facebook Témoignage de mon initiation BDSM : une femme dominatrice raconte
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Safeword
Témoignage de mon initiation BDSM : une femme dominatrice raconte

Témoignage de mon initiation BDSM : une femme dominatrice raconte

Publié le 24 avr. 2021 Mis à jour le 24 avr. 2021
time 12 min
CREATIVE ROOM

Safeword

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Témoignage de mon initiation BDSM : une femme dominatrice raconte

Aujourd’hui, zoom sur une œuvre personnelle, Domina, journal d’une initiation BDSM et fétichiste (2011-2020). Ce témoignage raconte l’initiation sexuelle BDSM d’une jeune femme dominatrice. Il s’agit d’un témoignage fortement érotique, aussi drôle qu’émouvant. Celui-ci aborde le thème du récit d’initiation amoureuse et sentimentale sous un angle original : comment réussir à être heureux et à s’assumer quand on a des penchants et une sexualité complètement hors cadre ? Lorsque l’adolescente se lance dans la domination féminine à dix-sept ans, elle ne sait pas que ses pérégrinations la mèneront, dix ans plus tard, à avoir pratiqué un éventail impressionnant de pratiques sexuelles. Cléo, la jeune femme dominatrice, parviendra-t-elle à trouver l’amour malgré son mode de vie ?

Un témoignage sur une forme de sexualité BDSM atypique, la domination féminine

Femdom est la contraction de female et domination, soit domination féminine en français. Il s’agit d’un type de relation sexuelle et amoureuse dans laquelle la femme a l’ascendant sur son partenaire (femme comme homme). Dans ce cas, la femme est appelée une Maîtresse, une Domina ou une Dominatrice. Le femdom est une catégorie ou une modalité de relation qui dérive du BDSM. Le BDSM est un ensemble de pratiques sexuelles, et plus généralement de sexualité, qui implique des jeux d’obéissances, de douleur érotique et de restrictions physique.

On trouve déjà des récits d’initiations BDSM écrits par des femmes à l’instar du Lien de Vanessa Duriès. En revanche, ces récits racontent essentiellement l’initiation de femmes soumises qui décident d’obéir à un Maître. Les récits de fictions se concentrent également presque exclusivement sur les femmes soumises. Les rares témoignages de femmes dominantes sont par contre des témoignages de femmes qui monnayent leurs faveurs. Ces Dominatrices officient dans ce qu’elles appellent des donjons. Certaines sont reconnues pour leurs spécialités (les fluides, l’électrostimulation, les roleplay, le latex, les aiguilles, etc.). Bien plus chères que des prostituées, les Dominatrices ne se considèrent pas comme telles même si, aux yeux de la loi, c’est ce qu’elles sont.

D’une part, il est interdit aux soumis masculins de toucher les Maîresses sans leur consentement. La Maîtresse n’a jamais de rapports sexuels avec un client. Ce dernier n’est même pas autorisé à apercevoir ses parties génitales. La Domina est donc un être inaccessible. Son rôle est celui d’une maîtresse de cérémonie qui orchestre les fantasmes préalablement évoqués par le client.

Qui est l'auteur ?

Cléomène Muceignet est une bloggeuse sexualité, écrivaine de littérature érotique et entrepreneuse dans la vie civile. Sur son blog, elle vulgarise toutes les sexualités et participe à la diffusion de la littérature érotique indépendante. Elle répond aux questions que se posent les internautes et prodigue des conseils sexo d'un ton décalé.

En 2020, elle a crée un label indépendant de littérature pornographique, la collection Eros.

Blog sexo sexualités alternatives - Le Repaire des Amazones - littérature érotique et sexualité BDSM

Naissance d’une drôle de vocation : de la lycéenne à la Dominatrice BDSM

Dans cet ebook consacré à la domination féminine, rien de tout ça. Domina est un récit autobiographique unique et authentique qui raconte la vie sexuelle de Cléo, de son dépucelage à sa maturité. Contemporain, le récit se déroule entre 2011 et 2020.

Tout commence lorsque Cléo, une lycéenne sans histoire, confie à sa cousine plus âgée ces fantasmes qui lui trottent dans la tête depuis longtemps. À demi-mots, Cléo avoue qu’elle fantasme à l’idée de « dominer un homme ». Elle ne sait pas vraiment ce que ce terme désigne en réalité mais Cléo aime l’idée d’être celle qui dicte quoi faire et quand. Elle n’oserait pas l’avouer mais Cléo possède plusieurs fétichismes. Elle aime avoir le dessus, se montrer cassante, humiliante, obliger l’autre à répondre à ses désirs.

Cléo a dix-sept ans. Elle n’a jamais touché un homme encore. Les garçons de son âge la laissent indifférente mais Cléo a décidé qu’enfin, il est l’heure de vivre ses fantasmes ! Avec sa cousine, elle publie une petite annonce sur un site de rencontre. La bouteille part à la mer. Les premières réponses ne tardent pas à arriver.

Au départ, Cléo et sa cousine s’amusent en les lisant mais, bien vite, la cousine se lasse. Ce qui n’était qu’une blague pour l’une s’avère plus sérieux pour l’autre. La cousine se débine mais Cléo décide de franchir le pas : elle convient d’un rendez-vous avec un inconnu, un jeune soumis de vingt-trois ans.

S’ensuit un jeu d’exhibition où Cléo administre une puissante fessée dans un lieu public. L’adrénaline et le plaisir montent. Cléo touche pour la première fois et le cul et la queue d’un homme. On l’appelle Maîtresse. Cléo est ferrée.

« On se révèle parfois dans les domaines les plus invraisemblables. Moi, c'est dans le BDSM. »

Voici la phrase qui ouvre son témoignage. L’heure de l’initiation a sonné !

Domina, journal intime d’une initiation BDSM, le pitch

Le témoignage de cette jeune Domina est disponible sur la boutique kindle d’Amazon. Un peu plus de 400 pages de sexe BDSM sur une liseuse moyenne pour couvrir dix ans de vie.

« J’ai tenu un journal intime sur ma vie sexuelle pendant dix ans. Ce témoignage authentique de ce que peut être une initiation à la domination féminine et aux pratiques BDSM relate mon histoire, avec ses hauts et ses bas, de mes dix-sept ans, âge de mes premiers pas en tant que Maîtresse, à mes vingt-six ans. Ce recueil condense ainsi presque dix ans de découvertes BDSM à Paris et en province, de rencontres et de jeux fétichistes.

Loin d’une vision consensuelle des pratiques de domination et de soumission, Domina est une véritable perle qui offre le point de vue personnel d’une femme, réel et intime, sur le monde du fétichisme et du BDSM. Drôle, parfois touchant et surtout sans langue de bois, Domina plaide pour une sexualité sans entraves. »

Domina journal intime sexuel - témoignage d'une initiation BDSM à la domination féminine - Cléomène Muceignet

Ebook Domina, Journal intime : boutique Kindle Amazon

417 pages

Prix : 9€

Le témoignage d’une sexualité hors norme : libertinage, BDSM, fantasmes insolites, sexe tantrique…

Il y a peu de choses que Cléo n’a pas expérimentées en dix ans. Le BDSM, d’une part, qui revient sans cesse. Les spécialités de Cléo ? Les jeux d’humiliation, l’anal masculin, les fessées, la féminisation et les jeux de fluides. Sous ce termes, comprenez l’urophilie, les jeux de menstrues, les crachats, mollards et autres glaviaux crachés à même la face, mais aussi les odeurs corporelles, les sexes et culs suintants, sans oublier ce fantasme le plus tabou, celui de la scatophilie, qu’elle teste pour faire plaisir à un amant.

En véritable exploratrice du sexe et des sexualités interdites, Cléo n’a pas cessé de se renouveler. Elle a presque tout tenté et découvert des fantasmes et fétichismes insolites. L’un de ses soumis et compagnon était notamment fétichiste… des ordures (sisi, cela existe, vous comprendrez en lisant !).

Heureusement, si certains passages étonnent, la plupart des scènes sexuelles tentent de montrer qu’en dépit des pratiques, la connexion, l’amour, la tendresse et ce qui lie les partenaires n’est, en revanche, pas si différent par rapport à des couples plus classiques. Cléo prend ainsi beaucoup de plaisir à faire l’amour avec ses soumis et amants. Elle a également tenté les clubs libertins et autres soirées publiques.

Vraiment, Domina nous offre un beau témoignage de la diversité sexuelle dans son ensemble.

Un journal intime sexuel qui fédère : témoigner pour trouver sa communauté

L’auteur l’avoue, elle a démarré l’écriture d’un journal intime à la fois pour retracer son parcours atypique, ne pas oublier ces rencontres et ces détails drôles, émouvants et fascinants à la fois, mais également pour témoigner de sa difficulté, en tant que jeune femme, à être considérée par ses pairs. Cléo se sent marginalisée, elle ne peut se confier à personne. Internet lui apparaît comme le seul terrain d’expression accessible. Elle crée donc un blog et commence à publier ses premiers textes. Elle pense que ces textes demeureront anonymes.

« En 2011, j’étais une très jeune fille pour ne pas dire une adolescente. Je suis née en 1994 dans un coin rural de France dans une famille tranquille et sans histoires. Rien ne me prédisposait à aimer le BDSM et à pratiquer la domination féminine. Je ne pensais donc pas, en commençant à écrire ce que je vivais, que ces textes auraient une postérité : au départ, je les écrivais surtout pour moi, pour me rappeler mes expériences et pour me permettre de documenter mon initiation sexuelle. J’ai toujours affectionné l’écriture car j’ai besoin d’ordonner mes pensées par l’écrit.

Mes amis étaient des adolescents de mon âge. Ils ne parvenaient pas à me comprendre. Je me souviens qu’ils ont jugé sévèrement mes fantasmes et ma sexualité. Pour des raisons évidentes, je n’osais pas non plus évoquer mes fantasmes et mes questionnements avec des membres de ma famille. Je me sentais donc particulièrement seule et livrée à moi-même, pour ne pas dire pudiquement anormale, face à ces données qui étaient si éloignées de ma vie quotidienne. Progressivement, l’envie m’est venue de partager ces textes pour tenter de me lier à d’autres gens comme moi. J’ai alors commencé à publier mon journal intime sur un site gratuit.

Ce petit blog anonyme est cependant devenu avec les années un blog fréquenté par la communauté BDSM. Des lecteurs m’ont encouragée puis, de fil en aiguille, à mesure que le site grandissait, ce dernier m’a permis d’entrer en contact avec d’autres personnes fétichistes ou pratiquants le BDSM. J’ai alors compris que je n’étais pas seule ; que d’autres personnes, bien que discrètes, partageaient mon mode de vie. Cela m’a ôté un sacré poids des épaules. »

Des dizaines de personnes répondent présentes. Ces dernières suivent de mois en mois son parcours et son initiation sur son blog. Cléo reçoit également quelques témoignages. Certes, il s’agit essentiellement d’hommes mais Cléo comprend qu’elle n’est pas la seule de son espèce ! Que d’autres, comme elle, connaissent les mêmes envies, les mêmes pulsions. L’écosystème BDSM se dessine autour d’elle. Cela l’aide à s’assumer davantage.

Témoigner débloque quelque chose chez l’auteure au fur et à mesure de ses découvertes. L’adolescente timide prend confiance. Certes, elle n’est pas comme tout le monde. Certes, elle n’est pas « normale » mais elle commence à croire qu’elle aussi mérite d’être heureuse.

Un parcours initiatique sexuel mais aussi humain

Sous couvert de parler de sexe, Domina est en réalité un ouvrage plus profond. Certes, les passages sexuels abondent : l’essentiel du témoignage se concentre sur une sexualité de plus en plus libérée et hors cadre à mesure que la jeune fille apprend des soumis qu’elle rencontre. Mais Domina possède d’autres qualités :

Son côté réaliste qui s’attache aussi bien à décrire les bons moments que les moins bons. Cléo se remet souvent en question. Elle fait également de mauvaises rencontres, n’hésite pas à partager à ses lecteurs ses doutes, ses craintes. Elle n’a pas peur de paraître moins assurée qu’elle n’y parait. D’ailleurs Cléo le rappelle, elle n’est pas un fantasme, pas une icône ou une actrice de films pornographique. L’image de la Dame de fer est un mythe. Cléo se considère avant tout comme un individu plutôt que comme une maîtresse. Ses fantasmes ne la résument pas.

Certaines scènes érotiques en deviennent drôles tellement elles paraissent décalées ou improbables. Cléo sait faire preuve d’humour, elle qui adore manier l’ironie et l’absurde. Si on devait teaser un passage ? La fois où Cléo drague sans le savoir son meilleur ami sur un site de rencontre BDSM. La fois où Cléo urine dans le verre de bière de son compagnon, qui le boit, très heureux, devant ses amis qui n’ont rien saisi de la scène. La fois où Cléo doigte un homme marié et le fait hurler à la mort. Après plusieurs orgasmes prostatique, il la dépose devant son lycée ni vu ni connu. Et vous, comment vous occupiez-vous à la pause déjeuner en première ?

Intéressés par une autre chronique en matière de littérature érotique ? On vous conseille  3 autobiographies de femmes qui écrivent du porno ici, sur Panodyssey.

Le pouvoir du témoignage : du sexe mais pas que !

Domina, journal d’une initiation BDSM et fétichiste est un curieux mélange car ce témoignage tient à la fois du journal intime sexuel et de l’initiation amoureuse. Très rapidement, Cléo part à la recherche d’une relation amoureuse et sexuelle épanouie avec quelqu’un, un défi à la mesure de ses fantasmes. Comment, dans notre société normative et pudibonde, parvenir à concilier l’amour, la stabilité et le BDSM au quotidien ? Comment faire fi du jugement d’autrui pour parvenir à s’épanouir à côté du groupe.

En guise de conclusion, je vous laisse avec l’auteur.

« Je publie aujourd’hui ce journal intime dans un double but.

Certes, cela me fait plaisir de garder une trace de ces écrits et de ces souvenirs mais je pense surtout que mon expérience pourrait être utile à d’autres, pour les gens qui se reconnaîtront en partie dans ces tranches de vie. Peut-être mes articles permettront-ils à un autre voyageur égaré d’apercevoir un rai de lumière : il fait toujours bon sentir une petite flamme vous réchauffer le cœur au pire du blizzard.

Au cours de ces années, j’ai souvent douté de moi et de mes choix. Savoir que quelqu’un d’autre vit comme vous ou a les mêmes rêves que vous permet de relativiser dans les mauvais moments, surtout quand on a l’impression d’être la seule personne de son espèce dans son environnement proche.

Je pense (du moins j’espère) que certains de mes textes ont ou auront une portée plus générale à même d’intéresser les curieux. Je ne me méprends pas : mes amourettes n’ont que peu d’importance car je ne suis personne. Cependant, mes réflexions sur la sexualité et les problèmes rencontrés au cours de ma quête identitaire et sexuelle peuvent apporter davantage. Entendez-moi bien : nul besoin d’être BDSM ou d’aimer les mêmes choses que moi pour prendre son plaisir en lisant ce journal. Certains passages sont particulièrement cocasses, sans parler des rencontres ou des situations parfois improbables que ma passion insolite a provoquées. De manière générale, les pratiques décrites sont peu ou mal connues du grand public. Aussi ces expériences possèdent un caractère sociologique en elles-mêmes. »

Copyright photo couverture : © Cléomène Muceignet

 

 

1
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
1
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Berta Isla
Berta Isla

Berta rencontre Tomas lorsqu'ils ont quinze ans. Ils sont des jeunes, amoureux et ils veulent construire leurs vies ensemble. Berta (espagnole)...

Sophie Laroche
2 min
L'instant d'avant ...
L'instant d'avant ...

Il s'est éteint, d'un souffle il a expiré et il n'est plus ... La nouvelle si redoutée est tombée, un simple coup de...

Albane Denantes
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur