facebook Un début d’explication
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Un début d’explication

Un début d’explication

Publié le 10 janv. 2022 Mis à jour le 10 janv. 2022
time 9 min
0
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 2 lectures
0 réaction

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Un début d’explication

Je vais vous raconter une histoire très ancienne ; ancienne à tel point qu’elle relève presque plus d’une légende, de nos jours, que de véritables faits historiques. Néanmoins, tout ce que je vais vous dire a été rapporté et consigné dans un certain nombre de livres que nous, Grands Mages, considérons comme un trésor et conservons soigneusement depuis des siècles.

Il y a des générations et des générations de cela, les esprits les plus brillants d’alors s’aperçurent que notre monde n’était pas unique. Évidemment, ils cherchèrent à en savoir plus et surtout à comprendre comment tirer parti de leur découverte pour accroître leur puissance.

Un jour, par le déploiement de forces magiques incroyables, l’un d’eux, Augustus, parvint à ouvrir un portail vers l’un de ces mondes. Le plus incroyable était que la porte qu’il avait créée était stable… elle ne se refermait pas.

À cette époque, il faut savoir qu’il n’y avait pas encore de Cités Célestes, et que le titre de « Grand Mage » n’était pas encore séculaire. En fait, il n’existait même pas encore. Augustus n’était qu’un sorcier de village, comme on en trouve encore parfois mais, même s’il passait le plus clair de son temps à guérir des paysans malades ou à s’occuper de vaches ne produisant pas assez de lait, il menait des recherches dans son coin. Augustus était doué d’une intelligence remarquable et à cette époque il était extrêmement intéressé par ces nouvelles théories concernant l’existence d’autres univers. Il passa de nombreuses années à faire des essais et des tests pour ouvrir une passerelle vers un autre monde et prouver ces théories que beaucoup jugeaient rocambolesques. Son pouvoir et ses connaissances étaient époustouflants. Encore aujourd’hui, la lecture de ses carnets de recherche nous dévoile des perspectives inimaginables.

Un jour, à force d’entêtement et contre toute attente, il parvint à ouvrir un portail. À sa grande surprise, un courant d’air métamorphe s’y engouffra aussitôt, décuplant de manière phénoménale son aura magique.

Augustus, sans même avoir tenté de passer la porte, en comprit tout de suite l’immense potentiel et décida, par prudence, de garder sa trouvaille secrète pour pouvoir l’étudier davantage.

L’histoire dit que le premier être à avoir traversé la Porte était une poule qu’Augustus avait achetée à son voisin fermier.

Ne sachant pas vers où menait le passage, ni même si l’emprunter ne serait pas un voyage sans retour, il préféra y jeter la poule… pour voir… Celle-ci disparut, puis plus rien.

Je pense qu’à ce moment-là, Augustus se demandait s’il avait vraiment mis à jour une porte vers un nouveau monde ou s’il n’avait tout simplement pas créé un nouvel outil pour les bourreaux ; car tout ce qu’il y lança par la suite ne revint jamais.

Un jour, on raconte qu’il regardait des pêcheurs ramener du poisson avec leurs lignes dans le lac voisin lorsqu’il eut une idée.

Sur le principe de la canne à pêche, il attacha une pierre à une corde et la lança dans le portail.

Il attendit un peu puis tira sur la corde pour ramener la pierre à lui, et celle-ci ressortit comme si de rien n’était !

Fort excité, il décida donc de racheter une poule à son voisin - qui devait bien se demander pourquoi tout d’un coup Augustus avait besoin d’autant de poulets – et il réitéra l’expérience. Cette fois-ci, la poule était solidement amarrée à une cordelette, de façon à pouvoir la ramener lorsqu’elle aurait franchi le passage et il réussit à la faire revenir ! Et en vie de surcroît ! Pour lui, c’était là une immense victoire ! On pouvait donc aller par le portail qu’il avait ouvert et en revenir en vie !

Évidemment, cela ne lui suffit pas et, comme vous pouvez vous en douter, non sans hésitation, il finit par acheter une corde solide dont il scella une extrémité dans l’un des murs de sa chaumière et s’attacha solidement à l’autre. Il espérait, évidemment, qu’en tirant sur la corde il pourrait se ramener tout seul de l’autre côté du portail. Il ne s’était pas trompé ! Ainsi, il traversa la porte et réussit à en revenir. À son retour, il consigna tout ce qu’il vit là-bas dans des carnets qui sont maintenant la propriété des Grands Mages et qui sont soigneusement conservés. Tous les Grands Mages, lorsqu’ils parviennent à ce titre, les lisent ; moi-même, je les ai lus. Je ne vous en détaillerai pas leur contenu car j’ai fait le serment d’en protéger les secrets. Tout ce que je peux vous dire c’est que le monde qu’Augustus a découvert de l’autre côté est très différent du nôtre. Les courants métamorphes, par exemple, y sont exploités comme ici mais d’une façon totalement différente. Augustus avait même réussi à entrer en contact avec des habitants de cet autre monde car, aussi étrange que cela puisse paraître, leur dialecte n’est pas très différent du nôtre. Ce qu’Augustus rapporta surtout, c’était leur caractère extrêmement belliqueux ; les pénuries et les famines y étaient monnaie courante, et les guerres impitoyables et meurtrières.

Après plusieurs voyages qu’il a scrupuleusement détaillés dans ses écrits, Augustus prit alors la décision radicale de ne plus retourner là-bas ; d’après lui, ce monde était une bien trop grande menace pour le nôtre. Il passa alors de nombreuses années à essayer de refermer le portail… sans succès… à grand renfort de recherches et de magie, il réussit toutefois à sceller la porte.  Il s’aperçut alors qu’en l’ouvrant, les deux univers agissaient comme des vases communicants, recréant le courant d’air métamorphe d’origine – celui qu’il avait ressenti à la création de la passerelle. La puissance qui s’engouffrait dans le couloir entre les deux mondes était telle qu’elle décuplait considérablement le pouvoir de tous ceux qui se trouvaient à proximité. Comprenant qu’elle pouvait agir comme un véritable catalyseur magique et faire de celui qui la possédait une personne très puissante, il décida de la mettre en sécurité pour éviter qu’elle ne tombe entre de mauvaises mains.

Afin de protéger le portail, il alla demander audience aux puissants de son temps. Un pacte inviolable fut alors conclu sous le sceau magique, dont les termes principaux furent gravés au cœur de cette salle ; ainsi fut créée la dynastie des Grands Mages. À chaque génération, l’un des sorciers les plus puissants de l’Empire avait l’honneur d’être choisi pour incarner le rôle de Grand Mage et perpétuer la lignée d’Augustus. Accepter ce statut l’engageait de manière irréversible à assurer la protection de la Porte Scellée en empêchant quiconque le souhaiterait, de la franchir. Lors de leur investiture, chaque nouveau Grand Mage s’engageait également à ne jamais traverser le portail. Augustus avait beaucoup insisté sur ce point. En contrepartie, Nous, Grands Mages, autrement appelés « Gardiens de la Porte Scellée », gagnions le droit de desceller la porte pour augmenter considérablement nos pouvoirs, et devenir incontestablement les sorciers les plus puissants de l’Empire. C’est d’ailleurs ce que j’ai fait tout à l’heure pour me soigner. Sans l’immense quantité de magie que ce passage ouvert procure, je n’y serais pas arrivé.

Le Grand Mage laissa son récit en suspens, comme perdu dans ses pensées. Après un court silence, Karl demanda :

— Mais, pourquoi ne pas avoir simplement détruit sa découverte ?

— Eh bien, il semblerait que cela ne soit pas possible, mon garçon, répondit le Mage. Une fois le portail ouvert, celui-ci ne pouvait plus être refermé. Ce qu’a fait Augustus, c’est de l’enfermer dans une enveloppe imperméable qui a l’apparence de la surface de l’eau mais qui en réalité est quelque chose de bien plus complexe. Augustus était un génie à plus d’un titre et ses réalisations étaient exceptionnelles. On lui prête également l’invention des Cités Célestes, qui furent développées plus tard, mais dont il avait eu l’intuition. Celle-ci, la Cité Céleste Mystérieuse et Magique, n’est autre que l’agrandissement, génération après génération, de son premier essai. Il ne s’agissait au début que de sa propre maison, qu’il avait décidé de construire dans les airs, toujours afin de mettre à l'abri sa découverte.

Karl réfléchit un moment.

— J’ai encore une question, si vous permettez ? - conforté par l’acquiescement du Grand Mage, il poursuivit - Est-ce que c’est par un portail comme celui-là que je suis arrivé ici ?

Le Grand Mage ne tenait pas à trop s’avancer sur ce point.

— C’est bien possible, je ne l’ai pas vu. Néanmoins, ce jour-là, une quantité invraisemblable d'énergie magique a été libérée. Il est possible qu’une porte éphémère ait été créée à ce moment-là.

Kirly, qui était restée silencieuse jusque-là, demanda alors brusquement :

— C’est bien joli, mais on fait quoi alors maintenant ?  Il faut que nous sauvions Minaud !

Le Grand Mage opina.

— Oui, on doit récupérer Minaud. Coûte que coûte.

— Où ont-ils pu l’emmener ? demanda Kirly. Vous en avez une idée ?

Le Grand Mage, cette fois-ci, secoua la tête.

— Il faut que vous sachiez que les gens qui ont emmené Minaud appartiennent à un groupuscule très puissant au sein de l’Empire Céleste. Ils ne plaisantent pas et sont prêts à tout pour voir réussir leurs sinistres desseins. Ils ont des intérêts partout, et des alliés nombreux.

On entendit alors un léger sifflement. C’était Cony.

— Moi, je sais où est Minaud, dit l’oiseau. Je le sais tout le temps.

Les quatre autres le regardèrent, interloqués.

— Et ne me regardez pas tous comme cela, reprit-il. Je suis un oiseau timide.

— Et où est-il alors ? demanda le Grand Mage.

— Il est plus à l’est. - il se concentra, encore - Au Sol, je dirais. Endormi. Il se déplace très vite…

Kirly qui se dirigeait déjà d’un pas décidé vers la sortie, se retourna :

— Eh bien, vous venez ? On est pressés !

Le Grand Mage esquissa un sourire.

— J’ai un moyen d’aller plus vite, dit-il mystérieusement. Remontons à la surface, voulez-vous ?

La sorcière Sacha le perça de ses yeux, essayant de deviner son plan. Après avoir jeté un dernier coup d’œil inquisiteur sur le bric-à-brac du sorcier, elle haussa les épaules et suivit les autres.

lecture 2 lectures
thumb 0 commentaire
0 réaction
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu aimes les articles Panodyssey ?
Soutiens leurs auteurs indépendants !

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Covid : MAFIAS gouvernementales
Covid : MAFIAS gouvernementales

N. Djokovic envisage d'attaquer en justice l'Australie, maintenant que la France avertit qu'elle ne laissera pas un grand tennisman non-vaccin&e...

Cecile Voisset
5 min
La traversée
La traversée

— Allez ! Viens, prends ma main, suis-moi !On y va, on va traverser !Tu verras, une fois de l’autre côté,

Roland Ruelle
2 min
La plage en hiver
La plage en hiver

Je revois cette plage, en hiver, sur laquelle nous marchions.Je ressens les embruns froids et salés qui mouillaient nos visages tra...

Roland Ruelle
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur