Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
5.2 – La métalepse : épreuve initiatique ? 

5.2 – La métalepse : épreuve initiatique ? 

Publié le 3 juil. 2022 Mis à jour le 3 juil. 2022
time 3 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 42 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

5.2 – La métalepse : épreuve initiatique ? 

Au point où nous en sommes arrivés il est maintenant inévitable de parler des métalepses.
J'en proposerais une définition non académique. Faisant cela peut-être ferons-nous progresser le concept de métalepse vers un nouveau champ d’investigation ouvrant sur un vaste domaine d'applications expérimentales.

Nous dirons donc qu'une métalepse narrative est : un phénomène d'effraction de la trappe du réel.
L’image mentale suggérée par cette définition en fonde la recevabilité.

En résumé c'est ce que nous cherchons à faire avec cette série de textes regroupés sous le titre de Voyage intérieur : passer de l'autre côté du miroir.
Nous sommes des trappeurs qui cherchons à nous saisir de la fourrure des contes et légendes. La Toison d'Or.

Pour cela, nous considérons l'idée même de miroir comme une subtile métaphore du métabolisme narratif opérant au cœur même du corpus désigné comme littéraire, car constitué d’œuvres écrites porteuses d'un sentiment esthétique, d’un sens du beau, qui se communique aux lectrices et aux lecteurs, tout en étant porteur d’un message éthique, d’un sens du bien.

Les exemples de métalepses sont nombreux. Mais les métalepses de surface opèrent en général en trompe-l’œil.
Pour progresser nous devons donc d'abord bien comprendre que, jusqu'à ce jour, les métalepses se sont principalement manifestées dans la littérature, et en indiquer quelques exemples emblématiques.
Ensuite, dans les textes suivant, nous verrons d'autres cas, plus étranges ceux-ci, dans lesquels des personnes physiques, bien réelles, bien vivantes, se sont rapprochées, voire auraient franchi cette fameuse ligne de démarcation que beaucoup tracent entre leur réel et leur imaginaire.

Le plus bel exemple de métalepse en littérature est une très courte nouvelle de l'auteur argentin Julio Cortázar : Continuité des parcs.
Lisez cet extrait : « … il reprit sa lecture dans la tranquillité du studio, d’où la vue s’étendait sur le parc planté de chênes. Installé dans son fauteuil favori, le dos à la porte pour ne pas être gêné par une irritante possibilité de dérangements divers, il laissait sa main gauche caresser de temps en temps le velours vert. ».
Et puis, lisons-nous aussitôt après :

« L’illusion romanesque le prit presque aussitôt. ».

L'histoire qui absorbe à ce point ce lecteur met en scène la rencontre dans une cabane, également au cœur d'un parc boisé, d'une femme et de son amant.
Pour conquérir leur liberté ils se sont mis d'accord pour ce soir-là tuer le mari.
« Il commençait à faire nuit. Sans se regarder, étroitement liés à la tâche qui les attendait, ils se séparèrent à la porte de la cabane. Elle devait suivre le sentier qui allait vers le nord. Sur le sentier opposé, il se retourna un instant pour la voir courir, les cheveux dénoués. À son tour, il se mit à courir... ». Et puis…

Et puis : « et alors, le poignard en main, les lumières des grandes baies, le dossier élevé du fauteuil de velours vert et, dépassant le fauteuil, la tête de l’homme en train de lire un roman. ».
Une continuité s'est magiquement opérée entre les parcs.
La cloison entre réalité et fiction n'a, cette fois-ci, pas été étanche.
Mais qui alors va tuer qui ? Nous en reparlerons.

Le cadenas qui empêchait l'ouverture de la trappe a été fracturé par l'auteur lui-même et nous basculons, nous glissons dans le vide, nous tombons dans un puits, comme Alice aux Pays des merveilles.

Merci pour votre lecture. Vous pouvez utiliser le bouton "Commenter" pour me faire part de vos questions et remarques.
Je suis chercheur indépendant à Paris. Je travaille sur la lecture immersive de fictions, le sentiment de "traversée du miroir" par les lectrices et les lecteurs de romans. Pour que je puisse poursuivre mes travaux votre soutien m'est indispensable.
Je vous remercie par avance de vous abonner à Retour à Davos  ou de "Faire un don" du montant de votre choix pour me soutenir.

lecture 42 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Voyage
9.5 – Des mondes subatomiques
9.5 – Des mondes subatomiques

J'avance dans cette série de textes l'idée que quand nous lisons une fiction nous sommes mentalement transportés dans un un...

Lorenzo Soccavo
2 min
9.3 – Lire est un labour 
9.3 – Lire est un labour 

Comme dans un texte précédent nous avons manipulé le cas des lapalissades, amusons-nous maintenant à réhabili...

Lorenzo Soccavo
3 min
8.3 – Une collision douce 
8.3 – Une collision douce 

D'emblée la position de lecteur offre davantage de possibilités que celle, bien plus passive, de spectateur, et encore plus de t&e...

Lorenzo Soccavo
3 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur