facebook Dans sa tête qu'il l'avait !
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Dans sa tête qu'il l'avait !

Dans sa tête qu'il l'avait !

Publié le 2 sept. 2021 Mis à jour le 4 sept. 2021
time 3 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Dans sa tête qu'il l'avait !

Non mais il était malade ce mec !

Elle en avait les fesses toutes bleues !!!

Après avoir farfouillé sous la multitude d’édredons et de matelas elle avait trouvé le fauteur de troubles :
rond,
vert,
petit.
Maintenant entre ses deux pouces il n’avait l’air de rien comme ça, il n’empêche qu’elle lui devait son insomnie.
Elle le déposa sur la table de chevet et croisa les bras en le fixant. D’ailleurs c’était même étonnant qu’il n’ait pas été écrasé (pas par son poids plume bien évidemment) - mais par la force de pesanteur des quatre vingt matelas (oui, elle les avait comptés) . 

Elle réfléchirait plus tard à ce manquement aux lois élémentaires de la physique.

Dessin lit au pen brush de C Perrin Verdier

Il allait entendre de ses nouvelles l’autre sadique qui lui avait ouvert la porte de son château, mine de prince.
Hier soir elle avait été trempée, gelée alors elle n’avait pas été trop regardante et puis il y avait derrière lui en sentinelle, une mère, une reine mère tout ce qu’il y avait de plus convenable. Comment se serait-elle doutée de ce qu’ils manigançaient ces deux-là ?
Parce que c’était bien un piège dont ils étaient complices.

Elle allait sortir des appartements avec la preuve du délit lorsqu’elle tomba pile sur la conspiratrice.

- Bonjour très chère. Avez-vous bien dormi ?

Mon mais quel toupet !
Elle était outrée à un tel point qu’elle ne put répondre aussitôt.

- Vous avez l’air chiffonnée !

L’évidence !
Elle allait lui livrer vertement (analogie du hasard !) le fond de sa pensée lorsque le deuxième larron se présenta tout frais tout rasé avec son chapeau à plume qui le rendait encore plus tarte.

Elle leur montra le simili-féculent sans commentaire ; ils n’en furent même pas gênés constatant en choeur :
- Ha ! Vous l’avez trouvé ?

Si elle pouvait le sentir, alors oui

elle pouvait le trouver. 

La femme la prit dans ses bras comme une belle-mère qui se respecte, c’est-à-dire avec prudence. Elle, resta immobile mais un peu tendue, d’ici à ce que l’autre fourbe lui fourgue une puce dans sa robe de chambre !

- Enfin l’épouse digne de mon fils !

Le dénommé fils ne releva même pas l’olla-podrida.
Une intuition bienvenue lui souffla de ne pas leur révéler qu’elle était une princesse - qu’ils n’aient exigé aucune référence puait l’affaire louche.

- Nous allons de ce pas préparer vos épousailles !

Dans tes rêves !

Personne, pas même des jeunes filles fleuries en mal d’amour, ne devait compter sur elle pour entretenir ce joli conte.
Elle carra ses épaules peu habituées à un tel effort, releva le menton et les regardant en plein dans leurs quatre yeux - enfin autant que possible, elle leur déclara :

- Il n’est pas question que je reste ici une minute de plus, appelez gens et carrosse, je quitte ces lieux de torture et d’infamie.

Le prince ne disait toujours rien à croire qu’il ne pouvait penser, ressentir ou agir sans sa manman.
Ou alors c’est de son crâne que le petit pois avait été extirpé.

 

 

Conte d’origine : La Princesse au petit pois de Hans Christian Andersen

 

 

Photo de couverture et illustration (au fait avez-vous vous aussi trouvé le petit pois ?) : Chantal Perrin Verdier

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Curiosités
La mort vous regarde...
La mort vous regarde...

A partir du moment où les premiers battements de cœur pulsent le sang dans votre corps, la mort vous guette, elle vous regarde disc...

Adélice Bise
1 min
Désillusion
Désillusion

ueCe document est destiné à votre strict usage personnel et est protégé par les lois relatives aux droits d’a...

Oina Sasclain
2 min
Bang !!
Bang !!

Ed, file moi le fric que tu m’dois

Anne-Sophie Campenon
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur