facebook Pur produit de consommation, d'abord !
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Pur produit de consommation, d'abord !

Pur produit de consommation, d'abord !

Publié le 15 févr. 2021 Mis à jour le 16 févr. 2021
time 2 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Pur produit de consommation, d'abord !

Sauf qu’il était là,
devant la porte
avec un cupcake surmonté d’une crème dans laquelle avaient été plantés un coeur, rouge bien sûr et une petite baguette dont les étincelles s’éteindraient s’il ne se décidait pas à appuyer sur la sonnette.

Lui revinrent leurs discussions embrasées, le serment de se démarquer, la volonté de refuser un diktat marketing avec le soutien des potes qui étaient en couple depuis aussi longtemps qu’eux.
Pas plus tard qu’hier ne s’étaient-ils pas juré de ne rien s’offrir, même pas une carte dont les mots sur la couverture vous poussaient à l’achat compulsif  et dégoulinaient effrontément de sentimentalisme sonnant et trébuchant ?

Ouais !!

Ouais
Ceci dit
il avait déjà renoncé au bouquet de fleurs et à la boîte prête avec le ruban, le noeud et tout et tout. Et puis un si petit gâteau se mangeait vite donc l’idéal pour oublier l’incartade qu’il représentait.
Tiens ! Un argument de taille si elle commençait à batailler, avec à la clé la remontrance qui le ferait se sentir ridicule.

ALLEZ !
T’en as ou t’en as pas ?
La question débile !
Il faudra un jour qu’il fasse une recherche là-dessus, sur qui avait bien pu la sortir celle-là …
Héhé !

Il sonna.

Y avait-il autant de distance entre le salon et la porte ?
Il compta le nombre de pas bien qu’il fut difficile de les percevoir avec les chaussons tigre qu’elle portait en hiver.
Un verrou, un deuxième, la barre de sécurité, le grincement, la fente de lumière et dans la réverbération du matin elle apparut vêtue du pyjama-notes-de-musique.
Elle était décoiffée et ses lunettes penchaient sur la gauche.
Bras pendants elle le regarda.
L’avait-il réveillée ?
Aïe ! Voilà qui n’allait pas arranger son cas.

Face au danger il demeura droit pendant que le gâteau au départ fièrement présenté descendait lentement vers les genoux.
Des yeux elle suivit la progression puis revint à son visage.
Pourquoi ne disait-elle rien ?
Elle se pencha, lui prit la douceur des mains et ôta la baguette dont elle fit rouler les étincelles entre ses doigts.
Elle lui sourit, se pencha encore et couvrit ses lèvres de siennes.

- On ne le dira à personne …

Sur ce chuchotement, elle le fit entrer.

Croquis encres rouges de Chantal Perrin Verdier

 

Photo de couverture : Pexels sur Pixabey
Illustration dans le texte : Chantal Perrin Verdier

2
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
2
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Curiosités
Générique de Fin
Générique de Fin

                                  &nbs...

Chantal Perrin Verdier
2 min
Il s'est suicidé,  le con.
Il s'est suicidé,  le con.

Tout va bien pour toi, l'enfant aux parents aimants : tu ris, tu cours, tu piques tes colères. Tout va bien pour toi, l'ado qui traî...

Louise Barge
2 min
Sauvages
Sauvages

Je ne suis pas partie loin pour me sentir sauvage. J’ai pris mes affaires et je suis partie en courant, j’ai traversé quelque...

Camille Poiret
6 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur