Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
7.3 – Une gémellité étrange

7.3 – Une gémellité étrange

Publié le 31 juil. 2022 Mis à jour le 31 juil. 2022
time 3 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 27 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

7.3 – Une gémellité étrange

Exception faite peut-être parfois d'une certaine littérature expérimentale, je pense au nouveau roman qui par l'attention qu'il exige du lecteur récupère l'illusion immersive que lui fait perdre par ailleurs son exigence de contredire, de contre-écrire les conventions reconnues du roman traditionnel, la littérature ne prétend généralement pas à l'hyperréalisme.

Nous devons interpréter les mondes qu'elle nous propose – « Ce qui est en effet à interpréter dans un texte, c’est une proposition de monde... » (Paul Ricœur, Du texte à l’action, Essais d’herméneutique II), comme un instrumentiste interprète une partition musicale.
Dans cette optique, le faux hyperréalisme du nouveau roman s'apparenterait plutôt pour moi à une forme particulière d'abstraction figurative.

La question demeure donc et probablement sa réponse est-elle propre à chaque lectrice et à chaque lecteur de fictions : à quelle forme d'art visuel pourrait s'apparenter l'imagerie mentale du lecteur ?

Je me demande si avant d'être vouée au langage la vie ne serait pas une fiction picturale.

Mais autre chose encore : ce « coupe-vent bruissant à l’éclat de vitrail grossier. » (voir l’exemple retenu dans le texte précédent), à la lecture nous le voyons tous orange. N'est-ce pas ?
Mais pourtant à aucun moment sa couleur n'est précisée.

Je ressens en fait dans la lecture littéraire comme une gémellité étrange, diabolique peut-être, entre les mots et les images.

Les mots font images. Les images se pensent en mots. Nous serions alors en permanence illusionnés, victimes de cet enchantement de la double magie des mots et des images contre laquelle Don Quichotte était parti en croisade.

La véritable magie c'est quand un mot a le pouvoir de changer la forme apparente de ce que nous percevons comme étant la réalité. Abracadabra ! Et puis, tout à coup…
L'une des traductions hébraïques d'Abracadabra ! serait : « Que cela se passe comme c’est dit ! ». Ou bien encore : « Que les choses dites deviennent vivantes ! ».

La vraie nouveauté aujourd’hui réside seulement dans l’espoir, que nous ne serions que quelques-uns à partager, que les technologies du numérique et les nouveaux rapports à la lecture qu’elles instituent puissent au cours des prochaines décennies fondre l’ensemble des arts narratifs dans une seule et même vaste geste créative. Une geste aussi ample que des bras grands ouverts, qu'une fenêtre que l'on ouvrirait soudainement en grand face à l'océan, finalement : aussi simple qu’un livre ouvert devant nos yeux.

Un petit exercice amusant pourrait exprimer cela. Remplaçons dans le poème Correspondances de Charles Baudelaire, le mot “Nature” par le mot “lecture”, et cela donne :

La lecture est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles ;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.

Comme de longs échos qui de loin se confondent 
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.

Merci pour votre lecture. Vous pouvez utiliser le bouton "Commenter" pour me faire part de vos questions et remarques.
Je suis chercheur indépendant à Paris. Je travaille sur la lecture immersive de fictions, le sentiment de "traversée du miroir" par les lectrices et les lecteurs de romans. Pour que je puisse poursuivre mes travaux votre soutien m'est indispensable.
Je vous remercie par avance de vous abonner à Retour à Davos ou de "Faire un don" du montant de votre choix pour me soutenir.

lecture 27 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Voyage
8.3 – Une collision douce 
8.3 – Une collision douce 

D'emblée la position de lecteur offre davantage de possibilités que celle, bien plus passive, de spectateur, et encore plus de t&e...

Lorenzo Soccavo
3 min
8.0 – Lire c’est aller quelque part
8.0 – Lire c’est aller quelque part

L'objet de notre recherche peut se résumer en ces termes : comment avoir pleinement le sentiment d'entrer dans les histoires que nous lis...

Lorenzo Soccavo
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur