facebook Souffrances amoureuses
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Souffrances amoureuses

Souffrances amoureuses

Publié le 17 juin 2021 Mis à jour le 17 juin 2021
time 3 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Souffrances amoureuses

Souffrance

 

Son image est présente et mon cœur se souvient…

Dans mes nuits sans sommeil, souvent il me revient

Comme un chagrin profond que l’on ne peut décrire :

Cet amour idéal que j’ai toujours cherché,

Je l’ai vu chaque fois gravé sur son sourire,

Et toute ma souffrance est de l’avoir caché (1).

 

 

 

Parfum de femme (2)

 

C’est un parfum subtil, enivrant et discret,

Qui coule en ma mémoire où sa fraîcheur m’altère.

Il procure à la femme une aura de mystère

Et, subrepticement, ajoute à son secret.

 

C’est un parfum si pur, un chatoyant bijou.

Même en fermant les yeux pour oublier tes charmes,

Je voyais au giron de ses exquises larmes

Tous les anges du ciel se glisser dans ton cou.

 

C’est un parfum si gai qui chante la beauté !

La violette d’or embaumait ta poitrine

Où mon cœur étourdi, d’un éclat de citrine,

Gisait d’avoir connu tant de félicité.

 

C’est un parfum si tendre, un reflet maternel,

Où l’amour et le feu se joignent en son centre ;

Souvent je m’endormais au berceau de ton ventre

Pour sentir chaque fois un bonheur éternel.

 

C’est un parfum brutal, cruel comme un chagrin,

Un amer souvenir qui nourrit ma souffrance…

Depuis trois ans je vis avec cette espérance

De le savoir un jour mourant dans son écrin.

 

 

A une inconnue (3)

Sonnet italien

 

Je la vois approcher, charmé par ses appas.

Un éclair ingénu m’enivre, me pénètre,

Et mon âme soudain croit doucement renaître

En errant dans sa robe aux couleurs de lampas.

 

Tout m’invite à la suivre à chacun de ses pas !

Mais au son d’un appel qui déchire mon être,

Elle rejoint celui qu’elle a dû reconnaître

Et, croisant mon regard, ne me remarque pas... (4)

 

Que m’importe d’aimer une telle étrangère !

Il est sot de souffrir d’une ardeur passagère,

D’éprouver vainement une peine sans fin

 

Quand son cœur en émoi s’enflamme pour un autre !

Belle inconnue, adieu… Soyez heureuse enfin :

Mon bonheur, après tout, est de savoir le vôtre.

 

 

NOTES

(1) Ce vers m’a été inspiré par la fin du fameux et superbe poème d’Alfred de Musset dédié « À George Sand » (VI) : « Je croyais au bonheur, et toute ma souffrance / Est de l'avoir perdu sans te l'avoir donné. » 

(2) Nouvelle entorse à une règle de versification classique : l’alternance du genre des rimes entre les strophes. En effet, j’ai volontairement utilisé une rime masculine au début de chaque quatrain au lieu d’employer alternativement une rime féminine. En faisant en sorte qu’une rime masculine embrasse toujours la rime féminine, je voulais ainsi insister sur l’envie incontrôlable et le désir incessant d’étreindre la femme aimée, de l’embrasser, au sens étymologique du terme. 

Quant au titre du poème, il m’a été inspiré par le film éponyme de Dino Risi. Porté par l’interprétation remarquable de Vittorio Gassman et le charme insensé de la sublime Agostina Belli, ce film est un fleuron du septième art. Il nous propose une tirade bouleversante sur l’amour fou, sur la frustration et le désespoir amoureux. Sorte de canzoniere truculent de la grande époque du cinéma italien, Parfum de femme exalte l’authenticité des sentiments humains, de la souffrance insaisissable jusqu’à l’acceptation rédemptrice. 

(3) Ce sonnet m’a été inspiré par le poème de Baudelaire « À une passante » dont il se veut, dès le titre, un modeste hommage. 

(4) Dans ce vers, j’ai tenté d’évoquer le fameux sonnet de Félix Arvers. La « passante » de Baudelaire et le sonnet d’Arvers sont vraiment l’archétype du désespoir poétique amoureux, à la fois transcendant, perdu et sublime. Ces deux sonnets modernes – car non classiques dans leur construction – évoquent de manière magistrale et fort émouvante la frustration de l’amour dissimulé, passé sous silence, tu – tué ?

 

0
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
0
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
Alchemyst
Alchemyst

This is da story of an auto-initiation about love and magick about hate and soulfuck about rows and futharks for a t...

Nicolas Bialka
1 min
des trous dans ma mémoire
des trous dans ma mémoire

j'ai des trous dans ma mémoire qui me font vivre des histoires incroyables. ces trous dans ma mémoire me donnent &ag...

Nicolas Bialka
1 min
Sans compromis d'Alizé CORNET
Sans compromis d'Alizé CORNET

Comme je suis contente d'avoir lu ce témoignage ! Je suis joueuse de tennis depuis que je sais marcher, je n'en ai pas fait mon m&...

Maryline Marnas
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur