Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
9.3 – Lire est un labour 

9.3 – Lire est un labour 

Publié le 12 août 2022 Mis à jour le 12 août 2022
time 3 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 34 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

9.3 – Lire est un labour 

Comme dans un texte précédent nous avons manipulé le cas des lapalissades, amusons-nous maintenant à réhabiliter, voire à glorifier, une vieille expression populaire : « Mettre la charrue avant les bœufs », ce que nous disons pour critiquer une personne qui se lance à faire quelque chose trop vite et dans le désordre.

Que se passe-t-il en effet souvent lorsque nous lisons ?
Nous mettons d'abord la charrue. Puis nous fonçons tête baissée dans le livre inerte entre nos mains.

A force, avec un peu de temps, cela fait apparaître les bœufs et l'espace qu'ils vont pouvoir labourer.
Ce que nous lisons prend alors forme, remue, prend vie.
Ainsi cette expression pourrait donc être une bonne définition de ce que serait la lecture littéraire : mettre la charrue avant les bœufs.

C'est assez magique et quelque part c'est quantique.
Cela pourrait nous faire penser à la découverte en février 2016 des ondes gravitationnelles qui seraient justement des oscillations de la courbure de l'espace-temps.
Conçues d’abord mentalement en 1916 par Albert Einstein, cherchées depuis lors en élaborant patiemment les équations mathématiques et les dispositifs nécessaires pour pouvoir les détecter, elles ont bel et bien fini au bout d'un siècle par accéder à notre champ perceptif. Non pas parce qu’elles existeraient vraiment, mais simplement parce que nous nous sommes enfin mis dans les conditions de pouvoir détecter ce que nous voulions pouvoir percevoir d’elles.

Dans le creuset de son Grand-Œuvre – terme généralement utilisé dans le contexte spécifique de l’alchimie, mais que j’emploie ici sciemment – Marcel Proust n’opère pas seulement sur le Temps.
Au fil des pages c’est l’espace également qu’il feuillette comme si le monde était un immense livre.

L’emprise des chambres (« Longtemps, je me suis couché de bonne heure. » et toutes leurs déclinaisons au fil de sa vie), le rôle des fenêtres (Jacques Rancière en aborde le jeu de dupes chez Proust dans son essai Les bords de la fiction), et, au-delà des considérations onomastiques et toponymiques en filigrane tout au long de l’espace-temps proustien, l’empreinte même que laissent les noms (Noms de pays : le nom, troisième partie Du côté de chez Swann), jusqu’à enfin ce travers terriblement animal que nous avons tous plus ou moins de réemprunter les mêmes chemins, et qui est finalement mis à mal par Gilberte dans Albertine disparue, c’est-à-dire presque vers la fin du cycle (« “Si vous voulez, nous pourrons tout de même sortir un après-midi et nous pourrons aller à Guermantes, en prenant par Méséglise, c’est la plus jolie façon”, phrase qui, en bouleversant toutes les idées de mon enfance m’apprit que les deux côtés n’étaient pas aussi inconciliables que j’avais cru. ») : tout l’édifice proustien, à l’image de nos lectures, repose autant sur le temps que sur l’espace.

Toujours il y a les lieux réels, et il y a la façon subjective, imaginaire, dont nous percevons ces lieux réels.

Merci pour votre lecture. Vous pouvez utiliser le bouton "Commenter" pour me faire part de vos questions et remarques.
Je suis chercheur indépendant à Paris. Je travaille sur la lecture immersive de fictions, le sentiment de "traversée du miroir" par les lectrices et les lecteurs de romans. Pour que je puisse poursuivre mes travaux votre soutien m'est indispensable.
Je vous remercie par avance de vous abonner à Retour à Davos ou de "Faire un don" du montant de votre choix pour me soutenir.

lecture 34 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Voyage
Les coulisses de Davos #16 
Les coulisses de Davos #16 

Thomas… Le prénom du Mann qui nous intéresse ici, que nous nous apprêtons, avouons-le, à rencontrer, signifie...

Lorenzo Soccavo
3 min
Chapitre 6- Qui est Harry ?
Chapitre 6- Qui est Harry ?

Le réveil fut étrange et sommé de malaise. Je me suis réveillée à côté de lui sans savoir...

Flavie Caignard
5 min
Paris
Paris

Crédits photographiques Jean-Marc Sire

Jean-Marc Sire
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur