Congratulations! Your support has been sent to the author
Se battre pour les droits des femmes: Brenda Feigen et son livre «Not one of the Boys »

Se battre pour les droits des femmes: Brenda Feigen et son livre «Not one of the Boys »

Published set 7, 2020 Updated set 7, 2020
time 13 min
1
Love
0
Care
0
Wow
thumb 0 comment
lecture 196 lectures
1 reaction

On Panodyssey, you can read up to 10 articles per month without being logged in.
Enjoy 9 articles more articles to discover this month.

To have unlimited access, log in or create an account by clicking below, it's free! Sign in

Se battre pour les droits des femmes: Brenda Feigen et son livre «Not one of the Boys »

 

Par Claudia Moscovici

 

Si les jeunes femmes aujourd'hui ont un doute sur la nécessité des mouvements féministes dans les années 60, 70 et 80, alors je les exhorte à lire les mémoires de Brenda Feigen Not One of the Boys publiées à l’origine par Alfred A.Knopf en 2000, et paru dans une nouvelle édition en juillet 2020. Ce livre, ainsi que toute l’histoire du mouvement féministe, à commencer par le mouvement féministe de la “National Organization for Women (NOW)” organisé en 1966 par Betty Friedan, et le “National Women’s Political Causus”, fondé en 1971 par Gloria Steinem, Shirley Chisholm, Bella Abzug, Jill Ruckelshaus et Brenda Feigen elle-même, est redevenu très actuel. Ceci non seulement en raison de la résurgence du conservatisme politique qui met en danger bon nombre de valeurs et acquis, que les féministes ont si fortement défendus, mais aussi en raison de l'intérêt nouveau généré à ce sujet par une série populaire, Mrs.America. Cette série, dont le premier épisode est sorti en avril 2020 sur Hulu et FX, trouve ses inspirations dans les efforts des féministes de la seconde vague (particulièrement de la “National Organization for Women”) pour obtenir du Congrès qu’il ratifie l’amendement sur l’égalité des droits (“Equal Rights Amendment” ERA). Il s’inspire également du contre mouvement conservateur contre la ratification du projet de loi sur l’ERA, mené par Phyllis Schlafly (qui est magnifiquement représentée par l’actrice Cate Blanchett)

Le projet de loi ERA n’est pas un produit du mouvement féministe des années 60 et 70. Il est né du mouvement suffragiste qui a débuté en 1848 et qui s’est poursuivi jusqu’aux années 1920. Il a rencontré la résistance non seulement des hommes mais aussi de certaines femmes, même parmi les féministes. La principale féministe de l’époque, Alice Paul (chef du “National Woman’s Party”), a déclaré que les femmes devaient être considérées comme égales aux hommes à tous égards et qu’aucune discrimination fondée sur le sexe ne devrait être légale. Mais un autre courant féministe dirigé par Doris Stevens, le “Women’s Joint Congressinal Committee”, a soutenu que les femmes devraient bénéficier de protections spéciales, comme dans le droit du travail, en raison de leurs différences physiques et de leurs responsabilités sociales différentes de celles des hommes. Dans les années 1920, Mary Anderson et le “Women’s Bureau” ont soutenu que le fait de considérer les femmes comme égales et identiques aux hommes était plus préjudiciable aux femmes de la classe ouvrière. Ils ont affirmé que les femmes avaient besoin d’une législation spéciale qui imposerait des règles de sécurité, limiterait les heures de travail et leur accorderait un congé de maternité, puisqu’elles étaient principalement responsables de la garde des enfants. Ironiquement, comme le parti démocrate était très sensible aux problèmes de la classe ouvrière, c'est le parti républicain qui a été le principal partisan du projet de loi sur l’ERA des années 1850 jusqu’à la fin des années 1970, lorsque l’intervention de Phyllis Schlafly a retourné les conservateurs contre le projet de loi. C’était tout un exploit. Au début des années 1970, les Républicains et les Démocrates étaient tous deux d’accord avec le projet de loi sur l’ERA. Grace en grande partie au livre féministe à succès de Betty Friedan, The Feminine Mystique (W.W. Norton & Company, 1963) et au puissant mouvement des femmes que NOW a inspiré, le projet de loi ERA a pris de l’ampleur, passant à la fois à la Chambre et au Sénat, et devait être ratifié à la fin des années 1970 dans 38 États. En fait, il l’a presque été. En 1977, l'ERA avait reçu 35 des 38 ratifications nécessaires. Phyllis Schlafly et son groupe de femmes conservatrices, à l'origine sous-estimé par le mouvement NOW, ont réussi à renverser la tendance et même à amener certains États (Idaho, Kentucky, Nebraska, Tennessee et Dakota du Sud) à révoquer leurs ratifications. Le langage du projet de loi sur l'ERA est si simple et minimaliste qu'il est difficile de voir ce à quoi on peut s'opposer dans ce texte : à moins, bien sûr, que l'on ne pense que la discrimination sexuelle est souhaitable et devrait être légale. Il comporte trois parties fondamentales : "Section 1. L'égalité des droits en vertu de la loi ne peut être niée ou restreinte par les États-Unis ou par tout autre État en raison du sexe. Section 2. Le Congrès aura le pouvoir de faire appliquer, par une législation appropriée, les dispositions du présent article. Section 3. Le présent amendement prendra effet deux ans après la date de sa ratification". (Wikipedia)

Brenda Feigen

Feigen a joué un rôle essentiel dans le mouvement NOW et dans le soutien à l'ERA, en tant que “National Legislative Vice President of the National Organisation for Women”. C'était une période propice pour militer contre la discrimination sexuelle. Dans les années 1970, les féministes n'étaient plus divisées sur le projet de loi sur l'ERA, comme elles l'avaient été dans les années 1920. En fait, la plupart des hommes et des femmes en général, des deux partis politiques, ont eu tendance à soutenir un amendement constitutionnel contre la discrimination sexuelle. Mais certaines femmes, en particulier les "femmes au foyer", étaient inquiètes quant à la manière dont le projet de loi sur l'ERA pourrait être interprété et appliqué. Une fois les femmes traitées sur un pied d'égalité avec les hommes, perdraient-elles leur droit à une pension alimentaire ou à la garde principale de leurs enfants en cas de divorce ? Les veuves perdraient-elles leurs prestations de sécurité sociale ? Nombre de ces femmes n'avaient aucune expérience professionnelle en dehors du foyer et craignaient de ne pas pouvoir trouver d'emploi. En outre, si l'ERA était ratifié, les femmes seraient-elles soumises au projet tout comme les hommes ? Phyllis Schlafly a joué sur ces craintes, celles des veuves et des divorcés de la classe moyenne pour la plupart. Et cela même si le langage du projet de loi ERA ne stipulait pas que les hommes et les femmes seraient traités de manière identique ou que les femmes perdraient tous leurs privilèges liés au sexe (tels que la vie privée dans les salles de bain et les prisons). Schlafly a réussi à convaincre une partie importante des conservateurs, tant les femmes que les hommes, que le projet de loi ERA serait préjudiciable à leurs valeurs et aux intérêts des femmes de la classe moyenne qui ne travaillent pas en dehors du foyer et n'ont pas de source de revenus indépendante. S'il ne s'agissait peut-être que d'une simple peur, le mouvement féministe, axé sur le fait que les femmes gagnent du terrain sur le marché du travail au même titre que les hommes, et sur l'élimination de la discrimination sexuelle, n'a pas pu apaiser ces craintes croissantes. Devant les critiques des conservateurs et d'une partie importante des femmes elles-mêmes, l'ERA a perdu du soutien.

Et pourtant, comme Brenda Feigen elle-même allait le découvrir dans sa propre vie, un tel projet de loi anti-discrimination était non seulement opportun, mais aussi absolument nécessaire dans la société américaine des années 60 et 70. En fait, Brenda ne se considérait probablement pas comme une féministe à l'université, lorsqu'elle a obtenu un diplôme de mathématiques au Vassar College, où peu de femmes se spécialisaient à l'époque. Mais une fois qu'elle a choisi de refuser une bourse complète pour un J.D./M.B.A. conjoint à l'université de Columbia afin d'aller à la faculté de droit de Harvard, elle a commencé à voir la nécessité d'un activisme féministe. Au milieu des années 1960, les femmes représentaient environ 6 % des étudiants de la faculté de droit de Harvard. Elles ont été explicitement discriminées et se sont sentis mal accueillies en classe dès le premier jour. Erwin Griswold, doyen de la faculté de droit de Harvard, a salué la nouvelle classe en déclarant que les quelques femmes du groupe "occupaient des places précieuses dont les hommes avaient besoin, et que contrairement à leurs homologues féminines, ils devaient soutenir leurs familles" (Not One of the Boys, 4). Cela supposait, à tort, que les femmes ne pouvaient pas soutenir leur famille ou qu'elles n'en avaient pas, et surtout, qu'elles n'étaient pas capables de se soutenir financièrement elles-même. De plus, de nombreux professeurs chauvins, reflétant les valeurs patriarcales dominantes de l'époque, traitaient les étudiantes comme des citoyennes de seconde zone. Feigen raconte que son professeur de droit des biens, James Casner, ne désignait qu’un seul jour par semaine, appelé “Journée des femmes”, où les étudiantes étaient invitées à poser des questions où à faire des commentaires pendant les discussions. Si les femmes essayaient de participer un autre jour, James Casner les ignorait et faisait appel à des étudiants masculins. Même dans ce contexte humiliant de la “journée des dames”, Casner a pris des mesures pour discriminer davantage les femmes et leur donner un sentiment d’infériorité et de malaise en limitant la discussion à des sujets dits féminins. Comme le raconte Feigen : “la journée des femmes en classe de droit des biens a été consacrée à deux questions : les droits des veuves sur les biens de son défunt mari et à qui appartient effectivement la bague lorsque des fiançailles étaient annulées” (Not One of the Boys, 5).

Très consciente de la discrimination sexuelle à Harvard, Feigen a fait des choix féministes dans sa vie personnelle. Elle a choisi de sortir avec un collègue étudiant en droit, Marc Fasteau, qui partageait ses valeurs, à savoir que les femmes étaient égales aux hommes et ne devraient pas être discriminées ou se sentir comme des citoyens de seconde zone. En fait, lorsqu’ils se sont mariés en 1968, le couple est allé à l’encontre de la tradition patriarcale qui veut que la femme efface sont nom de famille (et, avec lui une grande partie de son passé et de son identité) lors du mariage. Ils ont choisi une option de dénomination novatrice et égalitaire : chacun d’eux a conservé son propre nom de famille et a adopté celui de l’autre. Elle est devenue Brenda Feigen Fasteau et lui Marc Feigen Fasteau. Ensemble ils se sont attaqués au sexisme notoire de la faculté de droit et Harvard lorsque Feigen a remarqué un panneau “NO LADIES ALLOWED” à l’entrée de la bibliothèque du Harvard Club de New York. Au départ, le couple a perdu la bataille, car le conseil d’administration a voté le rejet de leur proposition. Mais les jeunes mariés n’ont pas abandonné. Ils ont franchi une étape supplémentaire en engageant une action collective contre le Harvard Club de New York, les poursuivant pour discrimination sexuelle. Cinq ans plus tard, un juge a ordonné au Club de procéder à un nouveau vote. Cette fois, en janvier 1973, le climat social avait changé et les étudiants de sexe masculin avaient des opinions différentes de celles du conseil d’administration. Les membres du Club ont voté à 2097 voix contre 695 pour l’admission des étudiantes. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une victoire juridique, puisque l’affaire n’a jamais été jugée par un tribunal, il s’agissait d’une victoire sociale importante pour les anciennes élèves de l’université d’Harvard, qui avaient désormais le même accès au Harvard Club de New York que leurs collègues masculins.

 

L'un des aspects les plus intéressants du livre de Feigen concerne sa collaboration avec l'incomparable Ruth Bader Ginsburg, en tant que directrice de l'American Civil Liberties Union (ACLU) (Ginsburg a insisté pour que Feigen soit également appelée directrice au lieu de co-directrice). Dans un récent entretien avec l'ACLU, ainsi que dans ses mémoires, Feigen décrit Ginsburg comme "une femme douce et réfléchie, avec de grands yeux intelligents", qui était extrêmement motivée par sa mission de faire progresser l'égalité des droits des femmes. Elle n'aimait pas les bavardages, se plongeant directement dans les discussions des affaires juridiques les plus intéressantes : "Ruth, pour autant que je sache, parlait, pensait, et probablement même rêvait de la loi chaque fois qu'elle ne passait pas du temps avec son mari ou ses enfants" (interview ACLU, "Ruth Bader Ginsburg, and Me", Brenda Feigen, 27 mai 2020). Il est intéressant de noter que, peut-être parce qu'elles sont conscientes des préjugés implicites des juges masculins lorsqu'ils examinent des affaires de discrimination sexuelle à l'égard des femmes, elles ont introduit la question de la discrimination fondée sur le sexe par le biais d'une affaire de discrimination à l'égard d'un homme : Frontiero c. Richardson. Comme le raconte Feigen dans son article sur l'ACLU, "Sharron Frontiero, un officier mariée de l'armée de l'air, s'est vue refuser le même logement et la même allocation médicale pour son mari que ceux que les hommes de l'armée de l'air recevaient automatiquement pour leurs épouses. La loi fédérale prévoyant de telles allocations pour les épouses des militaires stipule que si toutes les épouses ont automatiquement droit à ces fonds, les maris doivent prouver qu'ils sont plus de la moitié à la charge de leurs épouses. Sharron et son mari trouvaient que c'était injuste". Ginsburg s'est vu accorder dix minutes par l'équipe d'avocats de Frontiero pour plaider en faveur de l'égalité des droits. Elle a non seulement plaidé en faveur d'un traitement égal du mari de Frontiero en tant qu'époux, mais a également montré "comment les hommes ont traditionnellement considéré les femmes et leur rôle dans la société en citant Thomas Jefferson, Alexis de Tocqueville, Blackstone, Alfred Lord Tennyson, Henrik Ibsen, Gunnar Myrdal et Grover Cleveland, entre autres". Feigen, ainsi que les juges, lui semblait-il, étaient envoûtés par l'éloquence, la force et la profondeur de ses arguments. Les Frontiero ont gagné l'affaire, ce qui allait ouvrir la voie à de nombreuses autres affaires luttant contre la discrimination sexuelle systématique dans la société et sur le lieu de travail.

Dans la conclusion de son livre, Feigen considère l'important héritage du féminisme, qui a permis aux nouvelles générations de femmes d'étudier, de travailler et de vivre comme (plus) égales aux hommes. Il reste encore beaucoup à faire pour atteindre la parité entre les sexes (c'est-à-dire l'égalité de pouvoir et pas seulement l'égalité des droits), une question qui a été exposée comme étant très complexe. Les féministes de la troisième vague et, maintenant, de la quatrième vague nous ont rappelé que les femmes ne sont jamais que des femmes : l'ethnicité, la race, la classe, l'orientation sexuelle jouent toutes un rôle majeur dans leur identité. En gardant cela à l'esprit, les féministes de la troisième vague ont parfois plaidé pour un relativisme culturel, acceptant des pratiques dans d'autres pays et cultures qui seraient considérées comme avilissantes pour les femmes de notre société. Feigen, cependant, rappelle à juste titre aux nouvelles générations de féministes aux États-Unis de ne pas négliger l'accent mis sur les femmes dans notre propre pays : "Le féminisme, pour moi, c'est s'aider nous-mêmes, les femmes, en premier. Il ne s'agit pas pour nous, les femmes, d'utiliser notre pouvoir pour sauver les autres avant de nous sauver nous-mêmes. Comment se fait-il que la plupart des femmes se battent pour sauver quiconque a moins de pouvoir qu'elles, alors qu'elles en ont déjà très peu ? Pourquoi de nombreuses féministes aujourd'hui passent-elles leur temps à s'inquiéter du sort des femmes d'autres pays, de cultures et de traditions très différentes, mais ne s'inquiètent pas aussi du fait que les États-Unis, la nation la plus puissante du monde, soit encore totalement dominés par les hommes ?" (285). Comme l'a montré le mouvement Me Too, il y a encore tant de discriminations et de harcèlements sexuels aux États-Unis, même dans des domaines de la société et de la culture, comme les industries du divertissement et de l'information, qui, pour la plupart, proclament des valeurs égalitaires libérales. Mais n'oublions jamais (ou ne prenons jamais pour acquis) les réalisations féministes antérieures : sans le travail révolutionnaire des féministes de la deuxième vague comme Brenda Feigen, Gloria Steinem et Ruth Bader Ginsburg, les femmes seraient probablement encore aujourd'hui des citoyennes de deuxième classe en Amérique. C'est sur leur héritage, et grâce à leurs luttes et à leurs gains, que nous continuons à construire une société plus égalitaire pour les femmes et les hommes.

lecture 196 lectures
thumb 0 comment
1 reaction
Share the article
copylink copylink

Comment (0)

Do you like Panodyssey articles?
Support their independent writers

Extending the travel in the universe Culture
Une inconnue si familière 5/6
Une inconnue si familière 5/6

5. Murmures et rumeurs Tout le monde savait comment était mort Monsieur Armand.Et tout le monde s’en désolait...

Chantal Perrin Verdier
3 min
La Forza del Pardono
La Forza del Pardono

Leggere, modificare, commentare, tradurre si chiamano: Studi umanistici, in francese dal XIII secolo   Autori di questo...

Penelope Morin
11 min
El Poder del Perdon
El Poder del Perdon

Leer, editar, comentar, traducir se llaman: Humanidades, en francés desde el siglo XIII Autores de este foro:

Penelope Morin
12 min

donate You can now support your favorite writers on Panodyssey!