facebook #5 - La réalité est-elle une fiction ?
Félicitations ! Ton soutien à bien été envoyé à l’auteur
#5 - La réalité est-elle une fiction ?

#5 - La réalité est-elle une fiction ?

Publié le 3 déc. 2021 Mis à jour le 17 déc. 2021
time 4 min
1
J'adore
0
Solidaire
1
Waouh
thumb 2 commentaires
lecture 149 lectures
3 réactions

Sur Panodyssey, tu peux lire 10 articles par mois sans être connecté. Profite encore de 9 articles à découvrir ce mois-ci.

Pour ne pas être limité, connecte-toi ou créé un compte en cliquant ci-dessous, c’est gratuit ! Se connecter

#5 - La réalité est-elle une fiction ?

Au fond, et surtout depuis la pandémie et le grand confinement du printemps 2020 que des fictions auraient plus ou moins anticipés, ou en tout cas dans lesquelles nous pourrions rétrospectivement en lire la prémonition, l’actualité semble nous poser avec de plus en plus d’insistance la question suivante : pouvons-nous penser le rapport entre le réel et le fictionnel en termes de terres inondables ? Et si oui alors lequel des deux du réel et du fictionnel serait la terre, et lequel le fleuve qui déborde ?
J’ai écrit un jour à ce sujet que nous pourrions concevoir la réalité comme une nappe d'huile qui flotterait à la surface du grand lac de la fiction. Certes, nous pourrions tout aussi bien penser le contraire et imaginer la fiction comme une nappe d’huile flottant sur le lac de la réalité. N’empêche qu’il ne faut pas forcément être une lectrice ou un lecteur acharné pour chercher dans sa vie quotidienne des moyens de "passer de l’autre côté du miroir".

 

Les signes de nos tentatives en ce sens sont multiples : pensons aux adeptes de fanfictions (suites inventées et écrites par des fans à des séries), de shifting (pratique de relaxation dirigée pour avoir un rêve lucide qui nous projette dans une histoire), de cosplay (pratique qui consiste à se costumer et maquiller pour ressembler à un personnage de fiction), aux reconstitueurs (acteurs amateurs participants à la reconstitution costumée d’événements historiques), etc.
Dans tous ces cas il s’agit toujours bien d’essayer de transgresser la délimitation (fictive ou réelle ?) qui séparerait la réalité de l’imaginaire.

 

Jadis les "tableaux vivants", reproductions costumées et figées d’une scène mythologique ou historique issue d’une peinture ou d’un groupe de sculptures, témoignaient de la même pulsion fantasmatique, la même qui s’exprimait déjà dans les Mystères du Moyen-Age, ces représentations de miracles ou de drames liturgiques qui se jouaient sur les parvis des églises ou sous leurs porches, la même encore qui pour l'helléniste Jesper Svenbro relie l’invention du théâtre antique à l’expérience intime de l’intériorisation de la lecture : l’acteur qui déclame sur scène ne parle pas vraiment, il dit un texte qu’il a précédemment lu.
Au fond, comédiennes et comédiens, acteurs et actrices expriment ce même désir, cette même motivation profonde de voyager dans des fictions. Et en est-il autrement quand nous, nous prenons plaisir à lire un roman ?
Le roman de Goethe Les Années d’apprentissage de Wilhelm Meister raconte l’histoire d’un jeune homme que le souvenir de ses jeux d’enfance avec un théâtre de marionnettes entraîne à suivre une troupe errante de comédiens, persuadé qu’il est que la littérature peut transformer la société en sublimant la séparation de ses deux pôles, celui de la réalité et celui de l’utopie, de la fiction.

 

 

Fictionaute, ou, métaleptique ?

 

J’avance donc maintenant une nouvelle notion : celle de métalepsie. Comme le terme fictionaute s’inspire de la structure et du sens de spationaute, celui de métaleptique s’inspire lui de la structure et du sens d’épileptique. La métalepsie, qui m’est également inspirée par le concept de métalepse narrative des narratologues (un procédé narratif pour, dans une histoire, passer d’un mode de relation au réel à un autre), pourrait pour moi se définir comme étant : une prédisposition cérébrale de certaines lectrices et de certains lecteurs à laisser tomber leur présence d’esprit dans les mondes imaginaires de leurs lectures.

 

En dehors des littératures de l’imaginaire nous pouvons rencontrer de telles expériences par exemple au cinéma, dans La rose pourpre du Caire de Woody Allen (dans ce film un personnage d'un autre film, lui aussi titré La rose pourpre du Caire, sort de l'écran pour aller rejoindre une spectatrice assise dans la salle), dans Rêves, du japonais Akira Kurosawa (l’épisode Les Corbeaux montre le visiteur d’un musée passer dans le monde des tableaux de Vincent van Gogh), dans Bruegel, le Moulin et la Croix du polonais Lech Majewski qui donne vie aux personnages du tableau de 1564 de Pieter Bruegel l'Ancien, Le Portement de Croix.

 

Dans un éclairant essai intitulé L’espèce fabulatrice, la romancière Nancy Huston formulait cette affirmation : « La narrativité s'est développée en notre espèce comme technique de survie. ». Alors, pour en revenir à ce que nous allons j’espère vivre ensemble, traverser ensemble, en 2022 : s’agira-t-il simplement de mon fictionaute, ou bien suis-je atteint de métalepsie ? Et pour vous, qu’en est-il ?

 

A première vue il s’agirait simplement pour moi de décoloniser mon esprit de cette fiction qu’est La Montagne magique, en la colonisant à mon tour de ma présence à l’insu de son auteur décédé depuis soixante-six ans, en y encrant ma compagnie. Mais vous n’êtes pas obligés de me croire. Et soixante-six ans c’est peu, peut-être, pour que l’expérience soit sans dangers. Mais là aussi vous n’êtes pas obligés de me croire.

 

lecture 149 lectures
thumb 2 commentaires
3 réactions
Partager l'article
copylink copylink

Commentaires (2)

Ca donne matière à réflexion tout ça... je garde ça dans dans mon coin de ma tête.
Merci Julien ! Je reste à votre écoute si vous aviez des questions. Je lancerai l'expérience en janvier 2022 (les quatre textes précédents expliquent de quoi il s'agit) @++

Tu peux soutenir les auteurs indépendants qui te tiennent à coeur en leur faisant un don

Prolonger le voyage dans l'univers Culture
 Tronches de vie...
 Tronches de vie...

Crispé, sur son marteau-tapeur, Au milieu des auto-immobiles et autres débiles, Sous un soleil de plume, Pierre r&ec...

Eric Raissac
1 min
Les Lundis sages
Les Lundis sages

Les Lundis sages(Image Pixabay)   Les Dimanches un bouquet, les Lundis une histoire de sagesse, pour...

Patricia Gaillard
1 min

donate Tu peux soutenir les auteurs qui te tiennent à coeur