Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Le Combat des Tarouiines 1/6

Le Combat des Tarouiines 1/6

Publié le 6 mai 2021 Mis à jour le 6 mai 2021
time 3 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 33 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Le Combat des Tarouiines 1/6

Dans le lointain, la brume dessinait des rochers or Zagoul savait que les rochers dans cette région n’existaient pas.

- J’ai faim.

Âaahh ! Les joies du grand-frère …

Zagoul regarda son petit frère, Horgott, boudeur et ignorant ce que lui-même avait remarqué depuis longtemps : l’écume nuageuse qui envahissait l’horizon pour se répandre en vagues dures sur Humus.
Zagoul cacha son frisson.
La faim était bien leur dernière préoccupation !

- Viens ! Allons trouver une caverne.

Horgott soupira en traînant son épée sur le sol.

- Mais on devait jouer au Combat des Tarouiines !
- Et bien on le fera à l’abri. Viens, ne traîne pas.

À cinq ans Horgott se montrait déterminé cependant la fatigue avait une étrange influence sur lui : il obéit. À moins que ce ne soit par peur …
Parce qu’en se dirigeant vers les falaises de Mafrar ils tournaient également le dos aux ombres hostiles qui se rapprochaient. Pressant le pas, ils découvrirent bientôt l’escalier naturel qui creusait la roche sur l’une des aspérités. Ils eurent à peine le temps de le gravir et de s’enfouir dans une des grottes que le brouillard encercla le paysage pour le fondre dans un monde sans couleurs et sans bruit, pestilentiel comme devait l’être l’Alhajan.

- Je vais faire du feu. Sors les en-cas que nous a préparés mère.

Horgott s’exécuta dans le silence, ce qui émut Zagoul.

- Ne t’inquiète pas, nous serons rentrés pour le repas du soir - (mais il n'en était pas si certain).
- Tu crois que Zébasral va nous prendre ?
- Zébasral n’existe pas.

Avait-il seulement l’air convaincant ?
On racontait que dans la bruine lorsque la deuxième planète Jargathe couvrait  à demi son soleil, l’esprit du premier guerrier venait parler aux vivants pour les tromper et les emmener avec lui dans l’Alhajan, l’Empire des Morts. Avec le cynisme de ses treize ans, Zagoul se dit qu’ils en auraient sûrement la preuve cette nuit même.
Horgott semblait dormir ; le bras rejeté par la chaleur du feu, sa tête posée durement par terre sa jeunesse préservait son sommeil.

Zagoul pensa à son père Bellanssime, surnommé Le Clément parce qu’il avait ramené la sécurité et l’aisance dans leur pays. Petit-fils d’un grand roi, Bellanssime avait hérité du trône à l’âge de quinze ans car son propre père n’avait pu reprendre le titre :
« Il a été emporté par Zébasral … »
C’est ce que répétait inlassablement leur mère, Pétrar.

Zagoul ne savait que penser, déchiré entre son incroyance et son attachement à son clan ; or ne pas croire aux légendes Bethgol revenait à accuser les siens.
Les sept vents qui grognaient dehors auraient pourtant bien pu appartenir à une créature de l’au-delà.

- Si tu dors pas alors pourquoi moi je devrais ?

Tableau de Chantal Perrin Verdier

Les grands yeux de Horgott tremblaient à travers les flammes qui les masquèrent par instant. Il avait le menton des mauvais jours : celui qui se relève pour mieux justifier une bêtise.

- Moi je suis grand.
- Pff ! T’as pas encore passé Le Calvaire !
- Dans un an j’y serais !
- Ouais mais t’y es pas encore …

Horgott grogna, enfin il le crut
parce que la plainte que les deux enfants perçurent soudain couvrit les ténèbres qui pénétraient la grotte pour se blottir à leur pieds, ténèbres comme attirées par leur chaleur tandis qu’ils se rapprochaient du feu.

- Zagoul, fils de Pétrar et de Bellanssime, aîné du clan des Talfarque, viens te présenter à moi.

Aux abords de la caverne, une stature haute et forte prenait forme parée de tous les attributs du combattant.

- Je me présente à qui se nomme !

Jeta Zagoul à l’inconnu comme on le fait d’une pierre heurtant l’adversaire.

Horgott frémit et lui chuchota en tremblant :
- Je te supplie de ne pas le contrarier Zagoul.

Pour une fois étrangement son petit frère se montrait plus sage.
Mais Zagoul n’était pas son petit frère.

 

Photo de couverture et illustration dans le texte : Chantal Perrin Verdier

lecture 33 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Voyage
Voyage
Voyage

Dans l'aventure du voyage, face à la mer, cet horizon qui m'emporte avec lui au loin, me laisse dans un vide, où il n'y a rien, je...

Antoine Poussin
1 min
Merveille du monde
Merveille du monde

Au pied des dunes aux courbes admirables, Les rayons solaires nous montrent le chemin. Le sable est chaud et chaque pas dél...

Thibaud Surini
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur