Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
2.8 – Le biologique est d'emblée narratif 

2.8 – Le biologique est d'emblée narratif 

Publié le 22 juin 2022 Mis à jour le 22 juin 2022
time 2 min
1
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 29 lectures
1 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 publications par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

2.8 – Le biologique est d'emblée narratif 

Ce soliloque silencieux, qu'à part nous-mêmes seuls peut-être peuvent entendre des anges, tels à Berlin Cassiel et Damiel que nous voyons dans Les Ailes du Désir de Wim Wenders, quel fonction narrative remplirait-il ? Et les lecteurs de fictions seraient-ils plus aptes à en maîtriser le flux ?
Par expérience personnelle j'aurais tendance à le penser. Cet incessant soliloque doit répondre à un besoin fondamental du vivant de produire de la narration, il est une forme singulière de lecture du monde environnant, sans cela il ne serait qu’un verbiage inutile et le silence l’aurait depuis longtemps remplacé.

Tous, nous n'arrêtons pas de nous parler dans notre tête et ce discours autocentré sur nous-mêmes occupe notre attention et réduit probablement d’autant notre vigilance au monde réel.
Ce langage ne peut cependant nous réduire à une simple mécanique bavarde, dans le sens où nous ne nous considérons pas nous-mêmes, êtres humains, comme de simples machines. Certes. Mais si malgré tout le langage était un code actif qui nous programmait à notre insu ?

Transformer des données en information, ce que fait l'informatique par exemple, c'est leur donner une forme, et donner vie à des formes, produisant ainsi une illusion de réalité, c’est justement ce qu'il se passe spontanément en nous lorsque nous lisons des fictions littéraires. Cela relève traditionnellement de la magie.

Au célèbre axiome des années 1950-1960 : « on ne peut pas ne pas communiquer » du Mental Research Institute de l’École de Palo Alto, considéré comme l'alpha de la Silicon Valley, il est temps d’ajouter un : on ne peut pas ne pas lire et on ne peut pas ne pas être lus.

Nous vivons depuis plus de deux millions d'années déjà, datation approximative de l'apparition du langage articulé chez nos ancêtres hominidés, un rêve éveillé.
Nous sommes des rêveurs éveillés car généralement nous n’avons ni la conscience d’être en train de lire, ni la conscience d’être nous-mêmes lus.
Nous sommes tous emportés par la dynamique virale du langage, cette espèce de programme pré-informatique implanté dans notre cerveau.

La lecture, dans son essence, est ainsi une "chose vivante".

C'est du code actif, comme celui de nos gènes, comme celui que certains cherchent à activer dans des intelligences artificielles qui elles aussi liront leurs environnements, nous y compris.

Le biologique est d'emblée narratif, et par l'intermédiaire de nos lectures nos vies elles-mêmes sont narratives. Elles sont la narration que nous nous en faisons et elles relèvent ainsi toutes bel et bien de l'épopée, de ces longs récits qui s’entremêlent et tissent des univers.
L'humain est un animal terriblement romanesque.

Merci pour votre lecture. Vous pouvez utiliser le bouton "Commenter" pour me faire part de vos questions et remarques.
Je suis chercheur indépendant à Paris. Je travaille sur la lecture immersive de fictions, le sentiment de "traversée du miroir" par les lectrices et les lecteurs de romans. Pour que je puisse poursuivre mes travaux votre soutien m'est indispensable.
Je vous remercie par avance de vous abonner à Retour à Davos ou de "Faire un don" du montant de votre choix pour me soutenir.

lecture 29 lectures
thumb 0 commentaire
1 réaction
Partager la publication
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Curiosités
Au jour d'aujourd'hui ♀︎
Au jour d'aujourd'hui ♀︎

Une histoire de Lundi n’est pas, par définition, une histoire de mercredi ou de vendredi.Et j’en fournis l...

Chantal Perrin Verdier
2 min
Au jour d'aujourd'hui ♃
Au jour d'aujourd'hui ♃

Une histoire de Lundi n’est pas, par définition, une histoire de mercredi ou de vendredi.Et j’en fournis l...

Chantal Perrin Verdier
2 min
Au jour d'aujourd'hui ☿
Au jour d'aujourd'hui ☿

Une histoire de Lundi n’est pas, par définition, une histoire de mercredi ou de vendredi.Et j’en fournis l...

Chantal Perrin Verdier
2 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur