facebook Propos liminaires - Le Sang d'un peuple
Congratulations! Your support has been sent to the author
Propos liminaires - Le Sang d'un peuple

Propos liminaires - Le Sang d'un peuple

Published May 2, 2021 Updated May 2, 2021
time 2 min

On Panodyssey, you can read up to 5 articles per month without being logged in.
Enjoy 4 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

Propos liminaires - Le Sang d'un peuple

« Gravats grécités. Cinq syllables, deux petits mots, et les civilisations cessent de se penser immortelles. A l'instar des hommes elles s'éveillent, désirent et périssent. Résolues à aiguiser leurs emprises les unes sur les autres, elles se pavanent puis plastronnent dans des parades bigarrées. Carbriolant ainsi de saynètes répétées en pantalonnades ubuesques, elles laissent succéder au siècle des abus le siècle des excès.

Sachez, lecteurs outre-tombaux, que si je fus logographe illustre, je ne suis aujourd’hui guère plus qu’un pauvre hère déguenillé survivotant au chaos. L'heure approchant, un érudit du pouvoir des mots sait la valeur du témoignage pour ses successeurs. Que les mots stoppent les maux. 
Faute d'être l’œuvre de ma vie, peut-être sera-ce là la seule trace de moi qui passera à la postérité. Ma main tremble déjà alors que mon esprit me susurre les visions cauchemardesques que je me dois de narrer. Ce sera un texte court et concis, un texte d’histoire, un texte de mort et de désolation.

Lorsque les citoyens urbains et vertueux se muent en soldats bardés de fer et que les marques de labours de la glèbe disparaissent sous les lourds sabots des chevaux caparaçonnés, le sceau de la paix tremblotante se délite et en sonne le glas. Ce fut chose faite et, alors que j'écris ce récit, la dernière cité de ma patrie, Escatimoria, subit le fléau de la mort infligé par les ultimes forces ennemies. Honteux de ma lâcheté, je surplombe ma superbe cité en proie au déluge dévastateur, je regarde les rues pavées de marbre rougir, et je sens les écrits de la grande bibliothèque s’effacer dans les flammes. C’est avec le goût amer du linceul de fumée que je m’enfonce dans les profondeurs de ma caverne - ou plutôt de mon caveau - pour achever mon œuvre.

Tout est fini. Bien que les foyers ardents refusent de s’éteindre, je vois bien qu’il ne reste plus grand-chose à brûler. Ma civilisation est morte. Un nouveau monde est né de la main de l’homme mais délivré de sa présence. Puissent ces quelques lignes porter le souvenir de ma civilisation. Parfois les mots sont le sang d’un peuple. »

Ecrit découvert près des ruines d’Escatimoria attribué à Euphrosin par le panel délégué à la commission d’enquête historique (CEH)

0
Blow to the heart
I love this article
0
Stroke of genius
Brillant
0
Give a hand
This was useful to me
0
Publicity stunt
I wish to promote it
0
Hats off
The topic was very interesting
0
Not thrilled
Doesn’t fit Panodyssey’s standards
0
0
0
0
0
0
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Curiosities
Il s'est suicidé,  le con.
Il s'est suicidé,  le con.

Tout va bien pour toi, l'enfant aux parents aimants : tu ris, tu cours, tu piques tes colères. Tout va bien pour toi, l'ado qui traî...

Louise Barge
2 min
Sauvages
Sauvages

Je ne suis pas partie loin pour me sentir sauvage. J’ai pris mes affaires et je suis partie en courant, j’ai traversé quelque...

Camille Poiret
6 min
Tony 
Tony 

Pendant douze ans, il avait imaginé être parfaitement heureux. Chaque jour il se levait sans réveil, mais à l'heure p...

Camille Poiret
9 min
Judith
Judith

Judith ne regrettait absolument pas Israël et sa vie d’avant. Son mari, le pays, cette vie d’épouse, l’ambiance, l...

Camille Poiret
7 min
L'autre
L'autre

J’étais dans le métro quand j’ai croisé ton regard. Le clochard fou était en plein exorcisme, il chassai...

Camille Poiret
1 min
Les blés
Les blés

Va-t-il rentrer ce soir ? Rien d’autre ne saurait occuper les pensées d’Iris. Va-t-il revenir ? Avec quoi, avec qui...

Camille Poiret
3 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!