Congratulations! Your support has been sent to the author
Séparation

Séparation

Published Sep 12, 2022 Updated Sep 12, 2022
time 3 min
0
Love
0
Care
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 6 lectures
0 reaction

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

Séparation

Toi, derrière les murs blancs de ta cellule ouatée, attiré par la lumière qui t’es interdite, tu regardes, aveugle, le monde que tu pensais connaître au travers des barrières opalines qui feignent de ne pas en être. Trop ébloui, par tes espoirs d’évasion, tu n’aperçois pas le ciel obscurci qui roule en grondant au-dessus de nos têtes lourdes, plus libres que la tienne, certes, mais dont les consciences moins assoupies hurlent leur détresse avec force.   
Dans la cage où je t’ai abandonné, le cœur innocent et obligé, tu dois désormais attendre. Attendre quoi, qui, combien de temps encore ? Tu ne peux que patienter en silence car nulle âme certaine ne peut t’apporter ces réponses. Moi-même, de l’autre côté de la claire-voie transparente, les évidences se corrompent en ténèbres toujours plus profondes.        
Dans la douceur de tes entraves et la douleur sous ta peau, tu devines les étrangers intangibles et captifs autour desquels s’affairent avec application vos méticuleux et muets bienfaiteurs nimbés de mystères.

Toi, tristement allongé sur ton lit nivéen, tu goûtes à tes heures glacées et solitaires. Tu regrettes le printemps suave mais révolu que tu as quitté pour cet hiver pénible dont les flocons chutant mollement et égrenant le temps qui piétine, masquent l’horizon blanc à tes yeux meurtris. Si la souffrance de ta chair fatiguée s’engourdit au fur et à mesure dans ton cocon de draps albes, la blessure plus intime s’épanouit chaque fois plus largement dans ton esprit qui s’évide et se macule. Terni, par ces pensées désabusées qui vont et viennent, la crainte qui s’avive l’effleure jusqu’à l’user et y laisser ses empreintes impures. La candeur virginale censée sauver les reclus se mue à la dérobée en une peur prête à les perdre.           
Hasard inopportun qui t’a éloigné de moi qui souhaitais plus que tout revoir ton sourire sincère se dessiner sur tes traits tirés par le mal, j’ai dû te laisser dans ce refuge, mes lèvres comme une promesse sur ta joue endolorie, ma main négligente qui s’agitait doucement, victime et coupable d’un mensonge qui n’était pas encore né. Puis, comme l’éclair subitement sorti de sa réserve souillant les nuages moroses qui manquaient de défiance, la nouvelle est tombée. Et la belle saison fut noyée sous une pluie dense et soutenue qui balaya les libertés.        

Toi, dissimulé par les silhouettes claires que tu interroges sans cesse et qui défilent, tu entends à peine leurs voix taiseuses si avares de vérité. Prisonnier de la vie qu’il te faut préserver, tu te complais et te plains dans ta geôle (in)volontaire. Tes efforts obstinés mais vains ne peuvent effacer les traces indélébiles qui labourent ton âme en jachère. Tes ombres intérieures t’enserrent de leurs ailes intimes et malveillantes, métamorphose inéluctable.       
Ici, le fléau souffle en tempête et les noirceurs insondables et insensées s’obscurcissent davantage. Je pose mes yeux secs sur cette forteresse généreuse mais prohibée qui érige trop haut ses remparts.

Toi, qui crois à tort avoir disparu de mes souvenirs détrempés, moi qui me lamente en refermant mes paupières mouillées, nous partageons la peur de ne pas nous revoir avant la fin. Nous attendons, ensemble mais distant, l’éclaircie brillante qui marquera la fin de ce confinement interminable.

lecture 6 lectures
thumb 0 comment
0 reaction
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

Do you like Panodyssey articles?
Support their independent writers

Extending the travel in the universe Well being
Ma davvero esiste il "maschio alfa"?
Ma davvero esiste il "maschio alfa"?

Si condivide di seguito il link alla recensione di Annalisa Bruni al romanzo "Rosso di fiamma danzante" di Fabrizia Scorzoni. L'opera rac...

Lisa Marra
1 min
15.0 – Une troisième rive ? 
15.0 – Une troisième rive ? 

Un fleuve. Deux rives. Et entre les deux les reflets du ciel dans l'eau.Seraient-ils la troisième rive ?Et entre les marges d...

Lorenzo Soccavo
2 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!