facebook 12- Lettre d'adieu
Congratulations! Your support has been sent to the author
12- Lettre d'adieu

12- Lettre d'adieu

Published Apr 28, 2021 Updated Apr 28, 2021
time 2 min
CREATIVE ROOM

Rencontre avec M...

On Panodyssey, you can read up to 5 articles per month without being logged in.
Enjoy 4 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

12- Lettre d'adieu

le 01/07/2020

Mathieu,

Tu ne comprends pas ce qui se passe car ce que je crois n'existe que dans ma tête.

Tu n'as aucune idée des sentiments qui m'étreignent, tu ne te doutes pas un instant de ce que je ressens.

En fait, je pense que tu regardes tout le monde comme ça, mais moi ça m'a touché, ça m'a ému. Combien de fois j'ai rêvé que nos corps se rapprochaient, timidement mais comme aimantés l'un vers l'autre, avec cette irrésistible énergie qui te fait oublier le temps et le lieu où tu es.

Je me suis enfermée dans une relation unijambiste dans laquelle je t'ai pris pour le bon, pour le futur homme de ma seconde tranche de vie. J'ai eu cette sensation très rapidement car je crois que tu m'as plu dès le premier regard. Ensuite chacune de nos interactions allait renforcer ces sentiments d'affection et d'attirance que j’éprouvais pour toi.

Qui es-tu ? Je n'en sais trop rien. Je ne connais de toi que les bribes que tu as bien voulu partager, dans un contexte que tu voulais sans équivoque. Je ne te connais pas. Mais j'aimais nos jeux ambigus auxquels tu jouais peut-être trop innocemment. Tu te demanderas sûrement encore longtemps si tu étais ambigü.

J'ai sûrement projeté sur toi mes idéaux de complétude. Je suis attirée chez toi par ce que je ne suis pas : posé et réfléchi, pudique et mystérieux, observateur et naïf, intellectuellement brillant. Je suis aussi attirée par ce que nous sommes : joueurs et sociables, honnêtes et respectueux, hyper-sensibles, dotés du sens de l'humour et du décalage, façonnés de valeurs et épris de liberté. 

Je t'ai tant aimé, si fort et violemment. Mais j'aimais sûrement un sujet idéal déconnecté de ton être.

J'arrive enfin à me projeter hors de cette relation unilatérale et à pouvoir espérer un peu d'oxygène. Car oui j'ai étouffé, suffoqué, j'ai souffert, pleuré, enragé, j'ai plongé dans le désespoir et la tristesse de me sentir si loin, rejetée. Aujourd'hui je sais que je veux partir, que je vais partir, m'éloigner pour ne plus te voir, ne plus croiser ton corps, ton regard sombre, tes mains longilignes, ne plus sentir ton odeur, ne plus entendre ta voix, ne plus te désirer enfin.

Ça me demande beaucoup de courage.

Je veux être capable de démarrer un nouveau cycle dans lequel tu ne joueras aucun rôle. Je souhaite me sentir libre, presque de tomber les masques et être capable d'assumer qui je suis et ce que je veux, sans peur de me juger moi-même. Je veux ressentir que je sers à quelque chose, que mes actes et ma personne ont du sens. Je vais développer les qualités que j'aimais chez toi en moi, me les approprier et les faire mienne. Pour ça je te remercie d'être passé dans ma vie. 

Tu es un homme merveilleux, mais tu n'es pas pour moi.

Je passe ma route et te souhaite un bon chemin sur celle que tu as choisie.

Affectueusement, 

Carmen

0
Blow to the heart
I love this article
0
Stroke of genius
Brillant
0
Give a hand
This was useful to me
0
Publicity stunt
I wish to promote it
0
Hats off
The topic was very interesting
0
Not thrilled
Doesn’t fit Panodyssey’s standards
0
0
0
0
0
0
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

You can support the independent writers you care about by making a donation to them

Extending the travel in the universe Curiosities
Générique de Fin
Générique de Fin

                                  &nbs...

Chantal Perrin Verdier
2 min
Il s'est suicidé,  le con.
Il s'est suicidé,  le con.

Tout va bien pour toi, l'enfant aux parents aimants : tu ris, tu cours, tu piques tes colères. Tout va bien pour toi, l'ado qui traî...

Louise Barge
2 min
Sauvages
Sauvages

Je ne suis pas partie loin pour me sentir sauvage. J’ai pris mes affaires et je suis partie en courant, j’ai traversé quelque...

Camille Poiret
6 min
Tony 
Tony 

Pendant douze ans, il avait imaginé être parfaitement heureux. Chaque jour il se levait sans réveil, mais à l'heure p...

Camille Poiret
9 min
Judith
Judith

Judith ne regrettait absolument pas Israël et sa vie d’avant. Son mari, le pays, cette vie d’épouse, l’ambiance, l...

Camille Poiret
7 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!