facebook Rendre en petites coupures son gros billet
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
Rendre en petites coupures son gros billet

Rendre en petites coupures son gros billet

Publié le 22 janv. 2021 Mis à jour le 23 janv. 2021
time 2 min

Sur Panodyssey, tu peux lire 5 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 4 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

Rendre en petites coupures son gros billet

                                                                               Ou un truc du genre

 

 

- Les trucs zen c’est bon pour les mauviettes. Rien de tel qu’un bon coup d’boule dans la tronche de qui me boursouffle.
- Gonfle, rectifia Suzy
- J’ai utilisé un synonyme.

Suzy soupira pendant que Liane semblait réfléchir mais chez Liane, sembler était le verbe qui faisait sens.
Berthe ne se découragea pas face à leur mutisme : ses griefs s’écouleraient jusqu’à épuisement de stock.

On les avait surnommées Le Trio Infernal parce qu’elles représentaient une nouvelle entrée dans le dictionnaire, une revisitation du mot « grabuge ». Le tout pour contrarier les adeptes du « trois est un mauvais chiffre car c’est toujours deux contre un ».

- Et si on l’éliminait ?

Intervention qui eut le mérite d’arrêter net la soliloqueuse.
Suzy alla même jusqu’à lancer un regard à Liane car c’est elle qui venait de s’exprimer.

- Un lundi ce serait bien. Ce serait symbolique !
Pour la peine Suzy se pencha.
- Qu’entends-tu par « éliminer » ?
- Écarter à la suite d’un choix.
- Le « choix » je vois assez bien mais c’est « écarter »qui me pose problème, renchérit Berthe, tu développes ?

Liane les regarda comme si l’évidence leur échappait, sans ajouter de commentaire.

- Tu as lancé ça en l’air pas vrai ?
- Non.
Un petit chef nous torture depuis un an maintenant. Et c’est Plastic Bertrand qui avait raison !

Berthe et Suzy ne purent qu’attendre.

- « Je m'arrête ou j’continue »

Ah ! Cette bonne vieille Liane néanmoins sa proposition méritait étude.

- Comment s’y prendrait-on ?
- Lundi 25 il y a le pot du bilan de fin de semestre où il annonce avec tant de jubilation en retenue les licenciements en résultant.
- Et ?
- On part les dernières, on lui fait la conversation - il adore être le centre de n’importe qui - on l’entraîne dehors et dans une ruelle sombre, on le zigouille.
- Dis-donc tu y  as drôlement réfléchi … Excuse-moi, c’est sorti tout seul.
- Tu es excusée.

Portraits peinture et feutres de Chantal Perrin Verdier

Liane cette fois prit son temps :
- « La peur mène à la colère. La colère mène à la haine. La haine mène à la souffrance. »
- Ouais mais en l’occurence il s’agit de la souffrance …
- ... On peut toujours tourner une citation à son avantage.

C’est là qu’elle assena :
- Il doit souffrir.
- Et mourir ?
- L’un n’empêche pas l’autre.

Toutes trois se regardèrent et éclatèrent enfin de rire. Que c’était bon de délirer entre copines !

Parce que c’était du délire, pas vrai ?

 

 

 

 

 

Photo de Couverture : Chantal Perrin Verdier avec la banque d'images/Pages, Logiciel Apple
Illustration dans le texte : la même, uniquement avec ses p'tits doigts

 

3
Coup de coeur
J'adore cet article
0
Coup de génie
Brillant
0
Coup de main
Cet article m'a été utile
0
Coup de pub
Je souhaite promouvoir cet article
0
Coup de chapeau
Un sujet très intéressant
0
Coup de balai
Ne correspond pas aux standards Panodyssey
3
0
0
0
0
0
Partager l'article
copylink copylink

Commentaire (0)

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
QUE SAIS TU DE LA PAIX?
QUE SAIS TU DE LA PAIX?

Homme de partout, Homme de nulle part, Que sais tu de tes droits? Que sais tu de la paix? Tu forces tes frère...

Dimitri Brice Molaha Fokam
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur