Congratulations! Your support has been sent to the author
Notre secret

Notre secret

Published Sep 12, 2022 Updated Sep 12, 2022
time 3 min
0
Love
0
Care
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 4 lectures
0 reaction

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

Notre secret

Tandis que les clameurs véhémentes s’élevaient au milieu du chaos inquiet faits de silhouettes à la fois menacées et menaçantes, je m’agitais à contre-courant à la recherche de quelque chose ou quelqu’un. J’avais perdu de vue ce je-ne-sais-quoi, englouti dans la masse impersonnelle et anarchique. La chose avait sombré dans la course insensée du torrent effrayé et je peinais à en saisir la trace tout autant qu’à me rappeler ce dont il s’agissait. À moitié immergé dans les flots qui s’ébattaient en tumulte, l’impression que je saurais la reconnaître se diluait dans l’onde profuse. Bientôt, je me retrouvai seul sur l’immense vague et me laissai dériver. Dans ma mémoire confuse et noyée, la peur d’un avenir incertain refit surface et je n’eus plus ni la force ni l’envie de lutter contre le ressac résigné qui m’entraînait vers l’horizon à l’issue invisible. Le ciel hésitant et grondant de mensonges semblait accompagner le déluge qui déferlait sur le monde.   

La lumière lénifiante me libéra des angoisses sourdes que la nuit sans scrupule avait matérialisées dans mes cauchemars solitaires. Les rideaux légèrement entrouverts de la chambre laissaient filtrer les rais du soleil encore intimidés par l’heure matinale. Je me levai pour prendre un petit-déjeuner frugal. Un bref « à ce soir ! » me sortit de mes songes et j’eus tout juste le temps de discerner les contours fugaces du fantôme qui se hâtait. Je regrettai déjà de n’avoir pu profiter de cette vision si rare dans ma journée tristement peuplée d’illusions. Avant de partir, je regardai avec perplexité celui qui me répondait dans l’écho du verre et qui disparut dans l’ombre dès que j’eus franchi le palier.

À la promesse redoutée d’un mauvais présage, un voile sinistre obombrait les victimes consenties livrées en sacrifice au colosse insatiable dont les courbes grandissantes se dessinaient dans les vapeurs quotidiennes. Je rejoignis à mon tour le cortège à demi-anonyme que les augures de mort avait déguisé. D’autres encore vinrent grossir les rangs obéissants du titan, les cœurs acrimonieux et taiseux s’y offrant sans réserve, nos libertés immolées broyées entre ses mâchoires. Nous partagions tous le même secret dont nous avions promis d’être les gardiens scrupuleux. Dévoués, nous persistions à avancer, mus par la force de ce serment que nous espérions salvateur. Le monstre aux cents yeux qui avalait les âmes continua sa route jusqu’à nous posséder tous. Nous faisions tout pour préserver des autres cette vérité seulement connue de l’intimité des foyers. Nous prêtions allégeance à l’hydre abominable, comme nous l’avions fait la veille et comme nous le referions demain.          

Les heures qui suivirent, mes yeux pétillaient de curiosité, aspirant à démêler les énigmes nouvelles ou oubliées qui parcouraient les couloirs incessants. Mon esprit traçait des arabesques en volutes imaginaires. Était-il plutôt rond, plutôt carré ?... Malheureusement, l’irrévélé le restait souvent. J’étais moi-même victime des prunelles inquisitrices qui, trop insistantes, finissaient par se baisser, honteuses. Néanmoins,  il y avait bien quelques avantages ; les émotions parfois réticentes pouvaient rester à couvert et ainsi, les rictus bien cachés, je pus profiter plusieurs fois d’une hypocrisie placide. Soudain, la fumée nonchalante d’un café brûlant s’éleva à l’autre bout de la table. Un secret bientôt en péril, j’attendis, presque fébrile, que le nuage gris se dissipe. Le miracle finit par arriver. Désormais dévêtu, je recueillis cette confidence inévitable non sans réprimer un cri d’exclamation. Malgré le masque que je portais encore, le nouvel arrivant avait décelé ma surprise. À présent, c’était l’inconnu qui dévisageait le témoin maladroit de son aveu. J’étais toujours étonné de constater à quel point chimères improvisées et réalité pouvaient diverger.

lecture 4 lectures
thumb 0 comment
0 reaction
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

Do you like Panodyssey articles?
Support their independent writers

Extending the travel in the universe Well being
Ma davvero esiste il "maschio alfa"?
Ma davvero esiste il "maschio alfa"?

Si condivide di seguito il link alla recensione di Annalisa Bruni al romanzo "Rosso di fiamma danzante" di Fabrizia Scorzoni. L'opera rac...

Lisa Marra
1 min
15.0 – Une troisième rive ? 
15.0 – Une troisième rive ? 

Un fleuve. Deux rives. Et entre les deux les reflets du ciel dans l'eau.Seraient-ils la troisième rive ?Et entre les marges d...

Lorenzo Soccavo
2 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!