facebook Rendre en petites coupures son gros billet
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Rendre en petites coupures son gros billet

Rendre en petites coupures son gros billet

Publié le 22 janv. 2021 Mis à jour le 23 janv. 2021
time 2 min
3
J'adore
0
Solidaire
0
Waouh
thumb 0 commentaire
lecture 23 lectures
3 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Rendre en petites coupures son gros billet

                                                                               Ou un truc du genre

 

 

- Les trucs zen c’est bon pour les mauviettes. Rien de tel qu’un bon coup d’boule dans la tronche de qui me boursouffle.
- Gonfle, rectifia Suzy
- J’ai utilisé un synonyme.

Suzy soupira pendant que Liane semblait réfléchir mais chez Liane, sembler était le verbe qui faisait sens.
Berthe ne se découragea pas face à leur mutisme : ses griefs s’écouleraient jusqu’à épuisement de stock.

On les avait surnommées Le Trio Infernal parce qu’elles représentaient une nouvelle entrée dans le dictionnaire, une revisitation du mot « grabuge ». Le tout pour contrarier les adeptes du « trois est un mauvais chiffre car c’est toujours deux contre un ».

- Et si on l’éliminait ?

Intervention qui eut le mérite d’arrêter net la soliloqueuse.
Suzy alla même jusqu’à lancer un regard à Liane car c’est elle qui venait de s’exprimer.

- Un lundi ce serait bien. Ce serait symbolique !
Pour la peine Suzy se pencha.
- Qu’entends-tu par « éliminer » ?
- Écarter à la suite d’un choix.
- Le « choix » je vois assez bien mais c’est « écarter »qui me pose problème, renchérit Berthe, tu développes ?

Liane les regarda comme si l’évidence leur échappait, sans ajouter de commentaire.

- Tu as lancé ça en l’air pas vrai ?
- Non.
Un petit chef nous torture depuis un an maintenant. Et c’est Plastic Bertrand qui avait raison !

Berthe et Suzy ne purent qu’attendre.

- « Je m'arrête ou j’continue »

Ah ! Cette bonne vieille Liane néanmoins sa proposition méritait étude.

- Comment s’y prendrait-on ?
- Lundi 25 il y a le pot du bilan de fin de semestre où il annonce avec tant de jubilation en retenue les licenciements en résultant.
- Et ?
- On part les dernières, on lui fait la conversation - il adore être le centre de n’importe qui - on l’entraîne dehors et dans une ruelle sombre, on le zigouille.
- Dis-donc tu y  as drôlement réfléchi … Excuse-moi, c’est sorti tout seul.
- Tu es excusée.

Portraits peinture et feutres de Chantal Perrin Verdier

Liane cette fois prit son temps :
- « La peur mène à la colère. La colère mène à la haine. La haine mène à la souffrance. »
- Ouais mais en l’occurence il s’agit de la souffrance …
- ... On peut toujours tourner une citation à son avantage.

C’est là qu’elle assena :
- Il doit souffrir.
- Et mourir ?
- L’un n’empêche pas l’autre.

Toutes trois se regardèrent et éclatèrent enfin de rire. Que c’était bon de délirer entre copines !

Parce que c’était du délire, pas vrai ?

 

 

 

 

 

Photo de Couverture : Chantal Perrin Verdier avec la banque d'images/Pages, Logiciel Apple
Illustration dans le texte : la même, uniquement avec ses p'tits doigts

 

lecture 23 lectures
thumb 0 commentaire
3 réactions
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur