha comment atteindre la sphère géante, à première vue, ensevelie sous des tonnes de pierres de fondation et au-dessus de laquelle devait probablement siéger le large pilier central de toute cette forteresse, qui montait tout droit jusqu'au sommet du donjon, large, lui aussi.

 

 

 

 

Histoire originale de mon invention, images obtenues par intelligence artificielle sur Nightcafé Studio, tous droits réservés, Alban Vivicorsi

lecture 107 readings
thumb comment
2
reaction

Comments (0)

You can support your favorite independent writers by donating to them

Prolong your journey in this universe Adventure
À l'abordage !
À l'abordage !

                                &...

Chantal Perrin Verdier
5 min
Alfonso Scariot
Alfonso Scariot

In nome di San Giorgio Il ripetitivo suono degli zoccoli che calpestano l&rsquo...

Alessandro Perin
15 min
Alfonso Scariot
Alfonso Scariot

La fine e l'inizio “Stupido ronzino” dice...

Alessandro Perin
5 min

donate You can support your favorite writers